Jean-Pierre Marchau : “autonomie alimentaire, emploi et formation”

6 min de lecture
3

La tête de liste “Naturellement Ecologistes” Jean-Pierre Marchau a terminé aujourd’hui, mercredi 9 juin 2021, à Terre-Sainte (le Sud) la présentation de son programme : “autonomie alimentaire, emploi et formation”

Il était entouré de colistiers pour présenter la 3ème et dernière partie de son programme. Deux des 5 priorités du programme demeuraient à évoquer : la priorité 3 “Droit à une alimentation saine et économie agricole durable” et la priorité 5 “Cap sur la formation et création d’activités”.

Jean-Pierre Marchau a tout d’abord abordé l’objectif de l’autonomie alimentaire de la Réunion. L’idée est d’agir aux deux bouts de la chaîne (les producteurs d’une part et les consommateurs d’autre part) dans le cadre d’un Programme Alimentaire Territorial (PAT).

“En effet, nous sommes aujourd’hui dans une dépendance croissante, avec toujours plus de produits alimentaires importés, alors même que nos producteurs locaux ont besoin de débouchés diversifiés. La proposition est de créer un chèque alimentaire: pour 20 euros par personne et par semaine, les bénéficiaires pourront aller acheter des produits frais, locaux et idéalement bio, dans les boutiques, supérettes et bazardiers. Ces derniers s’engageront en échange à s’approvisionner auprès des agriculteurs labellisés dans le programme, à des prix négociés offrant à ces derniers des marges raisonnables”.

Ce dispositif sera mené sous forme d’expérimentation et financé par l’octroi de mer perçu sur les produits alimentaires industriels importés sous plastique (les plus pauvres en nutriments mais chargés en additifs dangereux pour la santé).

Il permettra également d’augmenter la fréquentation de 20% des commerces de proximité et des centre villes. Par ailleurs et toujours dans l’objectif d’atteindre une autonomie alimentaire,des actions spécifiques seront menées à destination des agriculteurs et des pêcheurs permettant de passer à une activité bio et créatrice d’emplois tout en priorisant la consommation locale sur l’exportation.

La SAFER sera notamment mobilisée en partenariat avec une Banque d’investissement Public pour acheter des terres et les mettre à disposition à l’euro symbolique d’agriculteurs souhaitant s’installer ou se développer. De même, la petite pêche et l’aquaculture locale seront accompagnées, par la création d’une coopérative d’achat réservé de poissons à prix fixe (garantie d’approvisionnement de la restauration scolaire et transformation du poisson et parties non utilisé.

Les différentes actions de cette priorité 3 sont porteuses d’un potentiel de 50 000 emplois sur 10 ans.

Jean-Pierre Marchau a ensuite abordé la priorité 5 en débutant par une affirmation forte « La formation professionnelle, c’est le grand trou noir de la Région ». Un Programme régional d’Investissement dans les Compétences (PIC) a été signé le 18 avril 2019 entre l’État et la Région Réunion, plan doté de 253,3 millions d’euros pour la période 2019-2022. A ce jour, le bilan et le taux d’utilisation de ce plan sont inconnus. L’objectif sera de mobiliser le PIC pour construire un campus inclusif et professionnel tourné vers la formation initiale et continue et pour accompagner la création de compétences et de nouvelles activités autour de la transition écologique (potentiel de création d’emplois entre 1000 et 2000 emplois).

Concernant l’accompagnement des entreprises et des porteurs de projets innovants, une société d’accélération de transfert technologique sera créée pour que les start-up réunionnaises innovantes ne quittent pas le territoire.

Les secteurs particulièrement porteurs de la Silver économie et de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) seront tout particulièrement soutenus, en lien avec le Département (Incubateur ESS Régional, labellisation du territoire « Réunion amie des aînés »).

Enfin, un plan d’urgence pour les commerces de proximité, les restaurants et lieux de sociabilité, durement touchés par la crise COVID, sera adopté. La Région Réunion, associée à la Banque des Territoires, mettra en place, en partenariat avec les EPCI, un dispositif unique d’aides financières aux PE/TPE qui viendra en complément du Fonds National de Solidarité, en deux volets (volet trésorerie pour permettre le redémarrage de l’activité et volet investissement pour accompagner la relance).

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

3 Commentaires

  1. mon dieu comment des hommes politiques peuvent ils sortir autant de bêtises
    bon d’accord le principe premier c’est de se faire élire pour toucher un bon salaire
    mais de là a promettre n’importe quoi
    on dirait qu’ile se tirent la bourre a celui qui sortira la meilleure idiotie
    qui sait peut être c’est ça le but du jeu !!!!

  2. hé oui c bien sa car le vainqueur aura plus de 3000 euro de salaire, et la voiture qui va avec. moi j attend celui qui dira kon aura plus besoin d edf car on a le soleil…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Canton 7 (St-Benoit 1 et Plaine-des-Palmistes) : le binôme Ramin/Faustin présente son programme

Article suivant

Canton 16 (St-Louis 2) : l’ancien maire Patrick Malet apporte son soutien à Bachil Valy

Free Dom