/

« Karine Trapp, une mère qui se bat pour récupérer ses enfants, est en danger de mort ! »

4 min de lecture
1

Cela fait maintenant 4 ans que cette mère se bat pour récupérer ses enfants. Noah et Samuel, nés de père différent, ont été retiré de leur foyer où ils vivaient avec leur mère. Samuel vit avec son père et Noah est placé. Karine
témoigne que suite à sa séparation définitive avec le père de son dernier fils, des démarches ont été entreprises pour lui retirer la garde de ses enfants. Les deux pères seraient devenus amis et se seraient associés pour calomnier
cette mère de famille. Karine subissait des violences conjugales et lorsqu’elle a enfin réussi à se sortir elle et ses enfants de cette situation, c’est là que l’enfer a vraiment commencé.

4 ans de procédures, 4 ans d’humiliation, 4 ans de harcèlement, 4 ans que ces enfants vivent dans une situation destructrice et inhumaine. Et maintenant, la vie de Karine est réellement en danger. Elle a commencé une
grève de la faim le 1er mars et une grève de la soif le 31 mars devant le tribunal d’Alès. Elle a été hospitalisée du 6 au 10 avril, suite à un malaise et une perte de connaissance de 20 minutes. Elle continue de réclamer ses
enfants devant le Palais de Justice de Nîmes. Cette courageuse mère de famille est déterminée et ne reculera devant rien pour ses enfants.

Cette affaire montre encore une fois les défaillances et les dysfonctionnements de la « Protection de l’enfance ». De nombreuses instances, associations, journalistes, députés et avocats dénoncent ce système, et pourtant, la situation n’évolue pas. Ce qui est surtout en cause est le drame des placements d’enfants. Il nous faut requestionner la
protection de l’enfance, le sens de l’intervention des services et les moyens qui sont déployés pour les familles.

Le fils aîné de Karine est toujours placé et est en grande souffrance. Il ne voit plus sa mère et n’a pas vu son frère depuis très longtemps. La situation est urgente. La vie de Karine est en danger. Et où se situe « l’intérêt supérieur de l’enfant » dans cette affaire? Ces deux petits garçons sont séparés de leur mère, séparés de leur frère, les premières années de leur vie seront marquées par cette injustice et tant de souffrance. Et ils risquent de perdre définitivement leur mère en raison des défaillances de notre société et de la violence des institutions à l’égard des enfants, que dénonce dans son dernier rapport le Défenseur des droits, Jacques Toubon.

L’Union des Femmes Réunionnaises est sensible à la souffrance de cette famille et tient à apporter son soutien à Karine Trapp. Son cas n’est pas isolé et, à La Réunion aussi, nous avons des mères victimes de violences conjugales à qui on arrache leurs enfants.

Si comme nous, vous souhaitez apporter votre soutien à cette femme, voici le lien pour signer la pétition mise en ligne.

http://chng.it/YvhM6H87Mb

L’Union des Femmes Réunionnaises

 

1 Commentaire

  1. Toute décision judiciaire est provisoire et peut être frappée d’appel concernant les enfants.
    L’association Ariane s’occupe des familles qui n’arrivent pas à se faire entendre et se montre très efficace.
    Je ne connais pas le fond du dossier et je ne me prononcerai pas sur le bien fondé ou pas des décisions; mais il s’agit de faire valoir ses droits.
    ww.gralon.net/mairies-france/seine-saint-denis/association–le-fil-d-ariane-france–prevention-et-soutien-des-familles-dans-le-placement-d-enfa

Répondre à MICHOU Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Régionales 2021 : Normane Omarjee, le candidat de Bareigts/Fontaine

Article suivant

« 19 mars 1946 : une Départementalisation encore largement inachevée »

Free Dom