Karine Lebon interpelle le gouvernement sur la mutation des enseignants réunionnais

3 min de lecture
7

la députée de la deuxième circonscription Karine Lebon a adressé une “Question au gouvernement” concernant la mutation des enseignants réunionnais en métropole.

Comme chaque année à pareille époque, les élus des Outre-mer sont très sollicités par de nombreux jeunes qui ont pris le risque de réussir aux concours de recrutement des enseignants du second degré. Car pour ces lauréats, réussir le concours signifie bien souvent un départ à des milliers de kilomètres de leur domicile. Pour celles et ceux, qui ont déjà fondé une famille, ce succès implique divorce géographique et séparation douloureuse d’avec les enfants. Il veut dire double installation, double loyer, double dépenses. Sans oublier ces parents malades, souvent dépendants, qu’ils laissent derrière eux.

Bien sûr, aucun candidat à La Réunion ou aux Antilles n’ignore qu’il s’agit d’un concours national et tous se présentent aux épreuves en connaissant les règles qui régissent les affectations. Mais ils sont toujours aussi désemparés lorsque cela se traduit par le choix qu’ils doivent faire entre leur vie familiale et leur vie professionnelle. Cette équation impossible devient insupportable lorsque dans le même temps des postes sont vacants dans leur discipline et dans leur académie. C’est la réalité vécue cette année encore par nombre de jeunes Réunionnais qui pour combler des académies déficitaires, sont affectés dans le désormais célèbre PCV (Paris-Créteil-Versailles) alors qu’ils pourraient enseigner et vivre à La Réunion, île dont ils connaissent la langue et les difficultés liées à l’illettrisme.

Postes vacants pourvus par des contractuels mais aussi chassé-croisé entre des jeunes ultra-marins affectés en France continentale tandis que des professeurs hexagonaux sont mutés dans les académies d’Outre-mer, ces scénarios récurrents suscitent de plus en plus d’incompréhensions.

Ces vastes mouvements de personnels, aux conséquences parfois dramatiques, méritent davantage de transparence et montrent que la logique des Centres d’intérêt matériels et moraux (CIMM), dont le bien-fondé est reconnu, a besoin d’être approfondie

M.le Ministre, nous attendons votre feu vert pour ouvrir ces deux chantiers.

7 Commentaires

  1. Bravo madame, vous battez en brêche l’un des principes fondateurs de la République. Article 6 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen : “la loi est la même pour tous.” .
    Ah non ? c’est moi qui me berce d’ illusions sur la République ? Un prof réunionnais a droit à 1000 points pour rentrer chez lui , quand un prof auvergnat ou basque n’a droit à rien et doit faire sa vie à l’autre bout de la France.
    Finalement vous avez raison de ne pas respecter le contrat social. La République a déjà baissé sa culotte devant vos revendications communautaristes.

  2. Arrêter de deporter nos enfants créoles ailleurs pour faire venir des gens de l’exagone ici. Ils partent faire des grandes études en France et quand ils reviennent au pays on ne les embauches pas. Faites appel aux candidatures ici et si on en trouve pas recruter ailleurs. Nos enfants sont diplômés et on devrait plus les valorisés. Ici on est français mais en France on n’est considere comme des étrangers. Dommage que nous réunionnais acceuille le métropolitain sans discrimination et nous quand on va s’installer en France l’acceuil n’est pas la même. Ils ont aucune tolérance et nous confonds comme des étrangers. La Réunion est une terre de tolérance et exemplaire pour le monde entier.Quand on voit le brassage des races qui se côtoie dans le respect le créole en est fière.

    • 2 de mes enfants ne sont revenus ici qu’avec un emploi de sur.
      Ma fille est en metropole et je préfère la savoir la bas avec un travail qu’ici sans travail. Elle travaille dans l’aéronautique. Si elle revient, elle trouvera un emploi à hauteur de ses qualifications ?
      Concernant l’accueil elle n’a aucun souci et n’en a jamais eu. Elle avait peur vu les discours tenus comme des personnes comme vous qui disaient ” mal reçu, r…” .
      Continuez avec vos propos et un jour, nos enfants ne seront meme plus admis dans les grandes ecoles de leur choix car avec vos propos la soit disant tolérance d’ici nous reviendra en pleine figure et nous serons les perdants

  3. Bon pe. Réunionnais diplômés i retrouve a zot sans travaili parce que zemploi le réservé do Moune dehors même si n’a point diplôme

    • Vous etes sur que ceux qui travaillent ici venus d’ailleurs n’ont pas de diplôme ?
      Faudrait etre couillons pour embaucher quelqu’un qui n’a pas de diplôme surtout à des postes à responsabilité.

  4. Au-delà de l’interpellation que vous faites régulièrement, vous faites quoi de concret. Au lieu de se déplacer a l’assemblée régulièrement aux frais des contribuables pour interpeller, faite le par courrier, c’est moins cher.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Martinique : il lave son chien au “karcher” dans une station-service

Article suivant

Médiamétrie : Antenne Réunion reste la télévision la plus regardée à La Réunion

Free Dom