Fret maritime et aérien : demande d’un dispositif d’aide exceptionnelle pour sauvegarder nos entreprises artisanales

2 min de lecture

Depuis plusieurs mois, la crise sanitaire actuelle occasionne de nombreuses perturbations dans le trafic maritime et aérien. Cette situation n‘est pas sans conséquence sur la chaîne d’approvisionnement et la circulation des marchandises en provenance des territoires fournisseurs. La suspension des vols internationaux au plus fort de la crise, la rareté de conteneurs disponibles et le blocage momentané du Canal de Suez en mars dernier, n‘ont fait que renforcer la problématique.

Déjà affaiblies par les conséquences économiques de la pandémie, nos entreprises artisanales doivent faire face à de nombreux retards de livraison, et subissent de plein fouet  un renchérissement excessif du prix du fret : 30% en moyenne pour le fret aérien et multiplication par 3 voire 4 des coûts sur le trafic maritime en provenance d’Asie.

En outre, les tensions mondiales sur l’approvisionnement en matériaux de construction, bois et acier notamment, font craindre un risque réel de pénurie, synonyme d’arrêt d’activité pour un grand nombre de nos professions.

C’est dans ce contexte alarmant, qui soulève de vives inquiétudes chez les professionnels dépendant des approvisionnements extérieurs, que nous avons interpellé le 16 août les pouvoirs publics pour que la mise en place d‘un dispositif d’aide exceptionnelle de trésorerie soit discuté et créé, avec le soutien du Ministère de l’Economie, destiné à compenser les renchérissements constatés des tarifs du fret.

Nous rappelons à nos ressortissants que les services de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Réunion sont mobilisés pour les accompagner dans cette période compliquée. Nous les invitons à se rapprocher de nos conseillers dans les 4 antennes* de notre Chambre Consulaire ; nos services sont également disponibles en ligne sur notre site internet www.artisanat974.re .

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La Chambre de métier demande un plan d’urgence économique pour sauvegarder les entreprises

Article suivant

Intempéries dans le Sud sauvage : la CMA se mobilise

Free Dom