[Alt-Text] [Alt-Text]

Isopolis: le projet qui redonne sa place à la résilience, à la culture et à la connaissance.

dans Courriers des lecteurs

“Monsieur le Président de la République,
Nous nous permettons de requérir votre attention par le présent courrier dont l’objectif est d’obtenir un entretien avec vous, en ce moment décisif où se joue l’avenir d’une île qui porte en son nom l’avenir du Monde.
Monsieur le Président, dans votre allocution du 24 octobre à La Réunion, vous avez mis en évidence de façon parfaitement juste et éclairée la résilience des Réunionnais.
Il reste cependant une étape décisive avant que cette résilience ne se manifeste pleinement. En effet, notre peuple est tourmenté, blessé, en soif de reconnaissance de sa blessure historique dont il n’a pas vraiment conscience. C’est le symptôme criant d’une mémoire traumatique, mémoire amnésique qui génère l’amalgame et la répétition du passé. Vous savez qu’après la prise en compte des revendications « économiques » courtermistes, tel un pansement sur une plaie hémorragique malgré tout nécessaire, la blessure continuera à suppurer et à s’infecter.
C’est bien sur les profondeurs de l’âme réunionnaise qu’il faut agir à court, moyen et long terme comme vecteur d’encapacitation des Réunionnais.
Nous savons, M. le Président, que votre agenda est plus que contraint. Néanmoins, nous nous permettons d’insister sur la lecture éclairée du court extrait ci-après du célèbre ouvrage « Un merveilleux Malheur » écrit par le neuropsychiatre Boris
Cyrulnik, qui a popularisé le concept de « résilience ».
Ces quelques mots résument ce qui divise actuellement l’humanité et La Réunion, en tant qu’île-monde. Une île-monde dont le peuplement est issu des 3 continents et où coexistent les principales religions de la planète.
Cet extrait le voici :
“ L’historisation est un processus qui soigne et qui est nécessaire à la construction de toute identité individuelle ou collective.
L’oubli n’est pas la solution puisqu’on laisse se remettre en place les conditions de la répétition etla soumission au passé est une préparation à la revanche.
Ni oublier ni utiliser : le seul moyen de s’en sortir, c’est de comprendre. [ …] Travailler à comprendre l’histoire, et non à l’utiliser, permet d’associer la mémoire qui donne sens et invite à l’innovation.”

Voici nos propositions concrètes pour apaiser les maux qui agitent les Réunionnais et les transformer en puissante dynamique d’innovation sociétale au service de la coconstruction d’un modèle viable qui nous ressemble et qui nous rassemble :
A. À très court terme, panser la blessure en reconnaissant le mal hérité et les inégalités structurelles qui en découlent, en les formulant clairement. Redonner sa dignité au peuple réunionnais en activant en cela le processus de résilience. La reconnaissance publique du psychotraumatisme duquel le peuple réunionnais est issu déclenchera un apaisement immédiat, qu’il faudra faire suivre d’un plan d’action précis. (Voir actions B et C)
B. À court terme : soutenir l’organisation de la première phase d’un “Sommet de l’Unité Réunionnaise ”.
Il s’agira de déployer une première mobilisation populaire visant à faire émerger les besoins des personnes concernées, de terrain, desquels le mouvement des gilets jaunes a émergé, notamment en matière de mieux-être individuel et territorial, et de résilience (faire des chocs extérieurs et collectifs une force intérieure). Nous avons le réseau pour activer cela avec efficience, notamment des experts internationaux en recherche interventionnelle, mesure d’impacts de programme de transformation, nouvelles gouvernances et processus de mobilisation territoriale.
C. À moyen et long terme : déployer le projet d’expérimentation territoriale ISOPOLIS (2020-2022), dès le début de l’année 2020 suivant un plan d’action robuste, dont les impacts et l’essaimage seront mesurés scientifiquement en recherche interventionnelle. Projet déjà plébiscité par les acteurs d’influence réunionnais de la société civile, du monde économique et institutionnel que nous avons su rassembler durant 5 ans, il vise à instaurer un modèle sociétal viable qui nous rassemble et qui nous ressemble en misant sur la résilience des Réunionnais.
D. A long terme : essaimer les expérimentations ayant fait leurs preuves au sein d’ISOPOLIS pour répondre aux problématiques réunionnaises d’ici 2030 sur l’ensemble de l’île (et au-delà).
ISOPOLIS signifie faire de la Réunion la Cité (Polis) de l’Innovation Sociétale Ouverte (ISO). En réalité, il s’agit de sortir du cloisonnement (environnement, social, agricole, économique, technique, recherche) pour entreprendre une vision systémique. La réunion de La Réunion ne peut se passer d’interdépendance, d’interdisciplinarité (scientifique particulièrement), et de co-construction.
ISOPOLIS cible 8 problématiques réunionnaises prioritaires, permettant de répondre à la 3e priorité de la S3 « Agilité des
Hommes et des Organisations » : agriculture résiliente et alimentation saine, le bien-vieillir, gestion des connaissances du territoire réunionnais par la mise en place d’un système de connaissances territorial ouvert, citoyenneté et politiques publiques, nouvelle économie, éducation/Formation et bien sûr : résilience individuelle, organisationnelle et territoriale.
L’IRD pilote le volet recherche interventionnelle d’ISOPOLIS et nous allons expérimenter une gouvernance innovante, appuyée d’indicateurs d’un modèle d’évaluation du bien-être territorial élargi au-delà de l’unique dimension économique du PIB en lançant dès 2020 une campagne de mesure du Bonheur National Brut des Réunionnais.
ISOPOLIS a été pensé pour remettre, par les actions expérientielles (et non que par les paroles !), l’Humain au cœur de notre territoire. Il s’agit de révéler le miracle que les Réunionnais constituent déjà.
Le projet redonne sa place à la résilience, à la culture et à la connaissance. Toutes les conditions existent actuellement pour rendre ce projet déployable dès maintenant car anticipées depuis près de 4 ans.
Nous avons déjà su trouver une part des financements nécessaires pour le déploiement du projet à travers les fonds FEDER.
Nous avons besoin, pour donner l’envergure qu’il se doit à cet ambitieux projet, d’un appui financier complémentaire.
Avec mon infinie gratitude,”
Jaëla Devakarne
Coordinatrice du projet ISOPOLIS

 

Tags:

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bravo Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Bravo
Invité
Bravo

Boris Cyrulnik est une pointure pas suffisamment connue pour le grand public malheureusement.
Votre démarche est intéressante.
Bonne continuation.a vous.

Derniers de Courriers des lecteurs

WordPress Video Lightbox
Aller en Haut