États-Unis : un produit chimique cancérigène retrouvé dans au moins 44 désinfectants pour les mains

3 min de lecture

Des échantillons de 44 désinfectants pour les mains contenaient du benzène, un produit chimique industriel connu pour causer la leucémie et présenter d’autres risques graves pour la santé.

Valisure, société dédiée à empêcher quiconque de souffrir d’effets indésirables de médicaments de mauvaise qualité, a testé 260 produits désinfectants pour les mains et a trouvé 44 lots (17 %) contenant du benzène, selon un communiqué de presse partagé sur son site Web mercredi 24 mars.

Le benzène est reconnu par les États-Unis, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’autres organismes pour causer le cancer chez l’homme, l’Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH) énumérant les voies d’exposition, l’inhalation, l’absorption cutanée, l’ingestion, le contact cutané ou oculaire.

La Food and Drug Administration (FDA) stipule que le benzène ne devrait pas être utilisé dans un produit pharmaceutique en raison de sa toxicité, mais a autorisé une limite provisoire de 2 parties par million (ppm) pour le benzène dans les désinfectants liquides pour les mains afin de répondre à la forte demande créée par la pandémie de COVID-19 en cours.

Le niveau le plus élevé de benzène détecté au cours de l’analyse de Valisure était de 16,1 ppm, soit plus de huit fois la limite provisoire de la FDA. La pharmacie demande à la FDA de demander un rappel immédiat sur les lots contaminés et de mettre à jour ses lignes directrices afin d’inclure une limite d’exposition au benzène, ainsi qu’une concentration.

De plus, Valisure demande à la FDA d’enquêter plus avant sur les lots pour confirmer si les lots contaminés sont également incompatibles avec les directives de la FDA de ne pas ajouter d’ingrédients inactifs – y compris ceux qui améliorent l’odeur, le goût ou l’apparence – pour augmenter l’ingestion chez les enfants.

Valisure a déclaré que son analyse a montré que certains lots hautement contaminés semblaient être spécifiquement commercialisés pour les enfants.

Retrouvez l’enquête complète de Valisure ICI

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Covid-19 : Inde, un nouveau variant inquiète, 59 069 cas en 24 heures

Article suivant

Pékin Express : Nour et Kaoutar dénoncent le racisme en Grèce

Free Dom