/

Forte émotion après parution du livre « les fossoyeurs »

6 min de lecture
Après parution du livre « les fossoyeurs »
Forte émotion après parution du livre « les fossoyeurs » qui traitait d’abus économiques sur nos ainés dans les EHPADS. Et pas seulement au niveau du public mais aussi au niveau du gouvernement d’autant plus en période pré-électorale… Touchant une « taxe de solidarité » depuis 1945, celui devient co-responsable de ce qui arrive d’autant qu’il a fermé les yeux. Il doit dès lors se justifier…de ne pas avoir contrôlé suffisamment les structures auxquelles il confiait l’argent public (40% du financement des EHPADS)- notre argent- pour les subventionner. Ainsi, affaires, plaintes pour rationnement (même les biscottes et couches…) et maltraitances tombent de partout. On sait donc que les structures pour dorlotter leurs actionnaires, se sont enrichies largement sur le dos de nos Ainés : c’est le « guild management » : optimisations financières, rationnements systématiques, soins payés par l’assurance maladie, embauche de C.D.D pour obtenir plus de subventions, rétro-commissions sur couches etc..
On sait que la population de nos Ainés va doubler d’ici 2050…
Pourtant en 2018, le Conseil économique et social avait été saisi mais les lobbies ont agi pour étouffer les affaires au niveau le plus haut et les structures étaient généralement prévenues un mois d’avance de la visite des contrôleurs… Aujourd’hui l’Etat se sent obligé d’intervenir…enfin…par une double enquête indépendante et financière qui commence aujourd’hui chez ORTEA.
1/4 des établissements sont « à but lucratif » et l’Etat faute de mettre la main à la poche pour nos ainés les plus dépendants-ceux-ci votent peu… leur fait des largesses…, les autres ne réalisent pas de bénéfices. Quant au secteur public et associatif il recueille dans la limite de ses moyens les plus modestes…
Le personnel, trop peu nombreux, peu formé ni payé, travaillant dur vite et sur beaucoup d’heures n’afflue pas et est en fait victime de la situation. Il ne peut être considéré comme responsable car ne pouvant pas faire correctement son travail dans de telles conditions / Pas le temps de les accompagner ni pour leur repas, ni pour leur toilette…tout est chronométré. Or, il faudrait pouvoir encourager nos ainés à se concentrer, à réfléchir, à lire …pour préserver leur santé mentale, mémoriale et intellectuelle.
Faute d’accompagnement minimum, nos gramounes vont progressivement « glisser » et se laisser aller, accélérant leur dépendance et…leur décès ( 2 ans d’espérance de vie en EHPAD)
Pourquoi n’entend t’on et n’écoute t’on pas nos Ainés ? Pourquoi ne se plaignent ils pas ? D’abord car on ne rentre pas dans un EHPAD comme çà, on est toujours accompagné par la Direction (journalistes) ensuite car les personnes âgées ont peur des remontrances (de la direction et de leur famille). Ensuite car les familles culpabilisent d’avoir donné l’impression d’avoir confié leurs parents à des structures abusives. D’où « omerta », la loi du silence : on ne veut plus voir la mort et son antichambre…D’autant que le débat par manque de courage politique n’a toujours pas été ouvert sur « le droit au suicide assisté » en cas de situation irréversible.
Alors les solutions ? Elles existent pourtant : une aide conséquente au maintien à domicile-avec indemnisation des aidants extérieurs à la famille- par exemple…
une augmentation conséquente des retraites (1200€ (Pécresse) à 1400€ net minimum (Mélanchon) avec indexation sur les prix ou les salaires. Du côté des familles, il faut systématiquement porter plainte contre maltraitance au commissariat …
En fait l’Etat devrait ouvrir un grand débat éthique et contrôler beaucoup plus les structures subventionnées mais il ne le fait pas ou mal.(en prévenant de leur visite). D’où décès suite à des escarres, des plaies infectées… Il faudrait un contrôle systématique de la « Cour des comptes » et par les parlementaires, imposer un médecin coordinateur responsable dans chaque EHPAD, revoir les conditions d’embauche (en CDI) la formation, les conditions de travail et la rémunération des personnels, faire des référentiels sur la qualité des soins et enfin privilégier le maintien à domicile, proposition soutenue entre autres par SOS GRAMOUNES ISOLES avec indemnité aux accompagnants de nuit d’environ 800€/mois, (Pourquoi ne pas doubler le crédit d’impôt pour le faciliter ?) le logement inclusif, inter-générationnel….
Patrice Louaisel
Président de SOS Gramounes isoles

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le Parti de Gauche Réunion réprouve les propos du Maire de Saint-Benoît

Article suivant

« Le droit de refuser les injections devrait être largement diffusé! »

Free Dom