Laurence Diss conseille « le bien-être et l’humeur positive » via le sport et l’hygiène alimentaire

« Ça me va ; On peut dire ça comme ça », dit-elle, avec un large sourire qui, telle une tranche papaye, barre son visage rayonnant. Parce qu’elle ne peut supporter l’oisiveté, Laurence Diss (c’est son prénom et nom) s’occupe à sa façon durant le confinement. Elle a donc profité de cette période pour créer sa page Facebook intitulée « Lo Onatur’l ».

Quand les psychiatres et autres spécialistes de la médecine se relaient à la télé, midi et soir, pour parler des méfaits, des risques du confinement lié à la crise sanitaire, Laurence, elle, préfère regarder le verre à moitié plein (plutôt qu’à moitié vide), c’est-à-dire le bon côté des choses. La quadra est directe et franche, elle parle cash : « je préviens tout de suite, je ne suis ni diététicienne, ni nutritionniste, ni coach sportive. Je n’ai pas ces prétentions. Sur ma page, où tout est gratuit et distillé avec bon cœur, je n’étale que mon vécu, mon expérience. Vous êtes libres de vous en inspirer. Ou pas ! Ce qu’il faut savoir, c’est que rien n’est surfait ici, aucune photo n’est retouchée. Tout est livré brut de décoffrage, naturel ».

D’où le nom de ladite page, via laquelle, Laurence dispense ses conseils tant aux dames qu’aux hommes qui désirent perdre (ou prendre) du poids en s’astreignant non pas à un régime (ce mot qui ne veut plus dire grand-chose) mais en retrouvant un équilibre alimentaire. «Pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu leurs repères, qui ont tendance à se décourager, qui ne s’aiment pas en se regardant dans le miroir, moi je leur dis, vous êtes capables. Croyez en vous, ne vous découragez pas et, surtout, ne vous privez pas de ce que vous aimez manger. Tout dépend de vous, de votre volonté, de votre détermination. C’est possible et vous allez y arriver, sans pour autant vous éreinter le corps avec des exercices commandos. Non, il faut prendre le temps nécessaire tout en alliant équilibre alimentaire et humeur positive », explique Laurence, qui n’a rien d’une extra-terrestre. C’est une femme normale de 40 ans, originaire de l’Est de la France ; Une maman de deux grands enfants (un garçon de 21 ans et une fille de 18) ; Une femme mariée durant 10 ans, aujourd’hui divorcée. Une ancienne aide soignante (durant 15 ans) au CHUR de Strasbourg dans des services pas faciles (oncologie, réanimation, urgences…). Une ancienne employée de crèche qui, il y a deux ans, a décidé de plier bagages et de venir s’installer à La Réunion, une île dont elle est tombée sous le charme. Depuis un an, elle exerce comme agent polyvalent à la salle de sport « Fitness Park » à Saint-André. Elle est également gendarme réserviste, pratique le Trail, adore les randonnées en montagne et aime… manger de tout mais avec en restant raisonnable.

« Si j’ai créé cette page, c’est parce qu’aujourd’hui j’ai décidé de partager mon histoire. Certaines personnes se reconnaîtront peut-être dans mon parcours. Nous avons tous un passé plus ou moins heureux, gai, triste avec de bons mais aussi de mauvais souvenirs. Des épreuves avec des doutes mais aussi des réussites qui nous on fait évoluer et grandir pour faire de nous ce que nous sommes devenus. Tout ceci a un impact qu’on le veuille ou non consciemment ou inconsciemment sur ce que nous pensons, sur la façon dont nous réfléchissons et agissons.

Aujourd’hui, quand on regarde mes photos, on pourrait penser que j’ai toujours eu une vie saine, équilibrée et colorée. À 40 ans je suis à peu près au milieu de ma vie et en faisant le bilan je me rends compte que j’ai mis la moitié de ma vie à chercher puis trouver mon équilibre entre le moi d’avant et le moi présent.  Je suis passée par des périodes d’assurance ou comme souvent à 20 ans on est sûre de savoir, de bien faire parce qu’on sait.
Puis on arrive vers 30 ans en se disant que finalement certaines choses n’ont pas été vues comme il fallait donc on continue à évoluer à grandir à apprendre à commencer à recommencer encore et encore jusqu’à trouver à 40 ans un pH neutre, un équilibre entre qui j’étais, qui je suis et qui je veux continuer à être.

Et bien je veux continuer à être pour ma part – et certains qui me connaissent le savent – une hyper-active de la vie, quelqu’un qui peut paraître fatigante pour ses proches toujours en mouvement, toujours un défi, un challenge, un voyage, une rando, une séance de sport, un rêve à réaliser et tout ceci je le dois à mon vécu qui m’appartient. C’est mon identité, je ne la changerai pas je ne peux qu’avancer et constater ce qui a fonctionné ou pas en améliorant tout cela au fur et à mesure pour arriver à une satisfaction personnelle qui est mon bien-être, explique tout naturellement Laurence.

« Je me caractérise comme quelqu’un qui mange ses émotions, je m’explique
◾Je suis triste, je me console donc je mange je vais m’ acheter une pâtisseries, des bonbons ou chocolat qui me rendront moins triste
◾Je suis stressée, peur de l’inconnu je me réfugie dans la nourriture pour affronter le danger, je suis capable d’avaler des kg de nourriture
◾J’ai un coup de blues, je me réconforte je mange des gâteaux, du chocolat le sucre est mon ami
◾Je suis contente, heureuse, amoureuse je récompense cette joie de vivre par de la nourriture, resto, livraison de pizza, fast-food…
◾ je fais du sport, parfait donc j’ai le droit de manger un gros dessert au resto ce soir ou ce nouveau paquet de gâteaux devant la télé.

Je ne suis pas entrain de dire que je ne fais plus tout cela, ma vie en serait bien triste. J’y ai trouvé certaines alternatives ou solutions. Toute ma vie je n’ai fait que trouver des excuses pour manger alors, certes, très souvent de bonnes choses équilibrées au moment des repas mais plus souvent des choses trop riches trop grasses ou trop sucrées à n’importe quelle heure de la journée. Cette nourriture qui mange mes émotions sur le moment pour me sentir mieux la tout de suite, qui me protège de l’attaque à laquelle je dois faire face mais sans résoudre mes problèmes ou sans faire avancer mes projets. Au final j’ai passé la moitié de ma vie à manger à grossir, à ne pas m’aimer à vouloir maigrir à faire des régimes. En résumé un ascenseur émotionnel à nourriture », raconte la maman de 40 ans.

« Nous avons tous une façon différente de réagir face à nos émotions. Pour ma part, heureusement de nature sportive, le fait de manger me fait aussi me dépenser non pas par obligation mais par plaisir parce que j’aime ça. Mon équilibre, je l’estimais ainsi, j’en étais arrivée à ce cercle vicieux où je ne savais plus si je mangeais pour faire du sport ou si je faisais du sport pour manger ».

Elle poursuit : « À ce jour j’ai trouvé ma réponse. Je fais les deux à la fois en les associant avec plaisir ; Je prends plaisir à manger parce que j’aime ça et à côté de cela, je prends plaisir à faire mon sport parce que c’est mon hygiène de vie et que je ne la vois pas autrement. Mon équilibre aujourd’hui, je le résume en un mot : “le plaisir”
◾Plaisir de vivre mes envies
◾Plaisir à me regarder dans un miroir
◾Plaisir de faire le sport que je veux quand je veux
◾Plaisir de manger ce que j’aime
◾Plaisir de transmettre, conseiller et discuter avec des gens que j’affectionne
◾Plaisir d’avoir le choix de prendre des décisions que je sais bénéfique pour moi ».

Ses recommandations ? « Posez-vous la question en vous demandant si vous vous faites plaisir dans les descriptions que je viens de donner. Si ce n’est pas le cas, je peux peut-être vous aider à trouver votre solution car penser à soi n’est pas égoïste.
Parce que c’est en pensant d’abord à son bonheur personnel, à son bien-être, à dégager une attitude positive que vous provoquerez sur votre entourage cette même sensation d’apaisement, de bonheur et de positivité que vous fournirez sans même vous en rendre compte, donc sans effort.  Vous voir heureux rendra vos proches heureux. Faites les choses pour vous d’abord et elles profiteront à tous.

“L’hygiène alimentaire doit devenir une habitude !”

Bien sûr des jaloux il y en aura toujours. Jaloux de la réussite, jaloux du changement, jaloux de votre sourire, jaloux de votre joie de vivre, jaloux de votre bonne humeur, jaloux de votre nouvelle coiffure, jaloux du regard et de l’importance qu’on vous accorde parce que les gens aiment vous voir moins bien qu’eux. Ça les rassure, ils savourent penser avoir une plus belle vie que la vôtre. Ces gens-là faites vous un plaisir dans vos choix de vie de les laisser croire dire ou penser de vous ce qu’ils veulent ».

Laurence en veut pour preuve sa propre expérience. Elle en a tiré les leçons : « Dans mon parcours c’est mon estime de moi-même, mon insatisfaction à toujours trouver quelque chose qui physiquement ne va pas qui m’a gâché souvent mon moral et tous ces régimes à gogo je les ai presque tous essayé. Toutes ces méthodes effectivement fonctionnent, j’ai toujours été stricte, rigoureuse, sévère avec moi-même, trop même, à me couper parfois des moments conviviaux et amicaux qu’on me proposait. Tout fonctionne jusqu’au moment où mes émotions sont revenues, je lâche prise, je remange, je remange mal ou plutôt je remange comme avant ; Alors évidemment les kilos reviennent, il s’accumulent et je suis repartie à trouver une nouvelle méthode-miracle. Ma vie passée se résume en 3 phases :
-régime, sport et bouffe.
J’enchaîne ça pendant des années jusqu’au moment où il y a 1 an de cela, je découvre un nouveau mode de vie. Je me lance le défi de le tester après tout, je ne suis plus à un régime près. Mon erreur à ce moment-là était le mot régime. Aujourd’hui j’ai changé ce mot pour une phase de rééquilibrage alimentaire puis un équilibre alimentaire.
Alors, je n’ai pas changé ma façon de m’alimenter, je n’ai pas changé ma relation à la nourriture, je n’ai pas changé de vie mais je me suis améliorée, j’ai compris, j’ai grandi, j’ai évolué avec mes erreurs mais échecs pour arriver à me poser des questions sur moi-même et de faire de mes trois phases de vie non pas des successions l’une après l’autre mais un équilibre en les associant pour du long terme. Tout est une question de perception et d’utilisation de vocabulaire. Je me dis ainsi :
– je ne suis pas au régime, je suis en équilibre alimentaire
– mon sport à outrance est devenu mon bien-être physique et mental
– ma bouffe ou malbouffe s’est transformée en moments de plaisir à savourer de temps en temps parce ce sont des moments partagés. Je n’ai pas changé de vie, je l’ai améliorée en ayant fait ce travail sur moi-même ».

Voilà l’histoire toute simple de Laurence Diss, qui ressemble sans doute à la vôtre ou plutôt à celle de beaucoup d’entre vous. Sauf qu’à un moment donné, au lieu de se poser 1000 questions et de les ériger en barrière, en obstacle, elle s’est dit : on referme le mauvais livre, et on ouvre la page d’un nouveau chapitre de la vie, qui est un privilège en faisant de l’hygiène de vie, une habitude.

C’est son histoire, son vécu, son expérience desquels elle en a tiré le meilleur. Un « meilleur » que Laurence souhaite, via sa page Facebook, pouvoir partager, conseiller et aider. « Aider toutes les personnes qui, comme moi, pour les mêmes où d’autres raisons car on à chacun notre histoire, n’arrivent pas à améliorer leur estime de soi ou stagnent dans leur évolution vers leur objectifs ». Vous êtes à la recherche du bon équilibre alimentaire, d’activités physiques adaptées à vos capacités, d’une bonne hygiène de vie, de bien-être, faites preuve de bonne volonté, et Laurence fera le reste ! Nul doute, qu’après, vous ne manquerez pas de lui mettre un « Diss sur Diss » !

Y.M.

([email protected])

 

Free Dom, le site web, fait le choix d'un participatif sans modération à priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
OutrequinBoloBravoNoé de l'Arche Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Noé de l'Arche
Invité
Noé de l'Arche

Deux êtres peuvent ne s’être jamais touchés même du bout des doigts, mais sentir entre eux un lien puissant, indestructible. Rien ni personne ne peut les séparer. Malgré les murs, malgré les montagnes et les océans, ils sont ensemble, parce que leur amour échappe aux limitations du plan physique. Soyons tj positifs !

Bravo
Invité
Bravo

Je pense que ses enfants peuvent être fiers de leur mère.

Bolo
Invité
Bolo

Pas le droit d’aller sur la plage ou dans les sentiers pour courir !

Outrequin
Invité
Outrequin

Bravo Laulau et merci pour la personne que tu es et ce que tu fais, ce que tu partages…
Milles bisous