Enquête de l’Elysée, le policier m’a demandé : « quelles sont vos relations avec Didier Robert ? »

Pour commencer, un petit mot sur les municipales. Neuf nouveaux maires après le second tour du 28 juin dernier : honneur aux dames avec Juliana M’Doihoma à Saint-Louis, Ericka Bareigts à Saint-Denis, Huguette Bello à Saint-Paul (même si elle connaît déjà la musique). Sans oublier Vanessa Miranville réélue à la Possession. Félicitations aussi aux messieurs : Joé Bédier à Saint-André, Patrice Selly à Saint-Benoit, Johnny Payet à la Plaine-des-Palmistes, Jeannick Atchapa à Bras-Panon, Jacques Técher à Cilaos, Eric Ferrère aux Avirons. Je rajouterai à cette liste des nouveaux maires et des nouvelles mairesses, Bruno Domen, à Saint-Leu, qui a été élu pour la première fois sur son nom au suffrage universel.

Je vous le disais plus haut, Huguette Bello est la seule à connaître le tempo dans ce genre d’exercice. Et elle sait mieux que quiconque que si gagner c’est bien, durer est une autre paire de manches. Elle même, élue en 2008 face à Alain Bénard à Saint-Paul, avait été éjectée 6 ans plus tard, en 2014, par Joseph Sinimalé. Les médisants appellent ça des « fusils un coup », c’est-à-dire un mandat et après, basta. Les exemples ne manquent pas dans l’île : Eric Fruteau à Saint-André, Guito Ramoune à la Petite-Ile, Roland Ramakistin à Trois-Bassins… 6 ans, ça passe vite, très vite, même pas le temps de concrétiser le quart des tonnes promesses faites par les candidats durant la campagne électorale. Une fois passée l’euphorie de la victoire, ainsi que la période d’état de grâce, les nouveaux maires vont commencer très rapidement à taper dans le dur et à être confrontés à la vraie réalité économique et sociale encore plus corsée aujourd’hui par la crise sanitaire. Ils se rendront vite compte qu’il existe une différence entre le fait d’être, avant l’élection, le candidat ou la candidate d’une équipe et, après le scrutin, le maire (ou la maire) d’une population. Idem pour les militants qui auront mouillé leur chemise pour permettre à leur candidat (e) de réaliser son rêve, avec l’espoir que ce dernier ou cette dernière puisse par la suite concrétiser leurs espérances. Facile en théorie, pas évident en pratique.

On imagine déjà ces militants qui vont débarquer dans quelques semaines à la mairie pour venir réclamer « le ti travail » que le candidat aujourd’hui maire lui avait promis. Ou encore les associations qui, sous l’ancienne mandature étaient en panne de subventions mais qui espérent un réel changement avec celui ou celle qu’ils ont installé dans le fauteuil de maire. Et lorsqu’on leur expliquera que « monsieur le maire » ou « madame le maire » n’est pas disponible car il a du boulot ou qu’il est en réunion, qu’il n’est pas accessible comme ça, en tout cas pas comme quand il (ou elle) était candidat (e), pas non plus comme quand il (ou elle) avait gagné le dimanche soir 28 juin où quiconque pouvait lui sauter dans les bras, au cou, sur les épaules, le féliciter, le caresser, l’embrasser (sans même respecter aucun geste barrière), lui parler en direct, l’ambiance ne sera plus du tout la même et les satisfactions d’un jour se transformeront vite en déception, en désespoir.

Tous les élus passent par là, raison pour laquelle, au-delà de l’allégresse, il faut toujours faire preuve d’humilité, d’honnêteté et parler un langage de vérité. Tant mieux pour celles et ceux qui l’auront fait. Mais les candidats et candidates qui ont promis aux un et aux autres de décrocher la lune en deux temps-trois mouvements, une fois élus, auront quelques soucis à se faire car l’électorat d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’antan. Il est à l’image de l’évolution de la vie, c’est-à-dire très changeante, versatile. Si c’est pas bon, on dégage ! A l’image du fast-food en quelque sorte. Consommation rapide. Si c’est bon, on renouvelle, si c’est pas bon, on jette. C’est pareil dans les couples maintenant. Un mot de trop, un regard de travers et on change de mec ou de nana comme on change de slip ou de caleçon. Pas le temps de discuter. On essaye un autre, une autre et ainsi de suite. C’est ça, comme le fast-food. Plus rien à voir avec l’époque de nos grands-mères et grands-pères. C’est pareil en politique. « Ou l’a promis, ou l’a pas fait, donc ou lé mentèr comme les autres, et ben ou prend la porte dans 6 ans ! ». Pas plus compliqué que ça ! Les nouveaux maires savent à quoi s’en tenir.

Raison pour laquelle, comme je sais qu’ils vont devoir jongler entre les dotations de l’Etat qui baissent, les impôts qu’ils seront contraints d’augmenter à un moment donné (car l’argent i trouve pas sous la patte cheval), les doléances multiples qui vont leur tomber dessus comme la foudre eu égard aux espoirs qu’ils ont suscités et aux attentes énormes qu’il ont créées durant leur campagne par des discours séduisants (et même parfois un peu attrape-nigauds parce qu’on n’attrape pas des mouches avec du vinaigre), je leur souhaite de tout cœur « bon courage ». Ils en auront besoin, par tonne même ! Je souhaite aussi bon courage à leur époux ou épouse car la vie conjugale et familiale ne sera plus jamais comme avant étant donné que l’engagement au service du collectif ne peut se faire que par le sacrifice d’une partie de son propre bonheur individuel. Il faut donner pour recevoir ! Bon courage aux maires, bon courage aussi aux adjoints, aux conseillers municipaux qui seront sans doute sollicités, parfois même par les amis ou les membres de la famille, les frères, sœurs, cousins, cousines, neveux, nièces en leur disant « ben, maintenant ou lé dedans, ou gagne fé rentre à moins, ou va gagne fé un affaire pou moin! ».

6 ans, je vous le disais, ça passe très vite mais en même temps c’est long dans le sens où il faudra au maire une certaine habileté, des arguments, des moyens, pour tenir son équipe. Une majorité, ça se fragilise vite. Ça peut imploser. Surtout pour ces maires sans expérience qui plus est élus avec parfois moins de 40% des suffrages. Sans compter que les opposants, les vaincus d’hier, sont là, aux aguets, prêts à dégainer ! Pour tout cela, je redis bon courage aux maires, aux nouveaux élus car nous avons besoin de ces hommes et de ces femmes qui n’hésitent pas à sacrifier un peu de leur famille et à donner beaucoup de leur temps en s’engageant au service des autres, au service de la collectivité. Il faut aimer ça. Dans toute bataille, il faut un vainqueur et un vaincu. Il y a des victoires et des défaites, des hauts et des bas, des rires et des pleurs, des joies et des peines… C’est un éternel recommencement, et la roue continue de tourner. Ainsi va la vie politique, ainsi va la vie tout court. Rien n’est jamais figé !

Les « cadors » politiques de la Réunion sont Gilbert Annette, Michel Fontaine, André Thien-Ah-Koon, Huguette Bello…

Les municipales sont passées, nous sommes déjà dans les échéances à venir, notamment les départementales et les régionales. Auront-elles lieu en 2021 ou en 2022 ? That is the question ! Ce que l’on sait, c’est que le Président de la République a vu les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale ainsi que les présidents des groupes politiques en France. Au menu de la discussion : une révision constitutionnelle qu’il souhaiterait proposer d’ici à quelques mois, outre sûrement le remaniement ministériel prévue à la rentrée. Sans oublier aussi, les milliards d’euros engagés par le gouvernement afin de relancer l’économie suite à la crise sanitaire de la Covid. Mais le chef de l’Etat et son gouvernement voudraient pouvoir, politiquement, tirer profit de tous ces milliards engagés dans la bataille. Aussi, pour espérer placer des hommes et des femmes à lui à la tête d’un maximum de Régions et de Départements, Emmanuel Macron envisage sérieusement de reporter les élections régionales et peut-être les départementales à 2022, après la présidentielle où il se voit forcément gagnant face à Marine Le Pen.

Localement, tout est encore possible. Didier Robert vise certes la présidence de la Cinor dans le cadre d’une tournante (2 ans pour chacune des trois communes) mais il va sans dire que les deux premières années l’intéressent évidemment beaucoup pour qu’il puisse disposer du budget de cette grosse intercommunalité afin de mener la campagne des régionales qu’il a déjà commencée depuis bien longtemps, y compris en se présentant à Saint-Denis où il s’est assuré de son petit quota de près de 19 000 voix. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, l’actuel président de Région travaille énormément sur le terrain du social qu’il en fait de plus en plus car, outre les régionales, il quadrille également les cantons dans les quatre micro régions de l’île. Jusqu’ici, il s’appuyait sur les billets d’avion (continuité territoriale), sur les chèques énergie (chauffe-eau solaire) grâce aux actions de la SPL Energie présidée par Alin Guezelo, maintenant il mise aussi sur les chèques vacances créés dans le cadre de la crise sanitaire pour relancer le tourisme local. La convention signée entre la Région et la CAF (Caisse d’allocations familiales) n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe. Loin s’en faut ! Didier Robert a de la suite dans les idées Il ne faut surtout pas sous-estimer le bonhomme ! Sans doute de par cette convention, pourrait-il avoir accès au fichier de la CAF afin de pouvoir s’adresser directement à toutes ces familles qui sont dans le besoin à l’échelle de La Réunion. Pas couillon le boug ! Cyrille Melchior ferait bien de commencer à ouvrir davantage les yeux.

Mais il est vrai qu’après les récentes municipales et la chute de Saint-André et de Saint-Paul, Didier Robert n’est pas tout à fait en position de force. Les « cadors » de la politique locale ont pour nom Gilbert Annette, Michel Fontaine, André Thien-Ah-Koon et Huguette Bello. Patrick Lebreton essaye de faire son trou. On l’a vu durant le second tour des municipales. Idem pour Olivier Hoarau, maire du Port, mais c’est sa patronne Bello qui décidera au final de la stratégie à mettre en place aux régionales, en étroite collaboration avec Gilbert Annette et sans doute Michel Fontaine, André Thien-Ah-Koon si l’objectif est « d’éliminer » politiquement Didier Robert. Autrement dit, la partition que joue actuellement Olivier Hoarau pourrait être considérée comme prématurée à moins qu’Huguette Bello souhaite à tout prix imposer la candidature de son poulain dans le cadre d’une stratégie commune de l’union de la gauche et du centre (UDI). Et pourquoi pas avec la droite au deuxième tour ? Les ténors et certains maires ainsi que les responsables de partis vont d’ores et déjà à la pêche aux voix dans la perspective des échéances à venir. A titre d’anecdote, ils se bousculent au portillon pour assister aux premiers conseils municipaux consacrés à l’intronisation des jeunes maires récemment élus ou réélus pour certains, certaines. N’est-ce pas Vanessa Miranville, qui sera bien entourée demain à 15h30, au gymnase Daniel Narcisse !

Je me rappellerai toujours de cette petite phrase de John Fitzgerald Kennedy qu’aimait tant prononcer feu Paul Vergès : « la victoire a cent pères, mais la défaite est orpheline ». Ce ne sont pas les nouveaux qui diront le contraire. Jamais leur téléphone n’aura autant sonné depuis dimanche soir ! Jamais leur épouse n’aura eu à gérer autant de messages privés sur Messenger ou de commentaires sur Facebook. Au début, c’est toujours cool, c’est flatteur, mais avec le temps ça devient lassant, parfois même agaçant surtout quand monsieur ou madame le maire ne pourra plus donner satisfaction à tout le monde et commencera par s’arracher les cheveux face aux sollicitations de toutes parts ! Ça a déjà commencé pour certains. Pas pour Huguette Bello, qui est « un vieux de la vieille » ou une « vieille du vieux » (je ne sais pas comment dire dans son cas), mais pour les p’tits nouveaux qui débarquent au pouvoir, la fleur au bout du fusil et qui ne sont pas encore rodés dans l’art de « faire patienter ». D’autres diront plutôt dans l’art de « tourner cari sous d’riz ».

Plainte de l’Elysée et enquête de la police sur un « faux courrier »

Je vous en avais touché deux mots dans l’édito de vendredi dernier. J’ai été convoqué au commissariat de police en tant que témoin pour être entendu en audition libre dans le cadre d’une enquête démarrée à Paris par le « 36 » et poursuivie ici par Malartic et instruite par une juge d’instruction du Parquet de Saint-Denis (j’ai vu son nom sur le PV d’audition). Cela suite à une plainte qui, selon le policier, gardien de la paix, qui m’a entendu, a été déposée par l’Elysée, après la divulgation d’un courrier signé par un membre du cabinet du Président Macron. (voir document ci-dessous) et adressé à notre président de Région, Didier Robert.

Une lettre que j’ai considéré comme étant un « faux » en raison de son contenu car je vois mal un collaborateur du chef de l’Etat écrire à un président de Région, en l’occurrence Didier Robert comme signalé dans le courrier, pour lui parler « du coup de main au Journal de l’île ». En tout cas, ce courrier m’avait donné l’occasion, il y a environ un an, d’écrire un édito que j’avais intitulé « attention aux vrais faux courriers de l’Elysée !». Voilà donc pourquoi, j’ai été invité à me présenter à Malartic vendredi dernier, 26 juin, où j’ai été entendu dans un petit bureau occupé par deux policiers au 3ème étage du bâtiment. Jusqu’ici, RAS comme disent les forces de l’ordre. Rien à signaler ! Tout se passe bien. On est toujours dans le monde du réel. Le policier prend quand même soin de me prévenir : « je vais vous poser des questions qui pourraient vous surprendre mais n’ayez aucune crainte, vous êtes là en tant que témoin ». A mon âge, qu’est-ce qui peut encore me surprendre ? Eh ben non, j’ai bel et bien été surpris lorsqu’en plein échange, il me pose les questions suivantes : « vous connaissez Didier Robert ? Quelles sont vos relations avec lui ? » Comment ça ! Quel rapport avec le « faux courrier » de l’Elysée, la plainte, l’enquête, l’édito ?

Et ce n’est pas fini ! Il me demande : « existe-t-il des antagonismes entre radio Free Dom et Didier Robert ? ». Puis, il veut comprendre pourquoi, à partir du contenu de cette lettre, j’ai fait dans mon édito une relation de causalité avec la subvention de 2 millions d’euros accordée par la Région au JIR ?

Là, on est passé d’un coup, du réel au surréalisme et je n’ai vraiment pas compris où il voulait en venir ou sur quel terrain il voulait m’emmener. A la première question je lui ai répondu « relations professionnelles », à la deuxième je lui ai conseillé d’appeler Camille Sudre le patron de la radio et à la 3ème je lui fait remarquer « qu’il n’y avait aucune affirmation dans mon édito, mais des interrogations » . L’entretien a duré un peu plus d’une heure, le temps pour moi de corriger les fautes dans le PV. Et le tout était plié en 1h30. Le policier était très cool, mais j’avoue avoir perdu 1h30 de mon temps pour une enquête sur un faux courrier datant de novembre 2018. Faut croire que l’Elysée n’a pas grand-chose à faire ! Je n’en dirai pas autant du policier qui lui ne fait que ce qu’on lui dit de faire, évidemment. Mais quand même, il doit y avoir des cas plus urgents à régler, je pense !

Tiens, ça me rappelle un coup de fil de Samuel Mouen, hier après-midi qui, outre le fait de clamer sa joie après les municipales en disant qu’il était « l’homme le plus heureux du monde », m’a également précisé que cela fait plus de 2 ans qu’il n’a plus de nouvelles de sa plainte relative à une agression au couteau dont il a été victime en janvier 2018 dans un restaurant à Sainte-Suzanne. N’est-ce pas plus urgent qu’un « faux-courrier » de l’Elysée ou que de savoir la qualité de mes relations avec Didier Robert ? Ah, ça me fait penser qu’il m’avait également demandé si je connaissais tel journaliste, puis un autre journaliste (ancien rédacteur en chef d’un quotidien local) ! Bref, je n’ai rien compris à cette « interrogatoire ». Au sortir de cette audition « libre », je me suis demandé si Malartic enquêtait pour savoir qui était l’auteur du « faux courrier » de l’Elysée ou s’il ne s’agissait pas, finalement, d’un vrai courrier et si, en fait, la justice ne cherchait pas à savoir surtout qui a bien pu mettre la main sur ledit courrier avant de le balancer sur la place publique. Je ne sais pas, mais je me méfie quand même car ça paraît malsain tout ça ! Est-ce vraiment l’Elysée qui est à l’origine de l’enquête ou une collectivité locale ? Je ne sais pas non plus !

Le « chat noir » aux Avirons !

Cela me fait penser à ce qu’aurait dit un candidat aux municipales dans une grande commune de l’île à une autre candidate à savoir que si elle acceptait de conduire une liste fusionnée au second tour elle n’aurait plus aucun problème avec le Parquet de Saint-Denis. Ce qui laisserait supposer qu’il y aurait à la Réunion des politiques qui tiendraient le Parquet ? Je serai curieux de savoir par quel bout, si je puis m’exprimer ainsi !

Rien à voir avec ce qui précède, mais juste pour vous signaler, comme vous le savez peut-être déjà vu le battage médiatique qu’il y a tout autour que la sénatrice Nassimah Dindar, ancienne présidente du Département (et peut-être candidate aux régionales ?) comparaît ce matin devant le tribunal Correctionnel dans le cadre de l’affaire du SDIS. Il n’y aura pas qu’elle. Jean-Paul Virapoullé et Joé Bédier y seront aussi mais pas pour les mêmes affaires. Pour revenir à l’affaire du SDIS, Le JIR d’hier nous apprenait que Nassimah Dindar « avait explosé le budget du Département » pour assurer sa protection fonctionnelle avec l’argent des contribuables. Il serait intéressant de connaître combien coûte aux contribuables la protection fonctionnelle de tous les élus locaux, y compris de certains présidents de collectivités. Quant au procès de Nassimah Dindar à qui la Chambre régionale des comptes et le Parquet de Saint-Denis soupçonnent d’avoir fait recruter deux contractuels à 1 100 euros/mois chacun au SDIS, il serait intéressant de faire toute la lumière sur tous les recrutements ou « l’aide au recrutement » de certains agents dans les mairies, y compris dans les grandes collectivités de l’île, dans les SPL et autres SEM ; Des agents bénéficiant de salaires de 3 000 euros/mois voire plus ! Il y a même un ancien jeune chauffeur d’une grande collectivité locale qui émargeait à 5000 €/mois et qui, depuis quelques mois, a disparu de la circulation. Aux dernières nouvelles, on m’a dit qu’il vient d’ouvrir un restaurant dans l’hexagone. Bon appétit !

Puisqu’il est question de justice, j’ai entendu de source généralement bien informée qu’il y avait des élus qui faisaient actuellement un tour de table pour essayer de réunir des fonds afin de pouvoir payer un cabinet d’avocats spécialisés en métropole ou même en Europe afin de plancher sur tous les millions d’euros d’argent des contribuables donnés par la Région au Journal de l’île et, plus particulièrement, la première subvention de 2 millions d’euros. Pour savoir si tout cela était bien légal ou pas. Je ne fais que répéter ce que j’ai entendu dans les milieux politiques bien informés. Ne me convoquez plus à Malartic s’il vous plaît, même en audition libre. Merci !

Pour finir, je voudrais saluer particulièrement Eric Ferrère, le nouveau maire des Avirons, élu dimanche dernier. Après tout ce qui s’est passé dans le monde suite à la mort de Georges Floyd aux Etats-Unis, j’ai été vraiment touché par le discours du nouveau maire des Avirons. Voici un extrait de son discours qu’on peut lire sur sa page Facebook « Les Avirons, ile de la Réunion 97425 » : « nous ouvrons les portes de la mairie à toute la population, nous sommes la municipalité de tous et de toutes. Nous n’avons aucun esprit de revanche, nous travaillerons avec toutes les bonnes volontés. J’adresse un message de réconciliation, nous n’avons aucun ennemi, nous n’avons aucune haine, nous avons l’amour des Avirons ». Avouez que c’est beau, c’est émouvant. Et juste au dessus de ce discours fraternel se trouve un post (voir illustration ci-dessus) consacré à Colette Caderby, ancienne conseillère régionale de la majorité de Didier Robert (2010-2015), passée du côté de Roseline Lucas lors des dernières élections aux Avirons où elle sera conseillère municipale de l’opposition. Faites ce que je dis, pas ce que je fais…

Y.M.

([email protected])

 

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

22
Poster un Commentaire

avatar
18 Comment threads
4 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
16 Comment authors
Watson33 Ap. JCKoo2gleMehdi HenriGîte plaine des cafres Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Très bonnes analyses des situations à la Réunion …

Pertinences
Invité
Pertinences

Si c’est ça pour vous une bonne analyse, vous n’avez encore lu de bons articles de vrais journalistes… Style pompant, lourd, parti pris, aucune objectivité. Peu de recul sur la situation électorale au vu de ses amitiés politiques bref je n’ai même pas réussi à lire jusqu’au bout tellement c’était un bouilli de de syllabes mal agencés…

33 Ap. JC
Invité
33 Ap. JC

Alors là… milles bravos! Ce petit journaliste est un pédant qui se prend pour un grand de la profession, il a vite oublié d’où il vient.

anti-mafia
Invité
anti-mafia

Certains de malartic aux services d’un président d’une grande collectivité, sont toujours en train de mettre la pression à ce que l’on voit….Corruption…

RIPOSTE974
Invité
RIPOSTE974

Sacré Yves MontRouge , un la di la fé hebdomadaire …

Allo tonton , c’est QUI ,

Joe
Invité
Joe

Vous êtes à côté de la plaque, mais bon le mal au ki est monnaie courante sur cet île au multiple ethnie , et vos remarques ne font en aucun cas avancé la Réunion, si vous vous plaignez c’est parce que vous n’avez pas eu de sub de la région, sinon vous seriez dans les rangs.

Toutou de la Région n'a pas eu son os
Invité
Toutou de la Région n'a pas eu son os

Bravo exactement ça ! Ce pseudo journaliste n’a pas eu ce qu’il voulait d’où sa plume orientée, durant cette campagne c’était affligeant de voir sa stylistique très peu objective. Bref son ami J. T à eu plus de chance… On verra encore si tonton Robert pourra aider ses amis.. Le jour où il y aura des journalistes dignes de ce nom à la Réunion les poules auront des dents…

vinc
Invité
vinc

et le parterre à la possession était bien fleuri lol. pas besoin mett l’engrais c’est l’engrais qui est venu vers

Bernadette
Invité
Bernadette

Vous connaissez la Bâtonniere de bordeaux yves Montrouge? Des photos vous en voulez !

Auprat
Invité
Auprat

Chauffeur caravane là ouvre un restaurant en France, ek qu’elle l’arzent ? La sauver de la reunion culotte dans la main woui , comment lu RAL sa lu ? Allez freedom allé

Patrick M
Invité
Patrick M

Montrouge quel joueur. Mauvais joueur? Journaliste? J’en doute. Mauvais écrivain je le pense. Rabatteur de courriers foireux dont on se fiche et vengeance à 2 balles sur le jir. YMRouge a quitté le jir avec rancoeur on dirait. C’est pas bon pour la santé intellectuelle la rancoeur

Seychellois
Invité
Seychellois

Ou fé pitié Patrick M , ici i donne paquet, i fé pas la masse ek ben joueur ! Courriers i arrivent i sa fé mal 2-3 prochainement, ta woir !

Aline
Invité
Aline

Les petites mains d’une certaine grande collectivité se sont de nouveau mises à l’œuvre

Coco
Invité
Coco

Mme et.mr montrouge nous.renseigne heureusement nena un pour dire sinon bon peu la bouche rempli y prefere profiter et rien dire. na trop.moune y.souffre trop profiteurs y serve a zot.et.zot famille avant pas vrai.didier rob …? un jour sera out tour.pour rendre.des.comptes .

Coco
Invité
Coco

Patric m soit ou na un os dans la bouche ou bien ou attente d un pour defoule.a ou sur une personne qui renseigne le peuple cassiette pas si demin nena encor la crise .gilets.jaunes appladis pas profiteurs
Ou doit etre.fute pou mette en doute la.competence de out prochain jalousie le pas bon ou.va gagne maladie la peau

Lolo
Invité
Lolo

Il aime les polémiques ce monsieur.

DRASSUM
Invité
DRASSUM

Nous savons pertinemment qu’à la Réunion il y a beaucoup de connivences et de dérives. Je félicite Mr MONTROUGE de les dénoncer…Il y a trop d’injustice sur notre île à cause de certaines personnalités politiques, belles gueules, beau discours devant les caméras…. en réalité de vrais monarques anti-démocrates se disant républicain, sévissant sans vergogne car se sentant protégées et se croyant au dessus des lois.

Gîte plaine des cafres
Invité
Gîte plaine des cafres

SOFÈR pa fé l’inauguration son restaurant en France, pas invité à où mésié Montrouge ? Toujours payé par la region reunion tous les mois mésié yves? Renseigne à vous aupres la chambre régionale des comptes ou plus simple auprès le fisc

Mehdi Henri
Invité
Mehdi Henri

Témoin: Mehdi Henri veuillez lire ceci avant de poursuivre car cela peut vous aider, cela m’a aidé, j’étais un homme d’affaires prospère, mais plus tard j’ai été en faillite et mon entreprise a chuté, j’étais fauché que la plupart de mes amis m’ont négligé et il n’y avait aucun espoir pour moi de me lever à nouveau jusqu’au jour où j’ai lu en ligne sur les Illuminati et comment cela a aidé beaucoup de gens, Lord Edmundo a été fortement recommandé par les personnes qui témoignent de la façon dont il est devenu membre et ils sont devenus très riches,… Lire la suite »

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Les Municipales : plus d’un Français sur deux s’est exprimé (53,56%).
Les autres (46,44%) sont allés voter !
Et certains élus s’auto-congratulent… Consternant !

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Remaniement sinistériel : je suis curieux de savoir qui va remplacer la porte-mensonge du gouvernement ?

Watson
Invité
Watson

Tout le monde sait que la Réunion est proche de l’Afrique géographiquement et politiquement aussi , et ça vous étonne moi non .