Ségur de la Santé : les soignants manifestent ce matin devant l’ARS (PHOTOS/VIDEOS)

Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une nouvelle journée de mobilisation nationale ce mardi 30 juin pour réclamer plus de moyens, alors que le “Ségur de la santé” entre dans sa dernière ligne droite. Le mouvement pourrait être suivi massivement à la Réunion, en particulier au CHU de Terre Sainte où le personnel est en souffrance depuis des mois, mais aussi au CHU de Bellepierre, où une minute de silence sera observée à 11 heures sur l’esplanade du CHU.

Un point de rassemblement a été organisé à Sainte Clotilde par l’ intersyndicale (CGTR, FO, FSU, Saiper et Solidaires) devant l’ARS depuis 9h30. Objectif: exiger des moyens pour l’hôpital public et défendre tous les services publics. Nous sommes sur place :

Devant l’ARS, l’un des portes-paroles du syndicat FO est revenu sur les raisons de la mobilisation de l’intersyndicale ainsi que sur les revendications des collectifs hospitaliers, à la suite de la crise du Covid-19 :

Le laboratoire du CHU Sud Sud se montre solidaire de la grève du 30 juin 2020.

Pour Marie-Hélène DOR, secrétaire départementale FSU : “Ils/elles ont été applaudi-es, salué-es, porté-es aux nues des semaines durant pour leur engagement au service de la population. Les personnels soignants ont en effet été en première ligne dans la lutte contre la pandémie due au nouveau Coronavirus. Aujourd’hui, alors même que le virus circule toujours, le « Ségur de la Santé » fait tomber les masques. C’est bien une duperie destinée à enterrer les promesses de lendemains qui chantent. L’investissement tant attendu de l’État accouche d’une souris et le « monde d’avant » revient au galop : opération de com, austérité budgétaire, aucun recrutement supplémentaire. Ainsi l’hôpital public est renvoyé à sa pénurie de moyens pourtant dénoncée avec force par ces mêmes personnels bien avant la pandémie. Il en est autant de tous les services publics alors que la gestion de la crise sanitaire a entièrement reposé sur l’engagement des personnels face à l’incurie gouvernementale

Les soignants, sur tout le territoire national,  sont de nouveau appelés à manifester mardi pour réclamer plus de moyens pour l’hôpital, alors que le SEGUR de la santé approche. D’ailleurs l’ARS à la Réunion, a émis hier une trentaine de propositions que nous vous invitons à lire ici

LIRE AUSSI : Ségur de la Santé : 30 propositions recensées par l’ARS Réunion

Rappelons que lors de la dernière mobilisation, en France et en Outremer, 180 000 personnes selon les organisateurs s’étaient mobilisées le 16 juin et que dans notre ile, la colere gronde notamment à cause du service de néphrologie. Hier, une conférence de presse était menée avec le député David Lorion qui dans un communiqué dénonçait “la décision de la direction du CHU de transformer le service de néphrologie (la spécialité médicale visant à prévenir et à diagnostiquer les maladies des reins) en une unité de médecine polyvalente au sein du CHU Sud est scandaleuse et dangereuse pour la population du Sud.

Voir la vidéo de cette conférence de presse : 

Réaction de David Lorion 

Cette décision communiquée en fin de semaine pour un passage en force lors du Conseil de surveillance du mardi 30 juin est ignoble sur le fond comme sur la forme, car elle prend de court les patients, leurs familles et les soignants de l’hôpital. Après la suppression et le démantèlement de trop nombreux services de soins au CHU Sud (Chirurgie infantile, laboratoire de biologie moléculaire et maintenant la néphrologie), je déplore les techniques de communication et de mise en oeuvre de la direction, qui commence par ne pas renouveler les médecins du service (car ce problème est connu depuis plus d’un an pour la néphrologie), supprimer des lits et des postes, annoncer une fermeture temporaire et une réorganisation, pour passer en force lors du conseil du surveillance. Trop souvent, il s’ensuit quelques mois plus tard des décisions entérinées dans un silence coupable, voire criminel. Je souhaite vivement dénoncer ces décisions iniques d’une gouvernance médicale et administrative amarrée à Saint-Denis, méprisante pour le CHU Sud et son personnel. Je ne conçois pas une organisation qui prévoit que l’avis du néphrologue sera pris sur le site du Nord mais que la dialyse en urgence sera assurée dans le Sud, alors que légalement les infirmiers diplômés d’Etat (IDE) affirment justement ne pas être autorisés à le pratiquer sans la présence physique d’un médecin néphrologue. Que dire encore des jours fériés et des week-end pendant lesquels les soignants infirmiers seront seuls avec des patients qui en cas d’agitation ou de malaise seraient sans doute évacués du CHU Sud vers le CHU Nord par le SMUR ? Le CHU Sud est encore une fois dépouillé de l’un de ses services de soin. La population du Sud, notamment toutes les personnes qui souffrent du diabète et qui peuvent avoir des complications rénales, est mise en danger” concluait hier, le député David Lorion

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

6
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
4 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
GramouneGet up stand upLoboNoé de l'Arche Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

“Soignants” deviennent “manifestateurs” !

Gramoune
Invité
Gramoune

Alors que des discussions sont en cours… pourquoi manifester ? Attendons la fin, et
alors, peut-être, on pourra manifester, car on aura des informations complètes.
Mais c’est la MODE EN FRANCE, de manifester D’ABORD, et de DISCUTER après..
Complètement ridicule.

Lobo
Invité
Lobo

Un mois de salaire en plus augmentation a gogo ce n’est pas suffisant pr eux ?

Get up stand up
Invité
Get up stand up

Il existe en France le droit de manifester quand on est pas en dictature

Lobo
Invité
Lobo

Il existe aussi le Pensez aux autres et laissez nous un peu de pognons

Gramoune
Invité
Gramoune

Bien sûr qu’il existe le DROIT DE MANIFESTER, mais si beaucoup de manifestations
n’apportent rien, c’est qu’il y en trop, et SURTOUT POUR N’IMPORTE QUOI. SEULS
LES SYNDICATS (qui ont de moins en moins de syndiqués) PARLENT D’AVANCÉES,
ALORS QUE LEUR RÔLE PREMIER EST DE DÉFENDRE LES TRAVAILLEURS, or cela
n’est que rarement leur problème : on défend surtout les CADRES ET DÉLÉGUÉS
DES SYNDICATS, QUI EUX, N’EN ONT PAS BESOIN, SAUF À ÊTRE PAYER SANS
TRAVAILLER…