COVID-19 à La Réunion : le CHU à nouveau en tension

4 min de lecture
4

Le CHU de La Réunion alerte la population Réunionnaise sur la tension réapparue sur son offre de soins depuis la fin de semaine dernière, du fait de la dégradation de la situation sanitaire due à l’épidémie de COVID sur le territoire. Cette tension concerne également les autres établissements de santé du territoire.

La circulation du virus de la COVID-19 s’accélère à nouveau à La Réunion avec désormais un taux d’incidence de plus de 500 cas pour 100.000 habitants. De même, le rythme des admissions de patients en services de réanimations ou en services d’hospitalisation complète COVID augmente de manière continue.

L’arrivée sur le territoire du variant OMICRON, le relâchement des gestes barrière et un taux de vaccination de la population qui reste insuffisant sont des éléments de contexte préoccupants.

Afin d’éviter d’atteindre une nouvelle fois les seuils de saturation des capacités hospitalières, après près de deux ans de crise sanitaire au cours de laquelle le CHU a été en première ligne, se traduisant par un épuisement des équipes, aggravé par des possibilités fortement réduites d’arrivée de renforts compte tenu de la forte dégradation de la situation en métropole, les autorités du CHU appellent solennellement la population à la plus grande vigilance à l’approche des fêtes.

Suite à la cellule de crise du mercredi 22 décembre, le CHU a une nouvelle fois procédé à des augmentations capacitaires, notamment en service de réanimation. Néanmoins, avec un taux d’occupation très élevé dans l’ensemble des services hospitaliers, le CHU est dans le même temps en très forte tension sur l’ensemble de ses activités.

Cette tension concerne au demeurant également les autres établissements de santé du territoire, impliqués dans une dynamique de gestion solidaire de la crise COVID, établissements publics au sein du Groupement Hospitalier de Territoire (CHOR et GHER) et cliniques privées.

Elle fait craindre une dégradation dans les prochains jours et prochaines semaines de la capacité de réponse du CHU à la fois à l’épidémie de COVID, mais aussi à l’accès aux soins pour les autres pathologies, car la gestion de l’épidémie de COVID nécessitera certaines déprogrammations de soins médicaux et chirurgicaux en cours d’évaluation, même si les urgences restent assurées.

Au final, l’évolution très préoccupante de la courbe de contaminations par la COVID ces derniers jours créée une vive inquiétude pour la Direction et la communauté hospitalière.

En conséquence, le CHU appelle la population Réunionnaise :

  • A accorder sa confiance au bénéfice de la vaccination, en particulier, pour les personnes vulnérables et ne pas prendre le risque de mettre en danger celles et ceux de nos concitoyens qui ont besoin de soins à l’hôpital. Pour rappel, 90% des patients hospitalisés en service de réanimation ne sont pas vaccinés
  • A respecter scrupuleusement les gestes barrières et à se faire tester avant les fêtes de fin d’année afin de se protéger et de protéger ses proches

4 Commentaires

  1. « Le confinement d’abord

    Cette mesure d’une brutalité inouïe n’a jamais été prise dans l’histoire de l’humanité. Son efficacité n’était pas prédictible.
    Son résultat promis devait être la fin de l’épidémie par l’arrêt de sa propagation. Relisons les déclarations de l’époque pour avoir les idées claires. L’évaluation en a-t-elle été faite ? Non. Qui interroge un coût économique estimé en centaines de milliards ?
    Qui interroge le résultat effectif par rapport à la promesse ? Qui mesure les effets mortifères sur la psychologie des enfants, des jeunes, des mères de familles, des personnes isolées, alors que les rapports de la Fondation de France apprennent depuis des décennies que l’isolement et la solitude accroissent très significativement les risques de santé mentale et physique ?
    La page est tournée, la complaisance est là, voire l’énervement. Vous auriez voulu qu’on ne fasse rien ?

    Le complaisant déteste se remettre en cause et il pratique la tension contradictoire pour se disculper d’une part et d’autre part se dispenser de questionner ses décisions et leurs résultats. »

  2. Bonjour, de lire Dct Pick,j’ai des sueurs froides, comme il décrit le corona, entre les mesures prises et l’effet mortiferes sur les enfants, moi qui suis un enfant de la guerre 39 / 45 je ne souhaite à personne de vivre cette période de guerre, alors que le corona
    il y a un vaccin pour enfant différent des adultes ,autant efficace, la directrice d’une EPHAD,avait un faux passe sanitaire elle avait une peur bleue du vaccin,votre peur qui est humaine, ne la dissimulé pas,parlez en

Répondre à Dct Pick Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Covid-19: La pilule anti-Covid de Merck autorisée en urgence aux Etats-Unis

Article suivant

Emmanuel Macron a rendu hommage aux armées (VIDEO)

Free Dom