Il frappe son père de 88 ans pour un simple terrain !

5 min de lecture
19

Coup de gueule d’une auditrice dimanche 2 janvier sur notre antenne. Elle aurait été témoin d’une violente agression au Barrage, dans les hauts de la Saline : un homme aurait frappé son père à de nombreuses reprises, au point de lui casser les côtes.

« C’est horrible de voir un fils frapper son père ! Le père avait passé la journée d’hier (samedi 1er janvier) avec l’un de ses fils et lorsque celui-ci est parti, l’autre est arrivé et à commencé à le frapper à de nombreuses reprises ! Le père essayait de courir pour s’enfuir ! Il a été emmené à l’hôpital et a subi des examens,  mais ils n’ont pas pu le garder hier soir. »

Elle nous précise également que le père serait allé porter plainte à la gendarmerie et que ce ne serait pas la première fois que cet homme s’en prend à son père ou à ses frères. « Qu’est-ce qu’il faut faire pour que cet enfant arrête ? » lance-t-elle, avant de raccrocher.

Retour sur les faits

Tout comme après un repas de famille alcoolisé dans le hauts de La Saline, afin de célébrer la nouvelle année. Le fils décide après le repas de se rendre chez son père. Une fois sur place, il escalade le portail fermé et pénètre chez l’octogénaire. L’homme âgé est installé dans son fauteuil devant la télévision, quand il voit son fils lui sauter dessus en hurlant « Ça fait longtemps que je devais t’attraper. »

Le fils traîne alors son faible père sur plusieurs mètres, jusqu’au jardin, et commence à la violenter. Après plusieurs coups de poings, il menace son père de lui jeter un gros galet. C’est à ce moment que les voisins interviennent afin de porter secours au granmoune.

Le père arrive à s’enfuir tant bien que mal à travers un sentier. Sept jours d’ITT lui seront prescrits suite à une luxation de l’épaule et de plusieurs ecchymoses.

Le fils est quant à lui interpellé par la gendarmerie dans la journée. Le 3 janvier, il passe devant le tribunal de Saint-Denis en comparution immédiate. Il explique à la barre que la discussion aurait mal tournée, notamment à cause de l’alcool qu’il avait bu. Il présente ses excuses et reconnaît avoir commis des violences, mais pas celles qui lui sont reprochées.

L’agression serait liée à un conflit qui dure depuis des années entre les deux hommes concernant la répartition de terrains familiaux. Le fils avait déjà été condamné en 2017 pour des faits de violences contre son père. Il lui avait cassé la jambe à coups de galets. L’homme âgé demande 3000€ de dommages et intérêts suite à cette récidive.

 »Il est hors de question de régler les conflits familiaux par la violence », assène la substitut du procureur, Charlène Delmoitie. Le parquet s’interroge : jusqu’où le fils était-il prêt à aller ?  «  Mais que ce serait-il passé si les voisins n’étaient pas intervenus ? »

Le procureur requiert 12 mois de prison avec sursis probatoire, obligation de soin, de travail et d’indemniser la victime et interdiction de contact et de paraître à son domicile.

Le prévenu est condamné à 12 mois de prison avec sursis, avec obligation de soins et d’indemnisation. Il lui est interdit de rentrer en contact avec son père pour éviter tout risque de réitération des faits.

19 Commentaires

  1. Totoche zote momon ban kréol fé tro nimport kwe bana lé pli pire que nou la france gaspille tro loro pou rien na rienk ban kaniard passe zote temp rienk boi le rhum bana i tue ban zenfan et ban femme demoune. Exemple: Bolo

  2. faut dire merci à l’etat ne plus corriger les enfants ,mon plus vieu à 36 ans je l’ai dejà dit le jour qu’il essaie vaut mieu qu’i aille jusqu’au bout pour sa santè ,

  3. Que des fou a saint paul qui n ont pas de sens morale ni de honte . Ils existent pourtant un centre médical psychologie dans cette ville. Qu’ils y fassent une visite….

  4. Tu parles en connaissance de cause ?
    Toi même tu dois être un pur produit incestueux, sinon tu ne tournerais pas en boucle. Qui es tu ? Le frère ou la sœur de ta mère ? Il faut songer à consulter

  5. On A du te retrouver dans un congélateur (chose courante pour les Zoreils) ton cerveau limité avait commencer de givrer dont tes propos. Ou alors ta sœur a dû t’accrocher seule dans la bergerie

  6. On A du te retrouver dans un congélateur (chose courante pour les Zoreils) ton cerveau limité avait commencer de givrer dont tes propos. Ou alors ta sœur a dû t’accrocher seule dans la bergerie

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Saline les Hauts : incommodée par l’odeur d’un cadavre de chien en face de chez elle

Article suivant

18 mois de prison pour avoir tenté de mettre le feu à son domicile après avoir agressé sa famille

Free Dom