Farid Mangrolia propose la création d’un secrétariat d’Etat au Vivre Ensemble

7 min de lecture
15

Farid Mangrolia explique dans un communiqué la pertinence de mettre en place un secrétariat d’Etat du vivre ensemble à l’interculturalité et à la laïcité avec pour base de réflexion l’île de La Réunion :

“De la reconnaissance du concept de la diversité au partage de valeur commune, la nécessaire création d’un secrétariat d’Etat au Vivre Ensemble, au dialogue interculturel et à La laïcité
Les tensions intercommunautaires progressent dans un climat de défiance. Comment redonner la confiance et la possibilité de trouver un destin commun ?
De la question de la cohésion sociale à celle du développement durable, comment vivre et faire ensemble dans une société pluriculturelle ou l’on ne peut plus nier le concept de la diversité.
Le système assimilationniste post colonialiste déjà dépassé, trouve ses limites en ce XXIe siècle. Les réalités du quotidien nous le rappellent par les tensions et incompréhensions grandissantes. Vers quel modèle sociétal voulons nous aller, quelle logique de rencontre peut-elle redonner espoir pour désormais vivre en paix dans le respect de chacun ?
A défaut d’un multiculturalisme souvent critiqué qui tendrait à renforcer le communautarise voir le communalisme, une troisième voie est possible celle de l’interculturalisme.
Ce modèle de rencontre et de choix de vie apparait en tant que tel dans le champ scientifique dans le dernier quart du XXem siècle. Le type de relation dite interculturelle permet de s’enrichir de la diversité dans le respect des identités et des cultures originelles, tout en suscitant une espace de reliance et d’échange neutre et constructif pour un destin commun partagé : la laïcité.
Un engagement politique fort pour une logique de rencontre interculturelle permettrait la reconnaissance et la valorisation de tous les français à la hauteur des valeurs de leur engagement citoyen. Susciter plus de connaissance et de liens entre les diversités pour plus reliances, de cohésion et de respect de chacun est le fondement premier d’une relation interculturelle (T. Malbert,
2009, 2015). Le décentrement et le pas de côté en sont les tenants. De nombreux chercheurs portent leur analyse, tel I. Asgarally de l’île Maurice, sur le fait que la paix peut se maintenir uniquement si la logique de rencontre interculturelle prime. La mondialisation et l’accélération sans précédent du développement est telle que le monde, nous dit-il, va vers « l’interculturel ou la guerre » (tire de son ouvrage).
Dans cette logique nous proposons la création d’un secrétariat d’Etat au Vivre Ensemble, au dialogue interculturel et à la laïcité.
La question de mieux vivre et de faire ensemble est aujourd’hui plus qu’hier en lien direct avec le développement durable de notre société laïque et démocratique.
Au-delà d’avoir un rôle fédérateur de conseil et de ressource en la matière pour les divers ministères, il s’agira également pour ce secrétariat de développer une réflexion approfondie sur le thème du vivre ensemble, ces concepts et paradigmes, et plus spécialement en ce début du XXIe siècle dans le contexte vécu et perçu dans les différents territoires de la République.
Oui La Réunion à une place et un rôle à jouer en tant qu’inspiration et espoir
La Réunion est une terre de peuplement, de métissage, terre de multiples cultures et cultes. Souvent les médias, les métropolitains ou les touristes citent La Réunion comme un exemple du vivre ensemble. Loin de l’angélisme, les formes d’adaptation qui déboucheront sur des formes de « vivre ensemble » sont unique est non transposable car la société réunionnaise a évolué dans une histoire et un contexte particulière, celui d’un peuplement rapide et pluriel.
Si la société réunionnaise, par la proximité de la diversité des apports de population en contact, par son histoire et sa gestion de la diversité sur un territoire étroit, constitue un modèle en soi assez unique, certes plus ou moins transférable dans d’autres contextes, elle est néanmoins un écrin de cohésion au sein de la République. Dans un contexte hexagonal de défiance culturelle et cultuelle, il devient urgent de comprendre le fonctionnement des formes d’adaptation à l’Autre pour une meilleure application des actions et programmes relevant de la gestion de la diversité en métropole.
L’université de La Réunion depuis 20 ans mène des travaux de recherche scientifique pour analyser les formes de reliance interculturelle et inter-religieuse qui tendent à plus de cohésion et de respect dans la diversité (T.Malbert 2016). Les formations, enseignements et recherches mises en place à l’université de La Réunion, nous permettent d’obtenir des réflexions et des éléments d’analyses pour accompagner les projets politiques telle la création d’un secrétariat d’Etat qui toucherait à ces questions fondamentales du rapport à l’Autre et du rapport à soi.
La Réunion peut et doit être une chance pour l’Europe et La France !”


15
Poster un Commentaire

avatar
12 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
13 Auteurs du commentaire
SinoelJocelynMARGOZEMarieLe vendeur de vent Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox