“J’étais en colère oui, mais de là, à la frapper non !”, un homme relaxé pour violences en correctionnel

1 min de lecture

Le 5 février 2021, Madame a porté plainte pour violences conjugales. La veille, une dispute éclate entre les ex-conjoints par rapport à la garde de leur enfant.

La femme indique avoir eu des coups de main sur le bras et le thorax. Elle indique également que l’homme aurait cassé des objets et donné des coups dans son véhicule.

L’homme de 33 ans reconnait lui, avoir dégradé le véhicule mais dit, n’avoir jamais commis de violences.

“J’étais en colère oui, mais de là, à la frapper non”

La défense met en avant qu’il n’y a aucun certificat médical prouvant les violences.

Je n’ai pas envie de l’embêter par rapport à l’accord amiable qu’on a eu, mais je n’ai pas envie de retirer mes propos. Ma perception est différente aujourd’hui. Moi aussi, j’ai été violente verbalement, cette histoire n’a pas lieu d’être devant les tribunaux, il n’a jamais été comme ça, j’étais choquée, j’avais peur, maintenant je ne pense plus de la même manière“, indique l’ex-conjointe.

L’homme a été relaxé pour les violences, faute de preuves suffisantes. Il est, en revanche, déclaré coupable des faits de dégradation, et est condamné à 1000 euros d’amende avec sursis.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Le GHER, premier centre hospitalier de l’île à avoir “des référents de langue sourde”

Article suivant

Le groupe Cirano devient actionnaire d’Antenne Réunion

Free Dom