“La filière cannes sauvée” se félicite Ibrahim Patel

dans CCIR/Collectivités

Après l’annonce du gouvernement, via le ministre de l’agriculture Didier Guillaume, de maintenir l’aide compensatoire à la filière cannes à hauteur de 28 millions d’euros pour la Réunion, voici la réaction d’Ibrahim PATEL, de la Chambre Commerce et d’Industrie de la Réunion

La filière canne est momentanément sauvée, se félicite le patron de la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Réunion, qui le samedi 6 juillet dernier, Ibrahim Patel, a reçu au siège de l’institution le collectif des transporteurs liés à la campagne sucrière. Ceux-ci l’avait sollicité afin qu’il porte auprès de la ministre des Outre-mers leur motion et leurs inquiétudes.Cette motion demandait la réinscription de l’aide à la filière canne qui avait disparu de la proposition de la loi de finances 2020.L’impact de cette disparition sur la filière canne, les transporteurs et, par ricochet, sur l’économie locale aurait été catastrophique.Fidèle à sa mission d’accompagner les professionnels et à son rôle de représenter les intérêts de La Réunion, la CCI de La Réunion s’est saisie du dossier.Par la voie de son président, l’institution consulaire a porté leur message et leur motion à la ministre le mardi 9 juillet et ce message a été entendu.Le président de la CCI de La Réunion se réjouit de la décision annoncée ce soir par le ministre de l’agriculture et la ministre des Outre-mers de maintenir l’aide de 38 millions d’euros annuelle, dont 28 millions pour La Réunion ; Ce, pour la durée des conventions canne signées en Guadeloupe et à La Réunion.Ibrahim Patel remercie le gouvernement pour sa compréhension et la rapidité de sa réaction dans la prise en compte des intérêts vitaux de notre département.

 

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Joseph Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Joseph
Invité
Joseph

C’est triste, mais pour moi même si ça n’en est pas officiellement, le cousinage avec la mendicité est flagrant,

Reste à espérer que nos agriculteurs ne vont pas traîner pour se diversifier, et réduire au max leur dépendance à ces subventions.