/

La filière géranium se structure à Grand Coude avec la SAS les Essentiels

4 min de lecture

C’est dans les hauts de Saint-Joseph, qu’a eu lieu ce matin l’inauguration de la SAS les Essentiels de Grand Coude, ralliant passionnés de géranium.

En effet, la culture du géranium s’est développée depuis de nombreuses années à Grand Coude, que ce soit par tradition, par passion ou pour développer une activité touristique. C’est donc en début d’année 2021, la SAS les Essentiels de Grand Coude a vu le jour, regroupant plusieurs acteurs déjà investis au coeur de la filière du géranium, du thé ou des plantes médicinales. « Les Essentiels » sont aujourd’hui composés de 8 membres, Rodolphe Morel, président de la société et agriculteur en cours d’installation, son père Jean-Jules Morel, Olivier Grondin et Yannis Lebreton, éleveurs sur le village de Grand Coude, Bernard Mondon, Gilbert Mussard et Benoît Hoarau agriculteurs, et Johnny Guichard, créateur avec sa femme de la Maison du Thé et du Labyrinthe En Champ Thé.

Aujourd’hui, la structure a pour but de collecter et distribuer des produits à base de plantes médicinales ou plantes à parfum, bien que géranium et le thé restent au centre de leurs produits et se fixe trois enjeux basés sur le développement durable :

  • un enjeu éco-responsable, via par exemple l’utilisation de matériaux recyclés ou réutilisables pour les emballages de leurs produits. Grand Coude se situant à la lisière du Parc National de La Réunion, le village sera bientôt labellisé avec la marque « Esprit Parc » qui permettra de mieux mettre en valeur leurs produits.
  • un enjeu économique en proposant une rémunération juste et équitable aux agriculteurs et que leurs actions impactent directement le village
  • un enjeu social qui permettrait de créer ou de consolider des emplois via le biais de la structure.

La culture du géranium au coeur de l’histoire de Grand Coude

L’histoire de Grand Coude commence au début du 20ème siècle avec l’arrivée de plusieurs agriculteurs venus essentiellement de Grand Galet et Cap Blanc pour planter du géranium, qui est actuellement planté de Saint-Joseph à Saint-Paul. En 1965, la culture explose : 175 tonnes d’huiles essentielles sont produites et les coûts se dégradent. Depuis, quelques plants de relances ont été tentés, en vain.

Aujourd’hui cependant, un vent nouveau souffle sur la culture du géranium, avec le soutien de l’Armeflhor (l’Association réunionnaise pour la modernisation de l’économie fruitière légumière et horticole), du Labyrinthe En Champ Thé, de Vital-E-Thé encore Run Papetiers dont les 6 membres se sont lancés dans la création de papier végétal ou recyclé.

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Paul : extension des horaires d’ouverture de Festi’Park

Article suivant

La Réunion à nouveau en état urgence sanitaire (VIDÉOS)

Free Dom