Indicateurs de valeur ajoutée : des lycées de La Réunion dans le groupe « très performants »

8 min de lecture
1

Les lycées Sarda Garriga (Saint-André), Lislet Geoffroy (Saint-Denis), Le Verger (Sainte-Marie), Saint-Paul IV (Saint-Paul), Mémona Hintermann-Affejee (Saint-Denis), Mahatma Gandhi (Saint-André), les lycées professionnels ou sections d’enseignement professionnel Georges Brassens (Saint-Denis), Julien de Rontaunay (Saint-Denis) et Trois Bassins font partie des groupes « très performants » ou « en progression.»

Les indicateurs de performance des lycées permettent d’apprécier les résultats d’un lycée par rapport à ceux des établissements comparables au plan national. Établis à partir des résultats des élèves au baccalauréat et de leur parcours scolaire dans l’établissement, ces indicateurs proposent une appréciation relative de la valeur ajoutée du lycée en tenant compte de l’offre de formation et des caractéristiques des élèves en termes d’âge, d’origine sociale, de sexe et de niveau scolaire à l’entrée du lycée. Cette approche relative de la performance s’efforce donc de neutraliser l’incidence des facteurs de réussite extérieurs au lycée pour essayer de conserver ce qui est dû à son action propre, c’est-à-dire ce qu’il a « ajouté » au niveau initial des élèves qu’il a reçus.

En 2021 dans l’académie, 5 lycées d’enseignement général et technologique publics et 3 lycées professionnels ou section d’enseignement professionnel sont jugés « très performants ». S’y ajoutent 1 lycée d’enseignement général et technologique et 1 lycée professionnel ou section d’enseignement professionnel jugé en progression.

Comme il n’y a pas de critère unique pour juger des résultats et de la qualité de l’enseignement d’un lycée, ces analyses sont fondées sur trois indicateurs établis à partir des résultats des élèves à la session 2021 du baccalauréat et des données relatives au déroulement de leur scolarité :

– le taux de réussite au baccalauréat : nombre d’élèves du lycée reçus au bac rapporté au nombre d’élèves présents à l’examen,

– le taux d’accès au baccalauréat : c’est-à-dire la probabilité pour un élève de seconde d’obtenir son examen à l’issue d’une scolarité entièrement effectuée dans le lycée, quel que soit le nombre d’années nécessaire. Les taux d’accès de la première au baccalauréat et de la terminale au baccalauréat sont également diffusés. Ce dernier permet notamment d’apprécier la capacité ou la volonté d’un lycée à accepter le redoublement de ses élèves ajournés.

– le taux de mentions au baccalauréat : il vient enrichir l’analyse sur la performance des établissements, notamment pour ceux ayant des taux élevés de réussite attendus au baccalauréat et dont les valeurs ajoutées sont, par construction, limités.

Pour chacun de ces indicateurs, les résultats du lycée sont exprimés en « valeur ajoutée » (écart entre le taux réalisé par le lycée et le taux attendu par rapport aux caractéristiques du lycée et de ses élèves). Si l’écart entre le taux réalisé et le taux attendu est positif, le lycée apporte un « plus » aux élèves. Cette approche permet de tenir compte du fait que les lycées accueillent des élèves dont les niveaux de départ sont différents ou encore que les offres de formation des établissements sont différentes. Cette « valeur ajoutée », représente l’apport de l’action pédagogique et éducative propre du lycée, en neutralisant l’incidence des facteurs de réussite extérieurs.

Seule l’analyse combinée de l’ensemble de ces indicateurs est à même de donner une image de la réalité complexe que constituent les résultats d’un établissement.

Pour la session 2021, les IVAL ont été calculés pour 66 lycées de l’académie de La Réunion : 32 lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et 34 lycées professionnels  (LP/SEP). Un établissement ne fait pas partie du champ : le lycée Nelson Mandela qui offre un cycle incomplet (pas de seconde)

Parmi les 32 lycées d’enseignement général et technologique de l’académie retenus pour l’analyse, les lycées Sarda Garriga (Saint-André), Lislet Geoffroy (Saint-Denis), Le Verger (Sainte-Marie), Saint-Paul IV (Saint-Paul) et le lycée Mémona Hintermann- Affejee (Saint-Denis) réalisent des valeurs ajoutées cumulées très positives au taux de réussite au baccalauréat (+5 pour Lislet Geoffroy, +3 pour Sarda Garriga, +2 pour Saint-Paul IV et pour Mémona Hintermann-Affejee, +1 pour Le Verger), au taux d’accès de la classe de Seconde à l’examen (+7 pour Sarda Garriga, +5 pour Lislet Geoffroy, +4 pour Le Verger, Saint-Paul IV et Mémona Hintermann-Affejee).

Les résultats positif d’un autre établissement méritent d’être soulignés :

Le lycée Mahatma Gandhi (Saint-André) enregistre depuis 3 ans une progression des valeurs ajoutées à la fois de son taux de réussite (+1), et de son taux d’accès de la seconde au baccalauréat ( +2).

Parmi les lycées professionnels et les sections d’enseignement en lycée polyvalents ayant un effectif suffisant de candidats pour établir des statistiques robustes, 3 lycées sont classés dans le groupe national des « très performants » : les lycées Georges Brassens (Saint-Denis), Julien de Rontaunay (Saint-Denis) et Trois Bassins. Le lycée Georges Brassens figure également dans le groupe des lycées « en progression sur 3 ans ».

Consulter les résultats par lycée sur le site web du ministère

www.education.gouv.fr/indicateurs-resultats-lycees (ne pas omettre de mentionner la source des données publiées).

 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Manque d’approvisionnement : les 11 parlementaires de La Réunion interpellent le gouvernement

Article suivant

65 millions d’euros pour faciliter l’insertion des Réunionnais par le travail, la formation, le logement… (VIDÉOS)

Free Dom