La CGPER s’exprime sur la gouvernance du GDS Réunion

La Une du Journal de l’île de La Réunion de ce 25 juillet montre une photo d’animaux manifestement décédés dans une exploitation agricole, et fait état de graves dysfonctionnements observés dans l’élevage du président du Groupe de défense sanitaire (GDS). La presse du 9 juillet dernier avait aussi mis en évidence d’autres dysfonctionnements au sein même de la direction du GDS.

La CGPER estime tout d’abord que les personnes impliquées dans ces dysfonctionnements sont bien mal placées pour venir donner des leçons à nos éleveurs. Notre syndicat constate que tout ceci contribue à donner une image négative de la filière élevage. Ceci risque bien de ruiner tous les efforts accomplis, notamment par l’État et le Conseil départemental, pour restaurer la confiance des consommateurs réunionnais envers le bœuf péi.

Car en attendant, toute la filière est impactée : naisseurs, engraisseurs, coopératives sont face à une crise sans précédent. Outre le problème du bœuf péi se pose aussi celui des apiculteurs qui voient leurs essaims souffrir du varroa. La CGPER estime que le GDS est défaillant aussi sur ce dossier très important, car les abeilles sont des auxiliaires indispensables à l’horticulture. La CGPER a appris qu’un vice-président pourrait prendre la présidence du GDS. Elle fait part de cette opposition à cette manœuvre. Si le GDS est dans cette situation, c’est la responsabilité collective de sa direction qui est engagée. En tant que membre du bureau, ce vice-président est nécessairement au courant des décisions du président.

La CGPER rappelle que le GDS est une association d’utilité publique, financée notamment par l’État et le Conseil départemental, pour accomplir des missions relevant de la surveillance sanitaire. En conséquence, la CGPER demande que l’État et le Conseil départemental interviennent rapidement afin de remettre à plat toute la gouvernance du GDS, ce que les éleveurs ne peuvent faire seuls en raison de statuts verrouillant cette gouvernance.

La CGPER rappelle que de son point de vue, les dirigeants du GDS doivent être exemplaires. Il est manifeste que nos éleveurs méritent d’autres dirigeants au GDS.

Le président Bernard Maratchia

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Poster un Commentaire

avatar