La Covid-19 : au diable les vrais-faux connaisseurs !

Pendant que vous vous cassez la tête de savoir s’il faut ou non envoyer les marmailles à l’école – parce que le virus est toujours là et que ça fait évidemment peur – l’Académie française, gardienne de la langue française – qui est dans son rôle, cela va de soi – s’est penchée sur un sujet hautement important, celui de savoir s’il faut dire « le » ou « la » Covid-19. Nos Académiciens ont tranché : il faut dire « la » Covid-19. Pourquoi ? Parce Covid, désigne la maladie du Coronavirus. Comme maladie est un mot féminin, donc il faut employer le féminin. Ça vous fait une belle jambe, n’est-ce pas ! Ça change du mot « connerie » dans lequel il y a à la fois le mot con (masculin) et conne (féminin). Et pourtant on dit « la » connerie, comme la connerie humaine, alors qu’on aurait pu dire aussi « le » connerie. C’était pour rire, même si la situation ne s’y prête pas vraiment. Chacun voit midi à sa porte. Il y a ceux qui traitent la maladie, ceux qui recherchent un vaccin et ceux qui veillent au respect des subtilités de la langue française. Il faut de tout pour faire un monde ! A propos de vaccin, Sanofi serait sur le point d’en mettre un sur le marché d’ici à l’année prochaine.

En attendant, un petit conseil messieurs, dames ! Concernant la gestion quotidienne de LA Covid, agissez en fonction de votre bon sens ! Soyez responsables ! Soyez pragmatiques ! Restez lucides ! Arrêtez d’écouter les uns, les autres, les grands diseurs (mais petits faiseurs), les vrais-faux connaisseurs. Ça devient agaçant à la longue de les voir se crêper le chignon sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

Entre le Président de la République, le Premier ministres, Annick Girardin y compris, le Conseil national scientifique, l’Académie de médecine, l’OMS et tout un « tralé » de spécialistes, professeurs de médecine et d’organismes financés par les lobbies pharmaceutiques … on ne sait plus où donner de la tête.

Normal, car les messages venant d’en haut ou des plateaux télé de la part de ces spécialistes se contredisent tous au fil des jours qui passent. Il n’y a aucune ligne directrice.

Un jour, on vous dit noir, un autre jour, on vous dit blanc. Quand le Conseil Constitutionnel annonce : « pas d’obligation de quatorzaine » pour les arrivants à La Réunion, le Conseil scientifique recommande « une quatorzaine stricte en structure dédiée ». Et Annick Girardin quant à elle, ajoute son grain d’sel en prônant un peu des deux, c’est-à-dire, ni pour, ni contre, bien au contraire ! Allez comprendre un n’affaire dans tout ça, zot !

Ça devient franchement cacophonique. On croirait marcher sur la tête. Et du coup, forcément, on ne sait plus sur quel pied danser. C’était pareil pour les masques. Au début, ce n’était pas obligatoire. Et maintenant, c’est plus qu’obligatoire. C’est devenu primordial, voir même vital si vous ne voulez pas finir « quatre feux en l’air » dans un service de réanimation qui, soit dit en passant, pourrait afficher complet d’ici à quelques temps avec les évacuations sanitaires provenant de Mayotte, vu que là bas les cas explosent. Un peu comme la Dengue chez nous (1000 cas et 9 décès au dernier bilan).

A propos des masques et de leur importance, il paraît même qu’une étude toute récente montre que le coronavirus pourrait bien se transmettre non seulement par la toux ou l’éternuement mais par la parole. Raison de plus pour se la fermer et d’arrêter de raconter n’importe quoi ! « Les microgouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester suspendues dans l’air d’un espace fermé pendant plus de dix minutes », selon une expérience publiée mercredi dans la revue PNAS et qui souligne le rôle probable des microgouttelettes dans la pandémie de Covid-19. Mickaël Ryan, directeur des questions d’urgence sanitaire à l’OMS (Organisation mondiale de la Santé, financièrement entretenue elle aussi par la toute puissante industrie pharmaceutique) annonce sans ciller « que le Coronavirus pourrait ne jamais disparaître et qu’il faudra apprendre à vivre avec le virus ».

Apprendre à vivre. Ou à mourir ! En effet, si Ryan n’a fait qu’enfoncer une porte ouverte en proférant cette évidence, cela veut dire aussi que nous sommes seuls maîtres de notre destin. A nous de choisir si nous voulons vivre. Ou mourir. A nous de faire attention, à nous de prendre nos dispositions, nos précautions pour esquiver virus. Si nous ne respectons pas les gestes barrières (en gardant une distance physique d’au moins 1 mètre, en nous lavant régulièrement les mains et en portant un masque), si nous nous exposons aux risques, nous mettrons forcément notre santé et celle de nos proches, de nos enfants en danger. Le Président de la République, l’Etat, ne sera là que pour « corriger le tir », comme il a été dit avant-hier. En clair, si la situation se dégrade après le déconfinement, il décidera sûrement d’un reconfinement. Tout dépendra des statistiques !

Mais pour l’heure, faisons preuve de responsabilité, déjà à titre individuel. Ne comptons pas sur Macron, Philippe, Dupont, Durand, Duchemolle ou Tartampion pour nous indiquer la voie à suivre concernant notre santé et celle de nos enfants.

Prenons déjà l’exemple des masques ! Vous n’en avez pas ? Certes, le gouvernement a promis d’en offrir, via les pharmacies, en priorité aux personnels soignants (hôpitaux, Ehpad…). Idem pour les collectivités qui ont fait appel aux couturières afin d’en fabriquer en faveur des personnes vulnérables (âgées, handicapées, aux plus démunis socialement parlant), voire même de tous leurs administrés. Mais au final, si personne, si aucune collectivité, aucun CCAS ne vous en offre, prenez un bout de tissu, même une vieille chaussette et demandez à un de vos enfants, neveux, ou une de vos nièces, cousines… de vous en confectionner un. L’essentiel étant de sortir couvert

Pour les écoles ? Vous estimez que les conditions sont réunies ? Envoyez vos enfants à l’école tout en les protégeant au maximum et en leur expliquant bien les gestes barrières ainsi que tout ce qu’il faut faire et ne pas faire en raison de la présence du virus. Et comme ça, vous n’aurez pas à vous « taper » le travail des profs.

Vous considérez en revanche que les conditions ne sont pas réunies ? Prenez vos responsabilités tout en les assumant jusqu’au bout en gardant vos enfants à la maison et en poursuivant la continuité pédagogique. Tout est question de choix. Et de bon sens. L’Etat donne des consignes, mais il n’a pas à s’immiscer dans la sphère de votre liberté individuelle. Ce n’est pas le Conseil Constitutionnel, qui dit la loi, qui pourra soutenir le contraire.

Rappelons qu’à La Réunion, certains maires ont considéré qu’ils seront en mesure d’accueillir les marmailles dans les meilleures conditions possibles. C’est le cas de la Petite-Ile où la rentrée scolaire a eu lieu hier. D’autres communes comme Sainte-Rose, l’Entre-Deux, Saint-Denis, La Possession, Cilaos, les Avirons… ouvriront les établissements scolaires à partir de lundi prochain.

Par ailleurs, la grande majorité des communes ont décidé quant à elles de garder les écoles fermées parce que les maires ont estimé qu’ils ne pouvaient par manque de moyens (gel hydro-alcoolique, masques, lave-vaisselle devenu obligatoire dans les cuisines des écoles) assurer « pour le moment » la sécurité sanitaire des enfants en raison d’un protocole « trop drastique » imposé par le gouvernement. Là encore, il s’agit d’un choix politique (au sens noble du terme). Chacun doit assumer son choix !

Depuis lundi, la vie reprend petit à petit son cours normal. Très vite, tout en sachant que la Covid est toujours présente, nous allons retrouver progressivement notre mode de vie accéléré, chronométré, parfois égoïste, et surtout consumériste. La course à la rentabilité qui nous va comme un gant reprendra vite ses droits. La seule chose qui va changer, ce sera avant tout notre apparence physique avec le port du masque.

Donc, pas trop de chichi, et pas trop de casse-tête ! Ne vous arrachez pas les cheveux quant à savoir s’il y aura ou pas une deuxième vague. Le risque est bien réel. Martine Ladoucette, la directrice de l’ARS que Free Dom a interrogée lundi dernier l’a encore confirmé. Oui, ce risque existe bel et bien. Mais tout dépendra de nous, de notre comportement, du respect ou non à notre niveau des règles sanitaires élémentaires. Il faudrait aussi que le gouvernement puisse prendre ses responsabilités, en dressant par exemple des hôpitaux de campagne (militaires) à Mayotte, département « rouge » pour traiter les cas Covid plutôt que de les rapatrier systématiquement à La Réunion et d’exposer ainsi les personnels soignants réunionnais qui bossent dur dans les hôpitaux.

Il faudrait aussi que très rapidement les collectivités en viennent à bout des herbes sauvages qui fleurissent à tous les coins de rue et qui ont atteint plus d’un mètre de hauteur dans tous les quartiers afin d’éradiquer autant que faire se peut les moustiques et freiner la propagation de la Dengue.

A part ça, vous disais-je, la vie va reprendre son cours normal. Les bars et les restaurants vont rouvrir le 2 juin. Celles et ceux qui ont les moyens vont pouvoir reprendre l’avion et partir en vacances en métropole à compter de juillet. Ce sera autorisé. Certaines compagnies aériennes seront financièrement aidées par l’Etat. C’est le cas d’Air France, d’Air Austral (la Région avancera déjà 10 millions d’euros avec l’argent des contribuables). Quid de Corsair ? Rien pour l’instant. Nombreux sont les Réunionnais qui voyagent pourtant sur cette compagnie. Laquelle permet de faire jouer la concurrence en influant sur le prix du billet.

Pour d’autres secteurs économiques également, l’Etat mettra les moyens. Un Plan Marshall d’environ 18 milliards d’euros pour sauver le tourisme. Bien sûr, tout ne sera pas rose comme par miracle dès demain, mais, à moins d’une reprise catastrophique de l’épidémie, l’Etat ne pourra plus confiner ad-vitam aeternam les citoyens (pas même nos aînés) qui en avaient ras-le-bol de ne plus pouvoir sortir. Attendons-nous également à l’augmentation des taxes car n’oublions jamais que l’argent de l’Etat, c’est d’abord le nôtre !

2e tour des municipales : Cyrille Hamilcaro pourrait jeter l’éponge ?

Et vous pensez bien que si les écoles sont déjà ouvertes, si les bibliothèques, musées, plages le sont également, si les lieux de culte le seront très prochainement, idem pour les aéroports, les cafés, bars, restaurants… qu’est-ce qui pourrait alors empêcher l’organisation du deuxième tour des municipales d’ici à fin juin, le 28 par exemple ? Il suffira de faire comme pour le 15 mars dernier en mettant en place un dispositif adapté, dans le respect des règles sanitaires. Et on en aura fini avec ce scrutin. N’oublions pas que l’année qui arrive sera tout aussi électorale avec les départementales en mars et les régionales en décembre.

Cyrille Hamilcaro

Concernant la date du deuxième tour des municipales de 2020 (fin juin ou septembre-octobre), on devrait selon toute vraisemblance en être fixé la semaine prochaine (à en croire l’Elysée) et non le 23 mai (comme l’avait initialement précisé Matignon). Le Président de la République voudrait aller vite sur ce dossier. Les maires déjà élus, dès le premier tour, seront officiellement installés par le conseil municipal avant la fin du mois de mai.

Ce ne sera pas plus mal après tout si le deuxième tour des municipales pouvait se dérouler d’ici à fin juin. Cela évitera les commérages et autres « ladilafé » qui font perdre beaucoup de temps. La dernière en date ? C’est que Cyrille Hamilcaro, récemment embauché au cabinet de Joseph Sinimalé en tant que collaborateur, pourrait ne plus se présenter à Saint-Louis, alors qu’il avait terminé deuxième, derrière Juliana M’Doihoma. A voir ! Il faut dire que ses affaires judiciaires ne sont pas encore terminées. Un mauvais karma. Il n’est pas encore tiré d’affaire.

Autre rumeur, capillo-tractée celle là (tirée par les cheveux), qui circule : si les élections devaient se dérouler fin septembre-début octobre, Didier Robert pourrait aller se présenter à Saint-Paul où, pour rappel, le maire sortant Joseph Sinimalé (19,89% des voix) a terminé loin derrière Huguette Bello (36,59%) et où Alain Bénard (14,6%) sera toujours dans la course. Il est dit que depuis le 1er tour, Joseph Sinimalé a pu ramener dans son giron tous les anciens adjoints et conseillers municipaux de droite qui s’étaient présentés contre lui, y compris le staff de Bénard. A voir là aussi !

NRL : les transporteurs s’impatientent

Quant à Didier Robert, on se demande toujours ce qu’il est allé faire dans cette galère municipale à Saint-Denis.

Didier Robert (au centre)

Il aurait pu tout simplement concentrer son énergie sur la Région et sur les régionales de 2021 où la partie ne sera plus du tout identique à celle de 2010 et de 2015. La roue pourrait tourner. En parlant de roue, les transporteurs l’attendent toujours sur la NRL. Les 2,5 kilomètres de la route Digue (MT5-2) paraissent interminables. Toujours pas de nouvelles de l’accord Région-Etat-Groupement de janvier dernier sur le MT5-2 qui n’a pas encore été signé, selon les transporteurs. L’accord portait notamment sur le surcoût de 100 M€. Didier Robert avait déclaré fin janvier à nos confrère Zinfos 974 que « tout était sous contrôle et qu’il sera maîtrisé pour que ce chantier soit exemplaire » Idem pour le protocole andain. Adieu la carrière de Bois-Blanc et les roches massives. Où en est le marché MT6-1, qui avait été jugé infructueux dans un premier temps. Ce marché concerne la couche de forme, le génie civil de pose des réseaux, l’assainissement de surface/chaussées, le tronçon entre le giratoire d’accès au chantier sur la RN1 et le raccordement à la RN6. Il semble que sur le nouvel appel d’offres, la proposition faite par une entreprise locale (de Saint-Paul) est beaucoup plus intéressante (et moins disante) que celle du Groupement NRL. Pourquoi tant de retard dans l’attribution du marché ? La Covid ou pas, la rentrée ne sera pas de tout repos pour le Maître d’Ouvrage.

(Crédit Photo : Bruno Bamba)

Pas de repos non plus pour Herwine Boyer-Pitou, l’ex 1ère adjointe qui vient de revêtir officiellement l’habit de maire de Saint-Benoit. Lequel a démissionné depuis deux semaines maintenant pour raisons de santé. Un départ tristounet pour un homme de cette envergure qui, durant ses premiers mandats, avait tout de même changé Saint-Benoit dans le bon sens. Mais il est vrai qu’après son élection au Parlement européen, puis à l’Assemblée nationale, la citée bénédictine s’est retrouvée un peu orpheline. Sans compter aussi qu’il a fait un mandat de trop alors que le pouvoir l’avait déjà bien usé. Une chose est sûre aujourd’hui : Herwine Boyer-Pitou prend son rôle de 1ère magistrate très au sérieux. Elle se débrouille même plutôt bien, multiplie les contacts avec les pouvoirs publics, les collectivités locales principales, s’est déjà assurée du soutien du Département pour sa politique sociale. Elle connaît ses dossiers, elle apprend vite, visiblement se plaît dans son nouveau costume et elle semble avoir redonné une âme à la mairie, à une grande partie du personnel communal jusqu’ici quasiment livrée à elle même, en dépit de tous les efforts de l’ancienne DGS, qui a démissionné depuis. Aujourd’hui, via Mme Herwine Boyer-Pitou, la mairie de Saint-Benoit a une patronne, un chef d’orchestre pour donner le « LA » et permettre aux agents communaux d’accorder leur violon et ne pas jouer une partition cacophonique. Reste à connaître maintenant la date du deuxième tour des municipales. En son for intérieur, Herwine Boyer-Pitou aurait sûrement souhaité qu’il puisse avoir lieu fin septembre-début octobre. Tout aurait été possible pour elle, pour une candidature du moins. A suivre !

Y.M.

([email protected])

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

25
Poster un Commentaire

avatar
17 Comment threads
8 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
17 Comment authors
VéritéInsipideRigoloMachinProtocole Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Tout est dit ! Tout est bien analysé ! On voit le “professionnalisme” de M. Mont-Rouge …

Patrick M
Invité
Patrick M

Non ce n’est pas bien analysé

maillo
Invité
maillo

Chapeau bien ecrit je dirais que chaque mots que vous avez employez à sa place dans tout ce que vous avez écrit, c tellement vrai ce que vous écrivez que je dirait bravo monsieur montrouge

Bibine
Invité
Bibine

Okilé SOFÈR ! Toujours fé lo tour la France ek l’Europe? Vien pu fé campagne si Sindni ek sin pol ? La pèr gaigne lo koup

Rigolo
Invité
Rigolo

Franchement votre disque doit être rayé. Vous avez eu un grave problème avec lui ou vous rêvez de lui ce chauffeur.

HULK
Invité
HULK

Vous dites quasiment que nous sommes entourés d’incompétents et vous êtes allé interviewer la directrice de l’ARS? Bravo! Mais de grâce,allez plutôt rechercher l’information auprès de gens sérieux.Si vous en trouvez.Il doit bien y en doit quand même ,sinon nous sommes mal partis.

Dé con fine mentir
Invité
Dé con fine mentir

Le violon lé mal accordé , na un peu lé à 440Hz et d’autres 439Hz , 441 Hz …
Concert cacaphonique en live

Pierrot
Invité
Pierrot

Constat précis sur la reprise de notre vie de tous les jours et on ressent déjà que nos maux d’avant sont toujours là, on a bloqué un maximum de soucis qui vont être déversés dans les trois mois.
Pour élections le premier tour a été volé, de part la situation comme si il fallait un écrémage et le deuxième n’a plus aucune valeur. Ce seront des maires par défaut comme le EM élu par défaut. Cela arrange le système, mettez le vite électronique et là on risque d’être surpris !!!!!!!!!

DAN RUN
Invité
DAN RUN

Les élections municipales au 1er tour ont été un cirque , moins de 30 % sont allés voter … Le 2nd tour ( juin 2020 ) sera d’une inutilité avec des têtes qualifiées , masquées par le covid-19 ( distribution de case en case ) Au-delà du droit, l’interrogation est de nature politique : est-il opportun de tenir un deuxième tour de scrutin entre deux mois et trois mois et demi après le premier, alors que les contextes locaux et nationaux seront totalement différents de ceux du 22 mars ? Chacun répondra selon sa sensibilité. A sin dni , les… Lire la suite »

zob
Invité
zob

notre confrère zinfos !!!!!!!! a bon ils sont journaliste depuis quand ?

Média
Invité
Média

Ils sont pas des journalistes , se sont des militants numériques ?

Sbuba
Invité
Sbuba

On dirait 1 bouquin plutôt qu’1 article mais bien dit mon gars !!!!
Aujourd’hui tout le monde s’improvise scientifique économiste ou grand manitou de tout et n’importe quoi.
Alors que ce sont des incompétents notoires.
Mais faut bien trouver des occasions de se faire mousser 1 peu ️

bof
Invité
bof

Mais tout dépendra de nous, de notre comportement, du respect ou non à notre niveau des règles sanitaires élémentaires. Bravo trés bon résumé de la situation….Chacun doit prendre ses responsabilités et apprendre à vivre avec ce virus, comme on vit avec la dengue et la grippe depuis des années…. Mais hélas, au vu du comportement de certains depuis le déconfinement, c’est pas gagné…..

O’COCO
Invité
O’COCO

Allez sur saint Paul car la gagne lo coup avec ti Madame ministre la- la rode joué ek Annette la couru . Saint pol ça gagne lo coup ek Bello !

Galerie d’art ubuesque
Invité
Galerie d’art ubuesque

Ce président ne vaut plus Grand chose- vivement 2021!

Insipide
Invité
Insipide

Ce Président qui ne vaut plus grand chose comme vous dîtes est quand même celui qui a fait tandis que les autres ne font que dire ou n’ont fait que dire et l’action et la réalisation n’ont jamais eu lieu. Vous voulez des exemples?

Koo2gle
Invité
Koo2gle

Un enfant de 9 ans meurt à Marseille de la maladie de Kawasaki,
peut-être liée au Covid-19.

Vérité
Invité
Vérité

Pour informations la maladie de Kawasaki existe depuis très longtemps et n’a rien à voir avec le Covid. Les journalistes devraient se renseigner auprès du corps médical et donner les bonnes informations à la population .

Mry
Invité
Mry

Merci beaucoup pour cette tribune M.Montrouge. Que penser de la responsabilité du maire si un enfant décède de violence intrafamiliale ou d’un accident sur la voie publique à l’heure où il aurait dû être à l’école?, cause de décès statistiquement bien plus probable que par une contamination au covid 19 dans notre île! Certainement au minimum morale, voir plus pour le ministère public et les associations de protection de l’enfance… Surtout quand de nouvelles lois justes votées limitent la responsabilité pénale des élus concernant l’ouverture des écoles pour d’éventuelles contaminations à l’école (et d’ailleurs aucune signalée pour les enfants de… Lire la suite »

Unknown
Invité
Unknown

Quand l’Hamilcaro se voit déjà maire à Saint-Paul… !

Est-il humainement possible, en ayant ne serait-ce qu’une toute petite once d’amour-propre, de continuer à assumer tant d’inconséquences si on a un minimum de respect pour la fonction de collaborateur de cabinet et l’histoire de Saint-Paul ? Comment peut-il encore se faire embaucher dans une collectivité, aujourd’hui encore, sans avoir honte du nombre important de batteries de casseroles récoltées tout au long de son parcours politique ?

pas de fumée sans feu
Invité
pas de fumée sans feu

Une enquête journalistique : l’ex DGS aurait démissionné? Elle serait en congé spécial, payé par la mairie sans exercer ses missions jusqu’à la retraite… Il y aurait plusieurs plaintes des agents… Quand le maire a perdu la santé (ce grand homme juste et bon), d’autres s’en sont donnés à cœur-joie… Hélas…

Patrick M
Invité
Patrick M

C’est triste de voir un éditorialiste dire que l’ars à raison et qu’il y aura une seconde vague de virus. Quel manque de professionnalisme et volonté de faire peur !

Protocole
Invité
Protocole

Patrick M, pa vou n’a restaurant té associé ? Procès la fini ? Donne un peu de vos nouvelles Monsieur , nou té rode à vous nou trouv’ pu vous 5eme l’étage lo pyramide

Koo2gle
Invité
Koo2gle

“J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé” !
[ Voltaire ]

Machin
Invité
Machin

Heureusement qu’en bon langage créole le ou la n’a pas vraiment d’importance , allez garçon servez la champagne s’il vous plaît !