/

La France Insoumise Réunion ne sait plus sur quel pied danser aux législatives

13 min de lecture
6

Ai nom des groupes d’action LFI de La Réunion (La France Insoumise), Denise Delavanne (qui était colistière d’Huguette Bello aux régionales de 2021)  a adressé un courrier aux militants . La semaine dernière, elle expliquait que « LFI » va faire sa route comme bon lui semble en choisissant ses propres candidats sans se laisser dicter la marche à suivre par un autre parti politique, notamment le PLR d’Huguette Bello. Et en ce début de semaine, la même Denise Delavanne appelle tous les partis progressistes à s’unir. Comprenne qui pourra ! 

« Chers camarades,

Nous sommes heureux que des négociations franches et ouvertes puissent voir enfin le jour sur notre île et nous vous remercions du rôle que vous jouez pour essayer de faire émerger un accord commun pour les élections législatives.

Ce que nos représentants nationaux ont réalisé nous oblige et nous devons donc tout mettre en œuvre pour permettre la création d’une réelle Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale au niveau local.

Cependant, si cette NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale) a pu voir le jour au niveau national, c’est notamment grâce à des accords programmatiques communs. C’est en effet grâce à l’accord sur des points phares qui nous rassemblent, ainsi qu’à des clarifications sur des points qui nous diviseraient, qu’un accord électoral a pu être créé.

Aussi nous proposons aux différents partis traditionnels de la gauche locale engagés dans ces élections législatives d’honorer ce que nos camarades dans l’hexagone ont réussi en quelques jours seulement.

Nous vous invitons donc dès aujourd’hui à nous réunir pour convenir avant toute chose du programme que nous pourrions toutes et tous défendre dans le cadre d’une NUPES 974. Vous trouverez ci-joint l’accord national passé entre FI, EELV, le PS et le PCF ainsi que le livret Outre-Mer de la France insoumise que nous vous proposons d’adopter également pour cette NUPES 974.

Si ces points d’accord programmatiques conviennent à l’ensemble des forces représentées, alors nous pourrons entamer des discussions sur une répartition équitable de nos organisations politiques sur les 7 circonscriptions de notre département et d’échanger sur différents scénarios envisagés. Nous espérons sincèrement pouvoir convenir d’une décision commune à l’issue de cette réunion. 

Les résultats des élections présidentielles nous apprennent une chose : il est urgent de s’inscrire dans le cadre commun d’un pôle populaire, en opposition au libéralisme. Ce pôle populaire ne pourra cependant fonctionner qu’en répondant à la volonté des citoyens d’avoir des représentants exemplaires et rejetant les vieilles pratiques politiciennes.

Enfin, pour que cette réunion soit un succès et compte tenu de l’urgence des échéances électorales, nous vous invitons à prendre part à cette réunion pleinement mandatés par vos organisations pour qu’un tel événement, historique dans la gauche réunionnaise, puisse aboutir ». 

« Une volonté de marginalisation de nos représentants de la part d’Huguette Bello et de sa majorité régionale »

Pour rappel, voici ce qu’écrivait Denise Delavanne, en fin de semaine dernière :

« Face à l’impasse, L’Union Populaire 974 prend pleinement ses responsabilités. Depuis 2016, la France insoumise n’a eu de cesse de croitre à la Réunion à partir d’un noyau de membres du parti de Gauche qui ont su au cours de ces nombreuses années élargir ce cadre pour devenir aujourd’hui la première force politique de l’île :

  • –  En 2017, nos candidats aux législatives ont obtenu entre 7 et 12% des suffrages, malgré des moyens financiers sans commune mesure avec les autres candidats.
  • –  En 2019 nous étions aux côtés de Younous Omarjee pour réaliser un très bon score aux élections européennes et permettre son élection.
  • –  En 2020, trois insoumis ont été élus sur la liste d’Huguette Bello à la mairie de St Paul, sur une base programmatique solide. L’un d’entre eux a été nommé adjoint, une autre élue vice-présidente du conseil communautaire du territoire (TCO).
  • –  En 2021, nous avons fait liste commune pour les régionales avec le PLR d’Huguette Bello et quelques personnes issues de la société civile. Notre présence sur cette liste s’est vue grandement diminuée dans l’entre-deux tours au profit d’un élargissement à des personnalités politiques Macronnistes et Socialistes.

    Depuis lors, nous constatons une volonté de marginalisation de nos représentants de la part d’Huguette Bello et de sa majorité régionale. A partir de ce constat, les Groupes d’Action (GA) de l’Union Populaire ne se sentent ni liés à ni respectés par cette majorité régionale élue avec nos efforts et sans nos candidats.

    Lorsqu’Huguette Bello a rejoint l’Union Populaire en Août, nous avons espéré qu’elle et son parti (le PLR) prennent une part active pour la campagne présidentielle de 2022, déjà bien amorcée grâce à nos actions.

    Cet espoir a été vain : nous avons porté cette campagne absolument seuls grâce aux renforts toujours plus importants de citoyens venus nous rejoindre : recherche de parrainages, actions militantes, commandes de matériels, production de contenu, organisation du meeting de Jean-Luc Mélenchon du 26 Février, tenue des bureaux de vote, gestion des procurations… Tout cela a été réalisé exclusivement par les militants de l’Union Populaire, sans le soutien de quel qu’autre parti politique de l’île à l’exception de la députée Karine LEBON dans la 2ème circonscription.

    Nous sommes fiers du travail mené qui a contribué au score historique de la candidature de Jean-Luc Mélenchon à La Réunion. Il affirme le rejet du monde ultra libéral d’Emmanuel Macron.

    Depuis plusieurs mois, l’ensemble des forces militantes de l’Union Populaire a œuvré pour l’élargissement politique du bloc populaire que nous représentons. Ainsi, de nombreuses réunions ont été proposées au PLR d’Huguette Bello. Toutes ces demandes sont restées lettre morte jusqu’à une première réunion organisée le 3 Mai qui n’a pas permis que chacun expose ses arguments de façon à trouver un compromis acceptable par tous dans la perspective des élection législatives des 12 et 19 Juin prochain.

    Nous regrettons qu’une certaine classe politique tente de récupérer le travail de terrain mené par les militants de l’Union Populaire sur tout le territoire, privilégiant les intérêts

partisans et de vieilles pratiques politiciennes au détriment de la cohérence programmatique et des intérêts du peuple.

Malgré cela, souhaitant tout faire pour créer l’union la plus large possible, avec le soutien de Jean Hugues Ratenon, nous avions choisi jusqu’à présent de ne mettre en avant aucun candidat dans le but de voir aboutir ces négociations et ce malgré les candidatures florissantes se réclamant de la majorité régionale, voire de la France Insoumise ou de l’Union Populaire.

Un grand nombre des militants de l’Union Populaire s’est réuni ce Dimanche 1er Mai à l’initiative du député Ratenon et du Parti de Gauche afin de faire le bilan des dernières semaines et se mettre en ordre de bataille pour démarrer pleinement la campagne des législatives.

Constatant les échecs des appareils partisans locaux à créer les conditions de l’unité, nous assumons pleinement la responsabilité que le peuple nous a confiée à l’issue du 1er tour.

Ainsi, parce que l’unité derrière un programme est dans l’ADN de notre mouvement, parce que la cohérence idéologique est primordiale pour rétablir la confiance dans nos représentants, parce que nous sommes plus forts de la diversité des tendances qui nous composent et parce qu’il est urgent d’engager la campagne législative, nous avons décidé lors de cette réunion de proposer au peuple réunionnais les candidats suivants :

Pour la première circonscription : Yoann CANCAN (LFI)
Pour la deuxième circonscription : Karine LEBON (PLR)
Pour la troisième circonscription : Virginie GRONDIN (LFI)
Pour la quatrième circonscription : Stéphane ALBORA (Saint-Pierre Plus Verte) Pour la cinquième circonscription : Jean-Hugues RATENON (Rézistans 974/LFI) Pour la sixième circonscription : Pascal HOAREAU (LFI)

Pour la septième circonscription : Perceval GAILLARD (LFI)

L’ensemble de ces candidats a été désigné en assemblée des groupes d’action afin de garantir la défense de notre référentiel programmatique commun incarné dans un gouvernement mené par Jean-Luc Mélenchon : retraite à 60 ans, SMIC à 1400€, référendum révocatoire des élus, RIC, bifurcation écologique… »

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

6 Commentaires

  1. Ça leur monte à la tête. Ils vont finir en queue de poisson avec leur placement de petits copains totalement déconnectés du terrain. Bello au moins a choisi des têtes de listes capables de faire le lien État Réunion. La c’est le néant qu’on propose.

  2. Smic à 1400 € : quelle ambition de la part d’un parti qui est classé à l’ « extrême gauche » et ne demande quasiment rien aux patrons (le Smic au 1er mai 2022 était déjà à 1304 euros et si l’inflation continue à s’envoler, les 1400 € seront peut-être atteint automatiquement en fin d’année).
    Les « Insoumis » resteraient-ils soumis … aux limites fixées par le patronat ?

  3. Ah ! Les cocos entrain de se dechirer sur le terroir de la misère.
    Misère qu’ils entretiennent pour mieux régner.
    J’espère que les reunionnais ne vont pas se laisser duper par cette bande d’incapables qui trouve la motivation dans la vengeance.
    Les projets structurants cela ne les intéressent pas.
    Une seule chose compte l’idéologie.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

SDIS : l’UNSA prêt pour « un dialogue social sincère et constructif »

Article suivant

Législatives : Rémy Bourgogne se présente sans étiquette dans la 3ème circonscription (VIDÉO)

Free Dom