Insee : le PIB a progressé de 6,7% à La Réunion en 2021

3 min de lecture
5

Selon l’Insee, en 2021, l’activité économique repart fortement à La Réunion. Malgré les restrictions visant à limiter la propagation de la Covid-19, le produit intérieur brut (PIB) en euros constants progresse de 6,7 %. Cette forte reprise fait suite à la chute de l’activité en 2020 (- 4,2 %), consécutive à la crise sanitaire.

En 2021, le PIB est ainsi supérieur de 2,3 % à son niveau moyen de 2019. Il est tiré à la hausse par les différentes composantes de la demande intérieure : consommation des ménages, consommation des administrations publiques et investissement. Cette reprise de la demande intérieure creuse le déficit extérieur. Malgré une inflation plus élevée que les années précédentes, le pouvoir d’achat des ménages progresse de 2,1 % en 2021.

En 2021, l’emploi salarié augmente de 5,0 %, soit une création nette de 13 300 emplois en un an. La croissance de l’emploi salarié est deux fois plus élevée à La Réunion qu’au niveau national (+ 2,8 %), et la plus forte depuis dix ans. Le secteur privé est à l’origine des trois quarts des emplois salariés créés sur l’année. Grâce à un marché du travail bien orienté et à un moindre recours au dispositif d’activité partielle, les salaires perçus par les ménages augmentent de 8,3 % en 2021.

Depuis plusieurs années, de nombreux événements ont bousculé les équilibres planétaires, avec un impact fort aussi bien sur l’économie nationale, que sur l’économie réunionnaise. Qu’il s’agisse de la pandémie mondiale de la Covid-19, des effets du changement climatique ou plus récemment du déclenchement de la guerre en Ukraine, ces phénomènes ont notamment concouru à modifier les flux de matières premières, interrogeant le cadre mondialisé dans lequel ces économies sont articulées. La présente publication permet de faire le bilan de l’année 2021, marquée par une situation sanitaire toujours instable, et avant l’apparition des tensions inflationnistes déclenchées par la guerre en Ukraine.

5 Commentaires

  1. la tellement augmenté , que mon bide la reste pareil. lé plus possible d acheter nos habitudes , c’est presque pain sec ek de l eau.

  2. INSEE comme ipsos qui. Interrogent avec leur verbatim la population et qui se noie au matraquage  » plus tôt bien plus tôt mal plutôt suffisant et avec cette enquête bidon les grands font un film

  3. si vraiment les prix ont baisser comme ils le disent ,si il y a vraiment de l’emploi pourquoi nous ne pouvons toujours pas à bien faire nos course et que l’on ne peut pas manger à notre faim ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Hausse du prix des carburants : la colère monte chez les consommateurs. Une manifestation au Port.

Article suivant

Cour d’Assises : l’agresseur au cutter condamné à 20 ans de prison

Free Dom