Le climat des affaires résiste mieux qu’attendu à La Réunion

1 min de lecture

L’IEDOM publie les Tendances conjoncturelles relatives au quatrième trimestre 2022.Le climat des affaires résiste mieux qu’attendu, au quatrième trimestre 2022. Dans un environnement économique caractérisé par des tensions inflationnistes, des conditions de financement moins favorables, et la montée des incertitudes (énergétiques, géopolitiques), l’indicateur du climat des affaires (ICA), qui synthétise l’opinion des chefs d’entreprise
interrogés dans l’enquête de conjoncture de l’IEDOM, fléchit légèrement à 108,1 (après 110,7). Il demeure cependant au dessus de sa moyenne de longue période (100), signe que le climat des affaires reste globalement bien orienté.

L’activité continue à se développer, mais à un rythme plus modeste que précédemment
Selon les chefs d’entreprise, l’activité continue ainsi à se développer, mais à un rythme plus modeste que précédemment.

Ce ralentissement devrait se prolonger début 2023, dans un contexte de modération de la consommation des ménages et de hausse significative des prix à la consommation (+3,9 % en glissement annuel à fin décembre à La Réunion). « La baisse des importations de biens destinés aux ménages et la stagnation des immatriculations de voitures neuves et des
montants des paiements par carte bancaire des ménages au 4e trimestre corroborent l’infléchissement de la consommation » indique Philippe La Cognata, directeur de l’IEDOM à La Réunion.

Par ailleurs, fin 2022, les professionnels interrogés dans le cadre de l’enquête de conjoncture déclarent des effectifs en
hausse au 4e trimestre. Cette hausse est cependant moins forte qu’en début d’année, augurant un début de normalisation
des conditions sur le marché du travail.
L’activité sectorielle ralentit, mais se maintient à un niveau élevé.

Au 4e trimestre 2022, l’activité est moins dynamique qu’au trimestre précédent, mais reste en amélioration pour la plupart des secteurs. Les entreprises des services marchands, et dans une moindre mesure celles du secteur de la construction résistent le mieux au ralentissement. Les entreprises restent fortement impactées par la hausse des coûts
des intrants : les trois quarts signalent leur augmentation ce trimestre. Les prévisions d’investissement restent favorables
dans la plupart des secteurs.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Pont de l’Entre-deux : opération en cours du peloton de gendarmerie en Haute-Montagne

Article suivant

St-Denis : 360 repas ont été distribués ce dimanche (Vidéo – Photos)

Free Dom