Percuté dans un couloir de bus, un dionysien de 48 ans entre la vie et la mort

Un homme de 48 ans lutte pour survivre depuis hier soir, et son pronostic vital est engagé. Il a été admis au CHU de St Pierre.
Le dionysien a été percuté alors qu’il circulait à pied dans un couloir de bus par un scootériste. Ce dernier avait pris la fuite dans les rues de Sainte Clotilde immédiatement après son forfait. Devant l’état critique de sa victime, le pilote du deux roues s’est rendu de lui-même aux forces de l’ordre et a été placé en garde à vue. Il est présenté cet après midi devant la justice et pourrait être mis en examen pour homicide involontaire.
Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

5
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
NOËLDominiqueMôvéLangBoloLolo Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Lolo
Invité
Lolo

Où sont les flics????? Qui laissent faire ses pseudo motard.

Bolo
Invité
Bolo

Encore un cagniard en rodeo du coin

MôvéLang
Invité
MôvéLang

Mais ce piéton, il ne sait pas que même sur trottoir ils ne sont pas entièrement en sécurité, marcher sur une voie de circulation ce serait du suicide.
Le législateur devrait réglementer et sanctionner le comportements des piétons qui font n’importe quoi.
Il faudrait supprimer la loi sarkozi qui les font croire qu’une fois sur la, ils sont invincibles.

NOËL
Invité
NOËL

Peut-être que le piéton traversait la route, et a ce moment là, il est obligé de passer sur la voie du bus. Le scooteriste lui, il aurait dû rouler sur la voie qui lui est réservé.

Dominique
Invité
Dominique

où sont les flics … ? oké, mais arrivé le jugement devant le tribunal, ce ne sont pas les policiers qui les protègent, mais le juge, même si la personne a le droit d’un avocat