L’administration territoriale se réforme pour améliorer la qualité du service à l’usager

2 min de lecture

Depuis le 1er janvier, les nouveaux secrétariats généraux communs permettent dans chaque département de regrouper l’intégralité des fonctions “supports” des préfectures et des directions départementales interministérielles. Ces fonctions concernent les ressources humaines, le budget, la logistique ou encore l’informatique. Précédemment, elles étaient éclatées entre chaque entité, chaque préfecture ou direction disposant de son ou de ses propres services en charge des moyens.

Alors que l’État territorial est plus fortement attendu que jamais autour des enjeux de la résilience sanitaire, économique ou encore environnementale, il est apparu nécessaire de moderniser l’exercice des fonctions supports des services déconcentrés. Prévus par l’instruction du Premier ministre du 12 juin 2019 qui a lancé la réforme de l’organisation territoriale de l’État, les secrétariats généraux communs aux préfectures et aux DDI ont vu ainsi le jour le 1er janvier 2021, dans l’ensemble des départements de métropole, ainsi qu’en outre-mer (Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte).

Armés par plus de 6000 agents, rattachés au ministère de l’Intérieur, les secrétariats généraux communs auront vocation à assurer d’une manière plus efficace, plus lisible et plus simple la gestion RH, financière, immobilière, SIC et logistique des préfectures, des sous-préfectures ainsi que des DDI.

Les mutualisations rendues possibles par cette nouvelle organisation, porteuse de simplification et de gains d’efficience, permettront de conforter l’exercice des métiers des services déconcentrés de l’État. Un support plus efficace, c’est le gage d’un meilleur service rendu à l’usager du service public.


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox