Jean-Pierre Marchau : “ILEVA tourne le dos à l’économie circulaire”

4 min de lecture

C’est ce que déclare Jean-Pierre Marchau, le candidat tête de liste “Naturellement écologistes” aux élections régionales. Voici son communiqué de presse :

“Il y a vingt ans exactement, nous dénoncions le projet de construction d’incinérateurs de déchets, porté à l’époque par le Département, nous proposions un ensemble d’alternatives qui allaient se concrétiser peu après avec le scénario « zéro déchet». En vingt ans, ni le Département, ni la Région qui a récupéré la compétence déchets, n’ont été capables de trouver une solution.

Résultat, le Préfet vient de signer un arrêté autorisant ILÉVA, le syndicat mixte des déchets du Sud, à exploiter son centre multi-filière de déchets ménagers, un ensemble industriel combinant une usine de TMB (Tri Mécano Biologique), une unité de méthanisation et un incinérateur, pour un coût de 240 millions d’euros. Mais d’autres équipements, évalués à 53 millions, seront nécessaires puisque l’incinération produit des résidus très toxiques qu’il faudra traiter et enfouir. On approchera donc des 300 millions. Il faut y ajouter les coûts d’exploitation, ils sont estimés à 154 millions d’euros sur 15 ans ! Soit, 10,2 millions par an. Nombre de collectivités voient leurs coûts d’exploitation exploser, le résultat en est une explosion de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Ces installations très coûteuses et d’une durée de vie d’une quarantaine d’années, devraient cependant devenir rapidement obsolètes avec l’évolution de la réglementation européenne. En effet, le 22 mai 2018, le Conseil de l’Union européenne a adopté le « paquet économie circulaire » qui fixe des objectifs en termes de réemploi et de recyclage beaucoup plus contraignants que ceux de la loi de transition énergétique. L’Europe privilégie la construction d’une véritable économie circulaire des déchets à laquelle ILÉVA et son incinérateur tournent le dos.

C’est l’absence de volonté politique, qui, de la droite à la gauche en passant par Vanessa Miranville, aboutit à accepter le projet d’incinérateur d’ILÉVA comme un « moindre mal ».
Ces élus ne comprennent pas que c’est tout le projet d’une économie circulaire, construite autour de la réparation, du réemploi, du tri, du recyclage et de la valorisation, qui est désormais menacé. Une économie pourtant créatrice d’emplois locaux et durables.

Nous restons quant à nous, convaincus que l‘économie circulaire est la seule voie possible à La Réunion sur la question des déchets. Là où il y a une volonté, il y a un chemin !”

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Huguette Bello : “les Réunionnais ne veulent plus des arrangements derrière la cuisine et le mangé cochon !”

Article suivant

Plus de 650 000 électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche

Free Dom