FORCES DE GAUCHE REUNION : “L’école 2.0 à la maison, ça n’est pas l’école… Et cette rentrée n’en sera pas une”

5 min de lecture
7

Pour compenser le confinement des enfants pendant cette période de pandémie du Covid-19, l’école propose une continuité pédagogique utilisant les outils du numérique, face auxquels nous ne sommes pas égaux, et génèrent différentes inquiétudes aux enseignants,  parents et  élèves. La classe à la maison ne continue pas l’école à cause de criantes inégalités:

  • Inégalités matérielles en matière d’équipements informatiques, connexion internet, courriels, maîtrise des logiciels, outils de reproduction (imprimantes et scanners). Les logements sont souvent inappropriés au travail individuel synchronisé ou non avec “la classe virtuelle”.
  • Inégalité familiale des parents démunis qui ne sont pas des enseignants, et qui laissent donc les enfants en autonomie ou en autogestion à cause de l’absence des repères habituels: ce qui très anxiogène et déstabilisant pour les élèves les plus fragiles et les plus défavorisés.
  • Inégalité des enseignants eux-mêmes face à l’outil numérique sans la présence des élèves.

La question de la finalité de l’école – l’égalité des chances – vient percuter l’optimisme des propos officiels pour qui il y a continuité, alors que tout va dans le sens contraire: une augmentation des inégalités. La continuité pédagogique numérique ou l’école à la maison n’existe pas dans la vie quotidienne du confinement familial, très violent à La Réunion. Vos bons sentiments sont déplacés face à la réalités des injustices. Ne rajoutez une crise scolaire à la crises sanitaire.

 

Mais, après avoir confiné le peuple pendant deux mois sans prendre l’avis de la population , Macron décide seul le déconfinement pour le 11 mai et le 14  une rentrée pour les plus petits, sachant que les enfants sont un  réel danger face à ce virus en pouvant contaminer leurs familles aux domiciles et contribuer à la fameuse “deuxième vague”, tant redoutée.

 A La Réunion pour l’instant 12 maires ont eu le courage d’annoncer qu’ils ne rouvriront pas les écoles dans leurs communes car  ne disposant pas les moyens en personnel et ni financier pour mettre en oeuvre ce protocole sanitaire du Ministère de l’Education nationale relatif à la réouverture et au fonctionnement des établissements scolaires. Les délais restants pour réaliser les aménagements et les encadrements nécessaires sont trop courts. Malgré ces incertitudes et ces peurs, les autres maires ont pris la décision de rouvrir les écoles contre l’appel de l’intersyndicale de la fonction publique et territoriale qui refuse la mise en application de ce protocole de rentrée de plus de 60 pages, très compliqué à réaliser pour assurer la sécurité sanitaire de nos enfants dans les écoles, les collèges et les lycées, surtout qu’il a été  pour tous et partout imposé et non négocié dans la concertation.

 

Alors, plutôt que de vouloir rattrapper le temps perdu en précipitant la rentrée des enfants et la tenue des examens, aubaine pour le seul patronat; il faut donner à l’école le temps de se réinventer, de se moderniser pour poursuivre l’intégration des savoirs, sans stress, sans pression. 

Prenons le temps long pour savoir comment nous épargner le retour des désastres sanitaires, climatiques et humains, redéfinir la construction de notre bien commun, de notre destin partagé et tendre vers notre idéal démocratique.

Didier DUPONT Jean Paul PANECHOU FDGR

FORCES DE GAUCHE REUNION


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



7 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox