Un mois depuis le début de l’éruption du Piton de la Fournaise, le front de coulée à 1200 m d’altitude

7 min de lecture

L’éruption débutée le 09/04/2021 à 19h (apparition du trémor) se poursuit. L’amplitude du trémor volcanique (indicateur d’une émission de lave en surface) continue sa lente décroissance initiée depuis le 2 mai (Figure 1). Son amplitude reste cependant encore significative, atteignant encore 40% de l’amplitude maximum observée durant cette éruption, le 13 avril.

Les images des caméras de l’OVPF et de l’OVPF/IRT de ces dernières 24h montrent que :

  • les deux cônes sont toujours actifs avec un dégazage qui est toujours plus marqué au niveau du cône le plus en aval,
  • la présence d’un lac de lave à l’intérieur du cône le plus en amont,
  • l’écoulement de la lave à la sortie des bouches éruptives, se fait essentiellement en tunnels et ce presque jusqu’à la limite supérieure des grandes pentes, où des résurgences de lave sont visibles en surface,
  • le front de coulée continue sa lente progression dans les Grandes Pentes et se situait hier aux alentours de 1200 m d’altitude.

Vigilance face aux retombées de « cheveux de Pélé »

L’éruption volcanique en cours du Piton de La Fournaise peut s’accompagner de retombées de cheveux de Pélé (*).

Aussi, en cas de retombées de cheveux de Pélé, il est recommandé à la population d’être vigilant et de suivre les mesures suivantes :

  • éviter la fréquentation par les enfants des espaces extérieurs où la présence de cheveux de Pélé est relevée ;
  • nettoyer les surfaces afin qu’elles soient débarrassées des cheveux de Pélé, qui s’y seraient accumulés ;
  • laver soigneusement les légumes et les fruits provenant des jardins ;
  • éviter le contact entre la nourriture et les surfaces sur lesquelles se seraient accumulés des cheveux de Pélé ;
  • éviter de manipuler les cheveux de Pélé à main nue ; et en cas de contact avec des cheveux de Pélé, laver les mains soigneusement avec de l’eau.

L’éruption débutée le 09/04/2021 à 19h (apparition du trémor) se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur d’une émission de lave en surface)sur les dernières 24h est restée relativement stable (Figure 1)et comparable à celui observé les jours précédents.

Aucune observation directe du site éruptif n’a pu être réalisée aujourd’hui compte tenu des très mauvaises conditions météorologiques sur le volcan.

Sur les dernières 24 heures, 3séismes volcanotectoniques superficiels (entre le niveau de la mer et la surface) ont été enregistrés sous les cratères sommitaux.

Les flux de CO2dans le sol sont toujoursen hausse à la fois en champ lointain (Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) et en champ proche (Gîte du volcan)

Moyennée sur les derniers jours, aucune tendance significative ne se dessine au niveau des déformations de l’édifice (ni en déflation ni en inflation). Cela pourrait suggérer un flux de magma profond entrant dans le réservoir magmatique superficiel équivalent au flux de sortie du réservoir qui alimente le site éruptif.

Les flux de SO2mesurés par le réseau DOAS «NOVAC»permettent d’estimer les débits de lave. En considérant un magma partiellement dégazé lors des premiers jours d’éruption le débit maximal de lave n’a probablement pas dépassé 20 m3/sec les 9 et 10/04 ; les proportions de magma moins dégazé ont ensuite probablement augmenté dans le temps permettant ainsi d’estimer un débit moyen de l’ordre de 24 m3/sec pour la journée du 13/03 (avec des pics jusqu’à 59 m3/sec). Depuis un débit moyen plus faible, entre 1,2et 8,3 m3/sec,est estimé pour la période du 16 au 20/04 (Figure 2). Il est à noter que les mauvaises conditions météorologiques peuvent affecter la précision des mesures.

Les débits de surface estimés à partir des données satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC université Clermont Auvergne)n’ont pas pu être estimés avec précisions ces derniers jours compte tenu des mauvaises conditions météorologiques sur le site éruptif.

Le traitement par stéréophotogrammétrie des images aériennes acquises hier,lors du survol de l’éruption en ULM,a permis de tracer le contour précis du champ de lave (Figure 3), confirmant que:. le front de coulée est maintenant figé depuis plusieurs jours à une centaine de mètre en amont du cratère le Bonnet,. et que le champ de lave s’étend désormais la téralement,et par épaississement au niveau du réseau de tunnels de lave qui s’est mis en place sur le plateau en aval des cônes. La longeur totale de la coulée était de l’ordre de 3,5km et sa largeur maximale de 750m.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Des baleines observées au large de Vincendo

Article suivant

Météo : un coup de frais passager jusqu’en milieu de semaine prochaine

Free Dom