La région annonce un redéploiement du prêt rebond en direction des petits commerçants et artisans

5 min de lecture
1

Les représentants de la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC) ont été reçus par le président de la Région, Didier Robert afin de faire le point sur la situation des entreprises de proximité, durement impactées par les restrictions sanitaires. La reprise annoncée et progressive de l’activité, ne suffira pas à maintenir en exercice, nombre d’établissements actuellement en procédure auprès des tribunaux mixtes de commerce. La collectivité régionale maintient et renforce ses dispositifs d’aide.

«C’est maintenant qu’il faut agir. Dés la prochaine Commission permanente, nous allons pouvoir voter la relance du dispositif du Prêt rebond en partenariat avec la Banque Publique d’Investissement (BPI). La Région doit immédiatement soutenir cette reprise qui reste malgré tout incertaine, pour de nombreuses entreprises», a déclaré Didier Robert.

La collectivité a annoncé le maintient du dispositif d’aides auprès des commerces de proximité et des bourgs des hauts, «grâce à l’effet levier du plan de relance régional, nous pourrons renforcer ces aides d’urgence. Nous réfléchissons aussi à la mise en place d’un nouvel outil qui permettra d’abonder différemment en direction des TPE».

Selon Alain Akbaraly, Vice-président de la Fédération française, «nous interpellons la Région car nous souhaitons que le commerce fasse partie intégrante du Plan de relance régional. Au même titre que le tourisme, l’hôtellerie ou encore le BTP. Avec le couvre-feu et la fermeture des restaurants par exemple, les consommateurs désertent les centre-villes dés 15 heures. Rares sont les artisans commerçants qui peuvent aujourd’hui faire une journée complète».

Les représentants de la Fédération française ont également alerté le Président de région sur l’impact du e-commerce et de la continuité territoriale sur leur chiffre d’affaires. Toujours selon Alain Akbaraly, «les consommateurs se rendent de plus en plus souvent en Métropole, et y effectuent les achats qu’ils ne feront plus par la suite, dans nos commerces du centre-ville. Notre manque à gagner est de plus en plus important». Didier Robert a annoncé que la collectivité allait «mettre en place une série de mesures d’aides directes aux entreprises pour compenser ces pertes précises d’activité. Très concrètement, nous allons mobiliser une enveloppe issue du ‘FSE Surcout’

Les membres du FFAC ont sollicité une aide régionale afin notamment d’accompagner et de soutenir les TPE en grande difficulté, «certains dirigeants se retrouvent démunis devant les tribunaux de commerce. Ils n’ont aucun soutien administratif ou logistique». A ce titre et dans un premier temps, les frais de fonctionnement de la fédération (loyer et création d’un emploi) pourront être pris en charge par la collectivité. Une proposition en ce sens, sera inscrite à l’ordre du jour d’une autre Commission permanente avant la fin du mois de mai.

Enfin la fédération souhaite la mise en place d’un Comité de pilotage, composé notamment de la Préfecture et de la Région Réunion, afin d’impulser un dialogue de proximité avec les autres acteurs économiques, les représentants des petites structures et l’ensemble des acteurs pour la prévention des faillites ( les greffes, les tribunaux, le procureur, les chambres consulaires etc.).

1 Commentaire

  1. Une goutte d’eau dans le néant de politique commerciale régionale. Marre, archi marre des décisions pré-électoralistes qui minent notre île et retardent son développement humain et économique. On reste parmi les régions les plus pauvres de France encore en 2021 alors les mesurettes d’amateurs, on en a marre.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

CHU de La Réunion et GHER : une Neztoile au chevet des patients en situation palliative

Article suivant

Covid-19 : alerter grâce au contact-tracing pour casser les chaînes de transmission du virus

Free Dom