/

Fermeture du service urologie du CHU : les réactions se multiplient

6 min de lecture
2

L’Hôpital Public est une fois de plus attaqué : le service urologie du CHU Félix GUYON ferme en juin.

Réaction d’Huguette Bello, maire de Saint-Paul

“C’est le démantèlement du Service Public de Santé qui continue à travers la fermeture du service d’urologie du CHU Felix GUYON.

C’est une offense au grand Réunionnais qu’a été l’Académicien de Médecine et Académicien des Sciences, Félix GUYON, considéré par les urologues du monde entier comme le « père » de l’Urologie moderne, fondateur et président de l’Association Internationale d’Urologie qui devint la Société Internationale d’Urologie en 1921.

C’est une offense à La Réunion.

Cette compétence de l’Hôpital Public que représente le service urologie du CHU Félix GUYON passe dans les mains du privé et à la clinique Sainte-Clotilde.
Les conséquences sont graves pour les 1600 patients qui chaque année font appel au service urologie du CHU, graves pour ceux dont l’état de santé nécessite un accueil d’urgence par des spécialistes.

Ces patients seront forcés soit de se diriger vers le service urologie du CHU Sud qui n’est pas en capacité d’accueillir la totalité des malades souhaitant bénéficier du service public de santé, soit de se tourner vers des établissements privés.

C’est une rupture dans l’accès des Réunionnais-es au service public de soins. Cet acte d’abandon du service public au privé est intolérable. Les Réunionnaises et
Réunionnais ne peuvent l’accepter.

Le service urologie doit être maintenu au CHU pour la continuité du service public et l’accès des Réunionnais à des soins de proximité et de qualité en Hôpital Public.”

Réaction de Didier Robert , président de Région

«Je ne peux que déplorer la situation délétère vers laquelle se dirige l’offre de soin en urologie dans le Nord du département. Sur recommandation de l’IGAS (l’Inspection Générale des Affaires Sociales), le service dédié du CHU de Saint-Denis va devoir fermer provisoirement ses portes au détriment de quelques 1600 patients qui y ont recours chaque année.

Je salue cependant les efforts de l’ARS, du Centre Hospitalier Universitaire et de la Commission Médicale d’Établissement, qui mettent tout en œuvre afin de réorienter les malades vers d’autres établissements comme le CHU Sud, et les cliniques de Sainte-Clotilde et des Orchidées.

Jusqu’à la réouverture de ce service dans le Nord, je resterai particulièrement vigilant et attentif à ce que les soins en matière d’urologie, demeurent de qualité sur l’ensemble de l’île.

Je demande par la-même, que cette réouverture se fasse dans les meilleurs délais et conditions d’encadrement possibles. Ceci au bénéfice de la continuité de soins des patients et du travail reconnu de qualité, des agents hospitaliers concernés».

Réaction Karine Lebon, députée de la Réunion

Le 18 mars, à la tribune de l’assemblée nationale, j’ai alerté le gouvernement sur cette situation absurde et en totale défiance face à la santé des Réunionnais.
Pour résoudre un conflit entre des praticiens, l’inspection Générale des Affaires Sociales (l’IGAS) a décidé de fermer le service urologie du site nord du Centre Hospitalier Universitaire en juin prochain. Plus de 1600 malades en souffrance devront faire face à un véritable parcours du combattant. En supprimant ce
service public, au mépris des patients, qui sont invités à se diriger vers le privé ou vers le site sud du CHU, déjà saturé, c’est un aveu d’abandon de l’État de l’hôpital public.
Cette décision n’est pas seulement choquante. Elle est irrecevable pour qui connaît les taux records d’insuffisance rénale chronique à La Réunion. Qui peut accepter un tel démantèlement du service public de santé?
Les Réunionnais ne peuvent pas faire les frais de ce psychodrame managérial. Ils attendent que leur santé soit au centre des décisions.

2 Commentaires

  1. Ce service traine une reputation execrable depuis des années.
    Quand j’ai eu besoin d’un avis, autant des amis que des medecinq m’on dit : pas le CHU…
    Unanimes
    A priori querelle d’ego

    Bonne nouvelle pour l’hôpital qui repartira sur des bases saines on l’espère..

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Restrictions sanitaires à La Réunion : près de la moitié des entreprises ne peuvent plus payer leurs salariés

Article suivant

St-Paul : sous les ruines de l’usine sucrière de Vue Belle

Free Dom