Enième bus caillassé à Saint-Louis : « stop à l’insécurité ! »

1 min de lecture
1

Vincent Defaud, Responsable Outre-Mer pour le Conseil National de Génération Écologie et Référent Départemental de Génération Écologie La Réunion, ainsi que Yanis Fontaine, Référent de Génération Écologie pour Saint-Louis/La Rivière, ont souhaité réagir au énième incident de bus caillassé à Saint-Louis.

Le communiqué :

Mieux vivre à Saint-Louis/La Rivière, à l’instar des autres villes de La Réunion, c’est être en sécurité. Or, l’énième caillassage d’un bus Alternéo dans le quartier de Palissade ce samedi 18 mai 2024 prouve que l’insécurité et les incivilités sont une réalité dans nos quartiers. Comme toujours, les populations les plus modestes, celles qui dépendent des transports en commun, sont les premières victimes de ce déchaînement de violences récurrentes.

Nos pensées vont aussi au personnel de la Semittel, qui subit des agressions au quotidien. Face à ce constat accablant de délitement du pacte républicain, nous demandons aux autorités compétentes (mairie, préfecture, justice) de prendre toutes les mesures nécessaires pour restaurer la tranquillité dans nos quartiers.

Génération Écologie demande en premier lieu la réactivation du conseil de sécurité et de prévention de la délinquance. Ceci est impératif afin de sanctionner les quelques individus, bandes ou trafiquants, et autres semeurs de trouble qui veulent intimider la population de nos quartiers.

C’est également à une certaine jeunesse désœuvrée que les pouvoirs publics doivent s’adresser en réinvestissant dans la politique de la ville avec les acteurs socio-économiques et associatifs pour une inclusion sociale par l’emploi ou le sport, par exemple, dans un objectif de restauration de l’idéal républicain.

La protection des citoyennes et citoyens et notre sécurité, y compris physique, sont des droits fondamentaux qui sont au centre du projet de Génération Écologie. La vie collective est en jeu. Vivre unis, faire face les uns et les autres, et non chacun pour soi contre les autres ; l’émancipation des femmes, l’entraide citoyenne, la coopération et le partage ainsi que le service public sont les seuls remèdes pour sortir du cycle de la violence.

1 Commentaire

  1. Ou respecte rien ou connais pas vive ? Un OQTF dan out ki. Faut arrêter faire l’hypocrisie en mettant la faute su le désoeuvrement. La cour domoun la besoin d’être gratté et ménage fait. Pou faire la couillonisme zot lé pas manchot. Ce côté d’être humain envers cet lé pas devant ou y revient à dire de tendre la joue quand ou gagne un calotte dan out guèle. Quand chaudron la brûlé dan z’année 90 la abou case ces jeunes (plupart té créoles) ce qui revient à dire que y peut refaire la même chose. Si ou veut pas travail ne serait ce rempli out journée ek un deux heures par ci par là pou occupe out temps et bien barre aou. Allez gratte out boyo chez ou au lieu de caillasse le bien des autres et qui de surcroît y rende service à zot famille pou faire zot déplacements !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Nouvelle-Calédonie : Appel solennel des élus ultramarins pour le retrait de la réforme constitutionnelle

Article suivant

SUDEAU : Lavage et désinfection de réservoir, interruption de la distribution en eau le 22 mai 2024, à partir de 7h00 sur le secteur du Village Matouta

Free Dom