/

La prison Juliette-Dodu : “ce patrimoine majeur de l’histoire réunionnaise doit être sauvegardé”

5 min de lecture
10

Arrêtons de salir la mémoire de nos ancêtres
Dodu, ce patrimoine majeur de l’histoire réunionnaise doit être sauvegardé dans son intégralité patrimoniale.

Le site historique de l’ancien centre pénitentiaire de Saint-Denis fait l’objet d’un aménagement conduit par la Société d’Habitat à Loyer Modéré de La Réunion, qui détruira près de 70% de ses élévations à valeur historique et architecturale.
Pourtant depuis 2005, la parcelle située au cœur du « centre historique » du chef-lieu réunionnais, avait fait l’objet d’une instruction par la Conservation régionale du patrimoine en vue de sa protection. Le dossier avait reçu un avis très favorable de l’Architecte en Chef des Monuments Historiques qui jugeait nécessaire sa protection.
Cette mesure a été mystérieusement arrêtée en 2007.

Quel est le positionnement de la ville de Saint-Denis, ville d’Art et d’Histoire qui cultive son absence sur ce dossier ?

Le projet actuel de réhabilitation/construction s’engagerait -elle dans un simulacre de protection patrimoniale faisant perdre de façon irréversible à La Réunion des témoins majeurs de son histoire.
Intégrant des constructions élevées depuis la période de la Compagnie des Indes (XVIIIè siècle), les richesses culturelles du lieu sont innombrables. Il demeure, par exemple, la seule preuve tangible d ’incarcération publique d’esclaves sur l’île.
C’est dans ses murs encore existant qu’ont été incarcérés en 1812, les héros de la révolte de Saint-Leu, avant leur supplice et leur exécution capitale sur les places publiques de l’île.
L’aménageur y prévoit un restaurant.

Le déni inacceptable de notre histoire doit-il encore se perpétuer en ce début de XXI è siècle ?
N’est-il pas temps de respecter ce haut-lieu de mémoire et faire acte de réparation en le destinant à des projets de développement aux bénéfices sociaux et sociétaux, sans commune mesure au regard du projet d’aménagement actuel  ?

Le peuple, symbole de la démocratie est en ce moment dans la rue, réclamant plus de justice, d’égalité, de respect.
Ce divorce, cette colère résultent aussi de ce manque d’intérêt et de déni déployés à l’encontre des traces, des témoins de notre douloureux passé colonial.
On a détruit, vendu notre Mémoire, « salit l’image de nos ancêtres » et enseveli notre patrimoine sous le poids des bulldozers qui ont fait très souvent les affaires des promoteurs immobiliers.

L’État dans son rôle de protecteur du patrimoine de la Nation ne doit-il pas rendre justice et réparation à notre mémoire réunionnaise et nationale ?
Peut -t-on faire encore confiance aux valeurs républicaines pour protéger ce lieu de mémoire, ce site riche et unique, témoin de nos trajectoires historiques et méritant sa place au sein du Patrimoine de l’Humanité au même titre qu’un site comme Gorée ?

En tant que Présidente de la commission régionale du Patrimoine et de l’architecture avec le soutien des associations et militants culturels, nous suivons ce dossier de Dodu.
Le patrimoine, la mémoire appartiennent au peuple.
Dodu, ce patrimoine majeur de l’histoire réunionnaise doit être sauvegardé dans son intégralité patrimoniale. Les secrets cachés dans et entre les murs de la prison Juliette Dodu font partie du trésor culturel Réunionnais.
Nous poursuivons le travail de Sudel Fuma, fervent défenseur de ce dossier.
Nous sommes tous responsables devant les générations futures de la destination de ce fort lieu de mémoire.

Aline Murin, Conseillère régionale, déléguée à la culture
Présidente de la commission régionale du Patrimoine et de l’Architecture.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Website Protected by Spam Master




10 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox