///

La retenue collinaire de Piton Sahales : Un projet stratégique pour l’avenir agricole du Tampon (Vidéos-Photos)

6 min de lecture
3

André Thien Ah Koon, Maire du Tampon, et le conseil municipal ont organisé ce lundi 10 juin une conférence de presse pour faire le point sur l’avancement des travaux de la retenue collinaire de Piton Sahales.

La desserte en eau dans les Hauts du Tampon représente toujours un enjeu important auquel se rattachent les problématiques de maintien et de développement de ces espaces au plan agricole mais également au plan socio-économique.

Les besoins d’irrigation, sur la Plaine des Cafres, ne sont pas satisfaits et les projets de développement agricole restent limités par l’instabilité de la ressource en eau. Dans ce contexte, la commune a réalisé en 2017 un schéma directeur d’irrigation. Le diagnostic réalisé à l’échelle du territoire tamponnais a permis notamment de mettre en évidence que les besoins agricoles ne sont pas couverts. Les volumes annuels nécessaires seraient évalués à 1500 000 m3/an. Pour répondre ainsi aux besoins de développement économique et diminuer a part d’utilisation du réseau d’eau potable, il avait alors été retenu la construction de plusieurs autres retenues collinaires de grande capacité :

Le schéma directeur de 2017, est en cours de révision pour s’adapter aux changement climatiques. De nouvelles orientations seront rendues.

  • Piton Sahales : 350 000 m3
  • Piton Mahot: 350 000 m3
  • La réalisation d’une retenue de 100 000 m3 (retenue Piton Villiers III)
  • D’autres retenues, soit 6 ouvrages supplémentaires sont identifiées sur la rivière d’Abord, la ravine Jean Payet, les bars Martin et Leclerc

Ces ouvrages ont pour ambition de réduire le déséquilibre entre ressources et besoins en eau estimé à 2,5 millions m3 de stockage d’eau à l’horizon 2026.

Ainsi, en comblant le déficit en eau, l’irrigation permettra la mise en valeur de nouvelles zones à vocation agricole et favorisera l’augmentation des rendements de productions déjà cultivées sur la Plaine des Cafres encore tributaires des aléas climatiques.
La finalité est de tendre vers l’autonomie alimentaire et énergétique.

L’enquête publique a confirmé la nécessité de la construction de la nouvelle retenue nommée Piton Sahales.

Cet ouvrage est destiné à assurer un volume de stockage supplémentaire de 350 000 m3.

Il s’agit d’une réserve motivée tout d’abord pour compléter l’alimentation du périmètre d’irrigation des Herbes Blanches sur les secteurs Bois court, Tunnel et Pont-Yves: La nouvelle retenue collinaire permettra aussi plus tard, après raccordement, d’accroître les surfaces irriguées sur le périmètre de Piton Marcelin.

2. Présentation du projet

Le projet se situe sur une zone agricole en rive gauche du Bras de Pontho, à l’Est du lieu-dit « Bourg Murat ».

Les aménagements portent sur les infrastructures hydrauliques suivantes :

Réalisation d’un barrage d’une capacité de 350 000 m sur une superficie intérieure d’environ 3,8 ha, de l’ordre 7,1 ha pour l’ensemble des ouvrages et équipements annexes.

  • Le barrage collinaire projeté est un réalisé par terrassement ouvrage étanché par une géomembrane et en remblai/déblai, avec les matériaux appropriés du site et le lestage de la géomembrane sera effectué par un revêtement béton en partie haute, en fond de retenue, 1 masque de scories par un remblai.
  • Des réseaux de drainage seront entre autres mis en place respectivement sur le fond et en pied des talus intérieurs. Chaque drain aura son propre exutoire afin de permettre un suivi d’auscultation.
  • La traversée de la canalisation des distributions se fera dans le remblai de la retenue via une galerie de service (ouvrage en béton armé) de 2,25 m x 3 m mise en place sous le remblai aval.
  • Un déversoir de sécurité de crues à écoulement à surface libre sera aménagé sur le remblai. Cet ouvrage sera dimensionné afin d’évacuer le débit de la crue de période de retour 1 000 ans en ménageant une revanche de 1 m même en cas de crue d’occurrence supérieure, les ouvrages d’alimentation de la retenue limiteront le débit d’entrée, et le débit à évacuer ne sera pas significativement supérieur.
  • Ce déversoir sera prolongé par une coursive permettant l’évacuation des eaux jusqu’à la ravine en aval de l’ouvrage hydraulique de protection, sans entrainer des érosions préjudiciables à la sécurité de celle-ci.
  • Construction d’une prise d’eau dans la ravine du Bras de Pontho et d’un canal d’amenée jusqu’à l’entrée du bassin.

Les eaux en crue de la ravine du Bras de Pontho seront déviées au moyen :

  • D’un seuil transversal établi perpendiculairement au lit d’une hauteur appropriée guidant l’eau vers l’ouvrage de prise situé
    en rive gauche du cours d’eau, complète
  • Deux vannes murales de 1,6 m x 1,6 m (orifice calibré rectangulaire).
  • Des ouvrages dans le prolongement de la prise du captage comprennent un canal d’amenée et un piège dégraveur.
  • La berge en rive gauche de la ravine du Bras de Pontho sera rehaussée et confortée au droit de l’ouvrage de prise ainsi qu’à l’amont et à l’aval immédiat pour éviter tout débordement et donc tout risque pour le futur plan d’eau.
  • Réaménagement des parcelles attenantes à l’aide des matériaux provenant des excavassions de déblais. Aucun matériaux évacués, en carrière. Équilibre deblais – remblais
  • Les terrains périphériques seront remodelés pour améliorer la stabilité de la retenue, éviter tout entrée non maîtrisée dans la retenue et ne pas modifier les écoulements la zone inondable sur les enjeux avoisinants.
  • Construction d’une chambre de vannes de 30 m pour l’exploitation des équipements hydrauliques.
  • Cette chambre de vannes comprendra les ouvrages pour le maillage au réseau des Herbes Blanches ainsi que des ouvrages en attente pour une possibilité d’interconnexion avec le réseau Piton Marcelin.
  • La pose de 60 ml de canalisations DN300 pour un raccordement au réseau d’irrigation des herbes blanches
  • Les travaux sont avancés à + 52%

3. Procédures règlementaires

Les caractéristiques du projet le soumettent à la réalisation des dossiers règlementaires suivants :

  • Un dossier d’Autorisation environnementale, au titre des IOTA (rubriques 2.1.5.0 – Eaux dangers ; pluviales, 3.2.3.0 -Plan d’eau et retenue et 3.2.5.0 – Affouillements), intégrant une étude de R122-2 du code de l’environnement ;
  • Une étude d’impact sur l’environnement, au titre de la rubrique 39 de l’annexe de l’article
  • Une étude préalable agricole et compensation agricole, au titre de l’article L112-1-3 du code rural et de la pêche maritime ;
  • Une enquête publique au titre du Code de l’Environnement ;
  • Un permis d’aménager.

Le dossier d’autorisation environnementale Unique a été instruit par l’autorité environnementale et avec l’avis de la MRAE

En janvier 2023, la phase d’enquête publique s’est déroulée du 6 avril au 5 mai.

  • Une autorisation de minage délivrée le 24 mai 2024. Arrêté n° 2024 – 868 / SG/ SCOFF / BCFE

4. LES CONTRAINTES DU CHANTIER DE PITON SAHALES

Réaliser un ouvrage d’une telle ampleur est une opération d’une grande complexité d’autant plus que la commune du Tampon doit s’assurer de l’avancement réglementaire des travaux tout en tenant compte de nombreuses contraintes, à la fois techniques, administratives et environnementales.

L’arrêté n°2023-1860 portant autorisation environnementale au titre de l’article L. 181-1 du Code de l’environnement, signé le 4 septembre 2023 par le Préfet de La Réunion, impose le respect de nombreuses mesures telles que la lutte contre la pollution de l’eau et de l’air, la production de déchets, les plantes invasives ainsi que des mesures d’évitement sur la faune et la flore.

De nombreuses dispositions sont prévues pour assurer la conformité à la prévention des risques technologiques, et des nuisances sonores à l’égard du voisinage. Par ailleurs, les récents épisodes de pluies intenses ont accru le risque de crues : il est désormais prévu de construire une digue au niveau de Bras de Pontho pour protéger l’ouvrage.

Le montage d’une telle opération à l’échelle d’une commune est extrêmement compliqué car il faut de la disponibilité foncière, bénéficier d’une stabilité financière permettant une capacité d’investissement élevée et respecter des délais qui sont courts (fixés au 31 décembre 2024). La commune du Tampon devra également compenser la perte des surfaces agricoles liée à la construction du barrage.

La compensation agricole est acheminée et présente un investissement de 120 000 € sur fonds propres communaux.

La retenue de Piton Sahales en quelques chiffres :

– 350 000 m3 d’eau de pluie filtrée, affectée aux agriculteurs ou en renforcement des deux
retenues
– 250 contrats d’abonnements potentiel
– Coût : 22 millions d’euros
– Financement de l’Europe via le FEADER (dont l’autorité de gestion est le Département)

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Appel à Témoins : Disparition inquiétante d’une mère de famille de 56 ans

Article suivant

Relais de la Flamme à La Réunion : Le préfet prend des mesures renforcées pour la sécurité du public

Free Dom