Est-ce que ce monde est sérieux ?

dans Actualités/Edito de Yves Montrouge/Politique

Les bras m’en tombent. A l’heure où je m’installe devant mon ordinateur en ce dimanche 24 mars pour rédiger, comme tous les dimanches, mon « édito du lundi », un « push » (une alerte) m’apprend, nous apprend, qu’un papa vient de tuer ses trois garçons de 2 ans, 3 ans et 5 ans à la Rivière-des-Galets (Le Port), et que l’aînée des enfants, une fillette de 10 ans, a pu échapper au pire. Mon dieu ! Je ferme les yeux, un instant. On ne trouve plus ses mots dans ces moments là.

Un père de famille qui tue ses trois marmailles, trois pauvres âmes innocentes qui n’ont rien demandé, rien à voir avec leurs querelles d’adultes. Comment est-ce possible ! Où va-t-on ? Est-ce que ce monde est sérieux ? L’origine de ce drame, comme le dira quelques minutes plus tard le procureur Eric Tufféry est « malheureusement claire ». Eh oui, d’une banalité tristement classique : deux adultes qui se rencontrent, qui s’aiment, qui font des enfants puis, un jour – pour des raisons que nul ne peut savoir à part les personnes concernées – ne s’aiment plus, se chamaillent, se séparent. Et, au final, ces sont des enfants qui payent les pots cassés. C’est tellement facile. Et lâche, surtout ! Trois gamins tués par leur propre père. Horrible ! Un père qui se « défoule » sur ses propres enfants jusqu’à leur donner la mort, lui qui leur avait pourtant donné la vie, pour se venger de sa femme qui ne veut plus de lui. Ignoble ! Je commente l’acte d’horreur. Je ne juge pas car je ne connais pas l’histoire de ce couple, de cette famille aujourd’hui décimée. Gardons-nous de juger. Prions pour que les âmes de ces petits garçons innocents reposent aujourd’hui en paix. Prions pour que leur sœur puisse grandir sans trop de séquelles même si, malheureusement, elle risque d’être marquée à vie. Tout comme la maman. La justice fera son travail. Quant au papa assassin, il finira derrière les barreaux au sortir de l’hôpital et y restera sans doute longtemps, très longtemps…. Est-ce que ce monde est sérieux ?

Un père qui tue ses propres enfants chez nous, un «malade » qui assassine une cinquantaine de personnes dans une mosquée en Nouvelle-Zélande, des curés et autres hommes d’église, y compris les plus hauts gradés, qui « niquent », de par le monde, des petits garçons et même des adolescents dans les sacristies ou pas loin des confessionnals ; Des gourous, devineurs, guérisseurs, sorciers qui « touchent » et violent des jeunes filles… Est-ce que ce monde est sérieux ? Signalons qu’une « Marche de l’Espoir pour la dignité de l’enfant » se déroulera le samedi 13 avril prochain, à partir de 10 heures, devant la mairie du Port.

Vous comprendrez que face à de tels drames humains, je ne vais même pas m’attarder sur cette « irruption » de délires haineux et racistes de Brigitte Bardot, cette vieille dame qui perd un peu la boule avec les années qui passent. Une ex-icône (aujourd’hui sans i). Elle vieillit mal. Je n’en dirai pas plus. Elle a présenté ses excuses. Mieux vaut tard que jamais, même si le mal est déjà fait et le mépris clairement affiché envers les Réunionnais, ces « sauvages dégénérés » ! Est-ce que ce monde est sérieux ?

Malgré tout ça, c’est triste de le dire ainsi, la vie continue. Avec son lot de tracasseries de toutes sortes et de politicailleries diverses et variées.

« Situation de crise » au conseil des Prud’hommes

Voyons ce qui se passe, par exemple, aux Prud’hommes. C’est ridicule, dérisoire certes, par rapport aux drames ici et ailleurs, mais ce n’est pas non plus sans conséquences sur la santé du personnel. Je veux parler des plaintes verbales de la majorité des employés du CPH (4 sur 7), le tout formalisé dans un courrier déjà adressé à la Chancellerie à Paris et dont j’ai reçu une copie. Courrier dans lequel, les employés crient leur ras-le-bol face au « management militaire » de leur cheffe de greffe, une greffière qui fait fonction de directrice, et se vanterait, paraît-il, « d’être venue ici pour mettre l’ordre » dans un lieu où il n’y avait pourtant pas de désordre. Aux dires d’une majorité d’employés, la nouvelle cheffe ne dit même pas bonjour « aux têtes qui ne lui plaisent pas », ni ne leur adresse la parole et « elle hautaine».

Le conseil des Prud’hommes a pour mission notamment de traiter des cas de harcèlement moral des salariés dans le monde de l’entreprise mais, comble de l’ironie, au sein même de cette juridiction, au moins quatre salariés sur sept se sentent harcelés. Personne, hormis un syndicat, ne prend le temps de les écouter. Pas même leur cheffe qui « ferait régner la terreur, en divisant pour mieux régner ». Ces salariés dénoncent aujourd’hui « un manque d’écoute et d’attention », un ambiance de travail « qui engendre un sentiment de dénigrement et de mépris », écrivent-ils. L’une des employés, suite à un accident du travail dont la direction a refusé la reconnaissance, est suivie par le médecin du travail, qui a déjà convoqué deux autres agents. L’un des agents, greffier, est en congé maladie pour stress au travail, et ses tâches ont été distribuées d’office aux autres greffiers déjà surchargés, sans concertation, au lieu de demander l’aide d’agents placés. Lorsque les médecins prescrivent un arrêt de travail à certains agents au bord du « burn-out », la cheffe parlerait « d’arrêts de complaisance ». Y compris pour une employée qui a de gros problèmes cardiaques. Vous l’aurez compris, le conseil des Prud’hommes (CPH) traverserait une crise sans précédent depuis la prise de fonction, il y a environ un an et demi, de la nouvelle cheffe en fin carrière, qualifiée « d’inhumaine » par la majorité des employés de son service. Sous prétexte qu’elle aurait la protection de sa hiérarchie. Mais les employés « harcelés » ne sont pas dupes et ont décidé d’alerter directement la Chancellerie via un syndicat, d’autant que « même la responsable des RH du Tribunal d’Instance (TI), du TGI et donc du CPH, ne prendrait pas le temps d’écouter les employés en souffrance ». Selon eux, jusqu’à présent, le Service administratif régional (SAR) bloquait toutes leurs doléances. Raison pour laquelle, ils préfèrent maintenant passer directement par Paris « qui découvre petit à petit le fonctionnement de notre responsable », précisent-ils

Ces employés qui n’en peuvent plus « des méthodes dictatoriales » de leur cheffe, « qui ne fait que mettre la pression », souhaite que la hiérarchie ouvre rapidement les yeux sur « le dirigisme » de cette dernière en instaurant de « bonnes conditions de travail dans l’intérêt du personnel et dans celui des justiciables dont les dossiers sont en retard ». Nous avons appelé la cheffe du CPH à plusieurs reprises, la semaine dernière, sur sa ligne directe (0262 40 22 …). Personne au bout du fil. A suivre !

Cela me fait penser à une autre « grave crise » que j’ai lue dans l’Express cette semaine et qui concerne, tenez-vous bien, le PNF (Parquet national financier) de Paris, cette élite de la justice créée en 2013, qui regroupe 18 magistrats chargés de suivre des dossiers financiers parmi les plus délicats et aux enjeux les plus lourds. « Une structure centralisant les affaires complexes de fraude fiscale, de corruption, de trafic d’influence ou de délits d’initiés », comme l’écrit l’Express. Le PNF est dirigé par Eliane Houlette venue à La Réunion l’année dernière. Un des magistrats du PNF a écrit à la hiérarchie pour dénoncer tout ce qui ne va pas au sein de cette structure. On pourrait donc en déduire que ce n’est pas demain la veille que l’enquête sur la NRL (Nouvelle Route du Littoral) sera bouclée. Elle a débuté depuis 2014… seulement ! Bientôt 5 ans ! D’ici là, la justice aura eu le temps de chercher noise à quelques « petites frappes » (politiques et économiques) locales, histoire de montrer à l’opinion publique qu’elle bosse. Ça pourra toujours faire plaisir aux Gilets Jaunes !

SPL EDDEN : « un axe Virapoullé-Robert contre Fontaine ? »

Venons-en maintenant à la SPL EDDEN (Ecologie Développement Durable Espaces Naturels) créée tout récemment. Une SPL départementale dont la mission consistera à gérer les espaces naturels du Département. Un vaste boulot. Une SPL qui reprendrait également à sa charge les associations telles que le GLAIVE et bien d’autres encore opérant dans le domaine de la protection de l’Environnement, soit plus d’un millier de personnes. Pour diriger cette SPL, un jury a retenu, au terme de plusieurs auditions, un nom, un homme : Gilbert Rivière. Il s’agit de l’ancien directeur de la SPL (Société Publique Locale) MARAINA, une SPL de la Région.

Pour la petite histoire et pour faire rapide – même si je l’ai déjà écrit – rappelons que Gilbert Rivière a été le bras droit de Didier Robert à la mairie du Tampon, puis son directeur de campagne aux régionales. En 2014, le natif du Montvert se retrouve sur la liste des municipales de Michel Fontaine. Il devient conseiller municipal. A cette époque là, Michel Fontaine et Didier Robert et les autres ténors de la droite regardent ensemble dans la même direction. Tout va bien. Gilbert Rivière est à la tête, je vous l’ai dit, de la SPL MARAINA. Il touche 10 000 € net/mois. Tous les élus de droite trouvent ça normal. Décembre 2017, la plateforme de la droite explose après l’élection de Cyrille Melchior, soutenu par Fontaine, à la présidence du Département, contre Jean-Claude Lacouture, le candidat de Didier Robert. Entre Fontaine et Robert, c’est « la guerre nucléaire » (pour reprendre une expression employée par un militant de droite).

2019, Gilbert Rivière quitte la SPL MARAINA (et prend ses distances avec Didier Robert) et se positionne sur EDDEN, dont le conseil d’administration est présidé par Béatrice Sigismeau, sa collègue du conseil municipal de Saint-Pierre, et vice-présidente du Département ; Une proche de Michel Fontaine.

Salaire proposé lors du premier conseil d’administration : 14 000 € (12 500 € de fixe + prime de 1 500 €). Sans compter tous les autres avantages. Aussitôt, bèsement dans la cour… Melchior. Des élus, y compris de la majorité en la personne notamment du 1er vice-président Jean-Marie Virapoullé, tapent du poing sur la table. Ceux de l’opposition dont l’écologiste Yvette Duchemann et aussi Anne-Flore Deveaux, une proche de Didier Robert, estiment que « Melchior est embrigadé par Saint-Pierre » et que « le Département est en train de devenir l’arrière boutique de la mairie de Saint-Pierre ».

Le président Melchior qui ne veut pas « tangaz dans la caz » intervient publiquement, suite au premier conseil d’administration du 1er mars et demande à Gilbert Rivière de revoir ses prétentions à la baisse. Ce dernier s’exécute. D’où le nouveau CA qui s’est déroulé, vendredi dernier, au 3e étage du Palais de la Source. Le salaire de 12 500 € tombe à 9 500 € sur 13 mois. En cas de révocation, les indemnités ne seront pas payées sur 24 mois mais sur 12… On vous passe la voiture de fonction, les billets d’avion etc…. Bref, tous les avantages dont bénéficient quasiment tous les hauts fonctionnaires ou directeurs de SPL.

A noter toutefois que Gilbert Rivière ne sera pas que simple directeur mais administrateur social en endossant l’entière responsabilité des tâches de la SPL, y compris celle pénale en cas de problème. Responsabilité qui incombait à la présidente Fabienne Couapel-Sauret à la SPL MARAINA, même s’il percevait 10 000 € nets/mois sur 13 mois.

Les prétentions à la baisse ne semblent pas satisfaire pour autant tous les élus dont trois (Yvette Duchemann, Anne-Flore Deveaux et le 1er vice-président Jean-Marie Virapoullé) votent contre. Jean-Marie Virapoullé ne mâche pas ses mots. « 9 500 € sur 13 mois, ça fait 12 291 € sur 12 mois. Combien touche le DGS du Département qui gère 5 000 employés ? », demande-t-il laissant clairement entendre que Gilbert Rivière va percevoir un salaire supérieur à celui d’un préfet, d’un ministre. Le 1er vice-président du Département soulève un autre problème au-delà de celui de l’éthique : la question « d’éligibilité » de Gilbert Rivière au sein de la SPL EDDEN, lequel Gilbert Rivière est aussi élu de la Civis, actionnaire de la SPL EDDEN. Jean-Marie Virapoullé met également le doigt sur les futurs recrutements de la SPL avec un directeur, élu à la mairie de Saint-Pierre et une présidente, elle aussi, élue de Michel Fontaine. Les gens du Sud ne seraient-ils pas favorisés par rapport à ceux des autres micro-régions ?

Nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, au sein de la majorité, ont du mal à analyser la posture de Jean-Marie Virapoullé sur ce dossier. « Un positionnement qui jette le trouble sur la majorité et alimente la polémique politicienne tout en donnant du grain à moudre aux opposants», dit-on du côté du Département « où le président Melchior, homme de consensus s’est lui-même dressé contre les premières propositions et a su ramener les prétentions du directeur de la SPL à la baisse ».

Du côté de la mairie de Saint-Pierre, certains élus parlent de « l’axe Virapoullé-Robert » (Virapoullé père et Didier Robert) contre Michel Fontaine, l’artisan de la victoire de de Cyrille Melchior à la présidence du Département le 18 décembre 2017.

« Jean-Marie Virapoullé ne serait que le bras armé de son père pour tenter de déstabiliser Michel Fontaine avec qui il a un vieux contentieux datant des régionales de 2010. En le faisant, il se fait bien voir par Didier Robert, qui ne peut plus supporter Fontaine. Et par la même occasion, il tente de protéger son fils Jean-Marie en dissuadant Didier Robert de lui mettre dans les pattes des candidats (Serge Camatchy, Eric Fruteau, Sylvie Moutoucomorapoullé…) à Saint-André, aux municipales de 2020 », laisse-t-on entendre dans l’entourage de Michel Fontaine.

Lequel entourage s’interroge sur le fait suivant : « comment se fait-il que Jean-Paul Virapoullé, conseiller régional, n’a rien dit durant toutes les années où Gilbert Rivière, en tant que simple directeur de la SPL MARAINA, a perçu 10 000 € nets d’argent public par mois ? Comment se fait-il que Jean-Paul Virapoullé ne dit rien sur la rémunération d’un directeur de compagnie aérienne financée avec l’argent des contribuables ? Ne serait-il pas intéressant qu’il mette également sur la place publique, au nom de la transparence réclamée par les Gilets Jaunes, la rémunération de ce directeur de compagnie aérienne ? Pourquoi ne pas mettre sur la table le salaire et les avantages de tous les directeurs des SPL à La Réunion plutôt que de faire une fixation sur un créole de Montvert en la personne de Gilbert Rivière ? Allons-y ! Chiche, comme dirait Emmanuel Macron, mettons tous les salaires sur la table ».

Certains élus proches de Melchior et de Fontaine voient dans la réaction de Virapoullé-fils « un coup bas » de la Région « avec la complicité de Virapoullé-père qui joue sur les deux tableaux contre le Département dont le président vient de réussir un beau coup avec la recentralisation du RSA et où la gestion n’a rien à voir avec celle de la pyramide. Melchior, homme de consensus, ne cesse de gagner en crédibilité au fil des mois ; l’Elysée et Matignon travaillent de plus en plus avec le Département. Ce qui n’est pas le cas avec la collectivité d’en face où le président cristallise les tensions »… Du côté de Saint-Pierre, il est dit encore que « si le Département était réellement l’arrière boutique de Michel Fontaine, la première vice-présidence ne serait pas revenue à Virapoullé-fils dont le père est maire de Saint-André ». Du côté de Saint-André, on explique que les mises au point juridiques faites par Jean-Marie Virapoullé, c’est « pour protéger le président du Département ». Bref, de la politicaillerie, me direz-vous ! Est-ce que ce monde est sérieux ?

« A Ste-Suzanne, lo z’hommes i command’ pas fanm ! »

Encore un petit mot de politique pour finir : c’était samedi dernier, le matin, devant la mairie-annexe de Quartier-Français, que la municipalité s’apprête à vendre suite à une récente décision du conseil municipal. Une manifestation réunissant une petit vingtaine de personnes appartenant à un Collectif « les citoyens de Sainte-Suzanne en colère » mené par René Bègue. Un Collectif qui dénonce la vente de la mairie-annexe et de l’ancienne gendarmerie pour 2,6 millions d’euros au Crédit Agricole qui aurait déjà acheté le Domaine de Franche-Terre. Oui, mais encore ? Selon le Collectif, « le maire Maurice Gironcel et son 3e adjoint Maxo Pony siègent dans une commission du Crédit Agricole ». Ah, j’allais oublier : à la manif de samedi, il y avait aussi Daniel Allamélou, candidat à Sainte-Suzanne en 2020, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous (à l’extrême droite).

Sans doute passait-il par là, par hasard. La manif aura duré une petite heure. Très vite, en effret, deux ou trois employés communaux avec à leur tête Gina B., une proche de Gironcel, ont « nettoyé » la place en « arrachant » les quelques pancartes et panneaux posés sur les grilles de la mairie-annexe. A Sainte-Suzanne, « lo z’hommes i command’ pas fanm ! ».

Pour finir vraiment cette fois, je voudrais présenter mes excuses à Farid Mangrolia, le jeune référent territorial de La République En Marche (LREM) à La Réunion. J’ai écrit mardi dernier que la ministre des Outre-mers, Annick Girardin, avait organisé une réunion politique à la Villa Angélique aux frais de la République. Précisions apportées par Farid Mangrolia : « c’est LREM Réunion qui a tout payé. Nous avons également véhiculé Mme Girardin dans la voiture d’un de nos militants ». L’histoire ne dit pas en revanche si c’est toujours LREM – ou les contribuables – qui a payé le garde du corps de la ministre ainsi que les fonctionnaires de police de La Réunion qui montaient la garde, aux abords de la Villa Angélique, rue de Paris.

Y.M.

([email protected])

12
Poster un Commentaire

avatar
11 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
9 Comment authors
ThierryMerlucharoojeanConnu par le public si payé par le publicMoin mi vote pu pou la peau patate Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Cecile
Invité
Cecile

Ah oui un directeur d’une compagnie aérienne qui fait rougir! Je crois n’avoir jamais vu un tel salaire à la reunion! Et ça c’est très très proche de DR !

DUFOUX
Invité
DUFOUX

Virapoullé tu vas te mordre les doigts bientôt, car du côté de la pyramide on ne te voit pas d’un bon œil. Preuve vous avez été jeté comme 1 malpropre, sans délégation. Pire le poste de 1er Vice président vous ait passé sous le nez par Madame qui ne voulait pas de vous. Réfléchissez à 2 reprises car sur saint André votre canard lè plus que NOIR.

Jack
Invité
Jack

Et oui le monde est fou ! Surtout le pharaon frappé de démence, empli de haine et de vengeance voulant une fois de + faire disparaître les dinosaures comme se fut le cas il y a des millions d’années. Mais il est fort ce maître de la pyramide, il a réussi à dresser l’un des plus vieux , JPV.. a suivre. Effectivement, l’Etat travail avec le Département car Macron reste en dehors des querelles comme Mr Melchior. Je tire également mon chapeau à Farid qui a une posture pas facile, mais qui tient bon, mon ami, un conseil, tout se… Lire la suite »

Drula
Invité
Drula

Un crèole oui,mais habitant du tampon à la gamelle de tak, Robert, puis fontaine un rapetout un alimentaire de la politique,il s’engraisse sur le dos peuple,pendant ce temps les petits souffrent.

Merci ,michel Fontaine, merci Beatrice Sigismeau.

Connu par le public si payé par le public
Invité
Connu par le public si payé par le public

Il y a tellement de fric dans les collectivités que les élus en distribuent par dizaines de milliers aux copains . Les contribuables doivent être informés des salaires exorbitants , des primes , des avantages que perçoivent tout employé de collectivités et il y en a bcp qui émargent à plus de 10 000 euros . Les élus créent des sociétés mixtes , toutes sortes de SPL pour arroser tout le monde . Quand on rentre chez soi avec une voiture de fonction des collectivités , c’est les voisins qui payent l’addition . Bien évidemment, comme dirait l’autre , ceux… Lire la suite »

Paulo
Invité
Paulo

Quand Monsieur Rivière était proche de DR sa ne dérangeais pas du tous.

Jacquot
Invité
Jacquot

Virapoullé i rod son port ek son million une fois fini Gagner lu va fé com Département, dis woui jusqu’a Dernier après met son garcon 1ere Vice Président. Aprè danger matelot

Zistoir
Invité
Zistoir

Quand je lis votre édito se sont des prophéties de plus de 1900 ans qui s’accomplissent actuellement sous nos yeux dans cette édito et encore plein d’autres avenir. romains 1 verset 28à 32 met un titre à vos grandes lignes

Moin mi vote pu pou la peau patate
Invité
Moin mi vote pu pou la peau patate

Maintenant je sais . Je sais que par mon vote , les élus se bâtissent des fortunes financières et immobilières. Je sais qu’ils embauchent épouses , familles , amis , copains payés entre 30 000 et 150 000 euros par an pour voter pour les élus en place. Je sais qu’ils me font payer leurs avocats pour les défendre de leurs malversations financières. Je sais que beaucoup d’élus perçoivent des primes légales ou illégales . Je sais qu’ils voyagent confortablement en 1ère classe , occupent des logements de fonction avec les frais annexes , roulent en voitures de fonctions avec… Lire la suite »

jean
Invité
jean

Sérieux ce n ‘est plus le cas ,et ça se voit , de plus en plus cruelle , méchant , bientôt se sera marche ou crève , l’argent roi , la course a l ‘argent mafia partout .

Merlucharoo
Invité
Merlucharoo

Bonjour a tous les lectrices et lecteurs de notre cher éditorialiste. Je voudrais juste que vous écoutiez un chant qui résume le ” sérieux du monde ” – Gérard Ranggeh – Racine des Iles – Ou va le monde (Where will the world). Merci encore Monsieur Montrouge pour votre sérieux.

Thierry
Invité
Thierry

Didier ROBERT est un très grand Président de Région, c’est lui qui a rééquilibré les territoires par le plan de relance des communes (des villes oubliées comme Salazie, Saint-Philippe, Cilaos ont reçu des dotations régionales sans précédent pour réaliser leurs projets), qui a œuvré pour les grands projets dont l’historique route du littoral (il préfère se battre pour l’humain que pour des roches…). Le jeune Didier ROBERT a bien mûri, l’avenir est devant lui, Michel FONTAINE un peu moins. Didier ROBERT Travail pour les Réunionnais, il sera élu pour un troisième mandat…