Karine Lebon interpelle le gouvernement sur la mutation des enseignants réunionnais

1 min de lecture
7

la députée de la deuxième circonscription Karine Lebon a adressé une « Question au gouvernement » concernant la mutation des enseignants réunionnais en métropole.

Comme chaque année à pareille époque, les élus des Outre-mer sont très sollicités par de nombreux jeunes qui ont pris le risque de réussir aux concours de recrutement des enseignants du second degré. Car pour ces lauréats, réussir le concours signifie bien souvent un départ à des milliers de kilomètres de leur domicile. Pour celles et ceux, qui ont déjà fondé une famille, ce succès implique divorce géographique et séparation douloureuse d’avec les enfants. Il veut dire double installation, double loyer, double dépenses. Sans oublier ces parents malades, souvent dépendants, qu’ils laissent derrière eux.

Bien sûr, aucun candidat à La Réunion ou aux Antilles n’ignore qu’il s’agit d’un concours national et tous se présentent aux épreuves en connaissant les règles qui régissent les affectations. Mais ils sont toujours aussi désemparés lorsque cela se traduit par le choix qu’ils doivent faire entre leur vie familiale et leur vie professionnelle. Cette équation impossible devient insupportable lorsque dans le même temps des postes sont vacants dans leur discipline et dans leur académie. C’est la réalité vécue cette année encore par nombre de jeunes Réunionnais qui pour combler des académies déficitaires, sont affectés dans le désormais célèbre PCV (Paris-Créteil-Versailles) alors qu’ils pourraient enseigner et vivre à La Réunion, île dont ils connaissent la langue et les difficultés liées à l’illettrisme.

Postes vacants pourvus par des contractuels mais aussi chassé-croisé entre des jeunes ultra-marins affectés en France continentale tandis que des professeurs hexagonaux sont mutés dans les académies d’Outre-mer, ces scénarios récurrents suscitent de plus en plus d’incompréhensions.

Ces vastes mouvements de personnels, aux conséquences parfois dramatiques, méritent davantage de transparence et montrent que la logique des Centres d’intérêt matériels et moraux (CIMM), dont le bien-fondé est reconnu, a besoin d’être approfondie

M.le Ministre, nous attendons votre feu vert pour ouvrir ces deux chantiers.

0 0 votes
Note de l'article
S'inscrire
Me notifier des
7 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Article précédent

Martinique : il lave son chien au « karcher » dans une station-service

Article suivant

Médiamétrie : Antenne Réunion reste la télévision la plus regardée à La Réunion

Free Dom