///

Une journée des producteurs d’herbe pour améliorer la production de fourrage des agriculteurs réunionnais

4 min de lecture
1

Hier, la SICALAIT, coopérative laitière réunionnaise, organisait la « journée des producteurs d’herbe » à l’attention de tous les éleveurs réunionnais, après deux années d’absence en raison de la crise sanitaire. Comme les années passées, l’édition 2022 est un réel succès avec plus de 200 participants présents.

 En partenariat avec l’Association Réunionnaise de Pastoralisme (ARP), Cap Protéines (Institut de l’Elevage), le CIRAD et l’ARMEFLHOR, entre autres, cette journée visait à augmenter la technicité des éleveurs réunionnais – et pas seulement ceux de la SICALAIT – pour produire plus de fourrage et de meilleure qualité sur un même hectare d’herbe, au travers d’ateliers techniques et de démonstrations de matériels. Des ateliers techniques sur l’usage des engrais et des effluents d’élevages, les rythmes d’exploitation des terres, la conservation des ensilages (balles rondes d’herbes pesant jusqu’à plus de 700 kilos), les techniques de sur-semis pour densifier la quantité herbe produite sur un même lopin de terre, grâce à un savant mélange d’herbe et sans usage plus élevé d’engrais.

 La journée des producteurs d’herbe s’inscrit dans la politique de la SICALAIT d’accroître la part de fourrage consommée par les vaches laitières en soutenant techniquement les éleveurs dans la production de fourrage et en menant des expérimentations de production de maïs, luzerne ou sorgho dans différentes parties de l’île.

 Évènement organisé chaque année tous les 1er avril, la « journée des producteurs d’herbe » prenait hier une résonance particulière dans le contexte de la guerre entre La Russie et l’Ukraine. La Russie étant en 2021 le premier exportateur d’engrais azotés et le deuxième fournisseur d’engrais potassiques et phosphoré, les éleveurs réunionnais font actuellement face à une hausse des prix de l’engrais de l’ordre de 70% et à une pénurie de certaines références chez les distributeurs. Plus que jamais, la production d’herbe locale est un enjeu d’autosuffisance alimentaire. A La Réunion, les surfaces fourragères représentent près de 10 750 ha et nourrissent l’équivalent de 50 000 herbivores (bovins, ovins, caprins, équins et cervidés).

 « Avec cette journée des producteurs d’herbe nous voulons accompagner les éleveurs locaux du mieux possible dans le contexte actuel qui est plus que compliqué. Pour la filière lait, en tous les cas, un accord a été trouvé cette semaine au niveau interprofessionnel pour prendre en charge la hausse du prix de l’engrais jusqu’au mois de juin 2022, jusqu’au moment où se termine le plus gros de l’ensilage d’herbe dans l’île, pour compenser la hausse des prix de l’engrais pour les éleveurs laitiers et éviter une augmentation des prix des produits laitiers pour les consommateurs réunionnais », conclut Charles ADRIAN, Directeur Général de la SICALAIT.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Fin de la grève à la Semittel/Alterneo : les lignes Alternéo et Carsud reprennent

Article suivant

Le groupe EPAUD Finance cède ABC Entretien, sa branche nettoyage, au Groupe LSB

Free Dom