/

Le Département accompagne l’émergence du riz péi

10 min de lecture

Dourado signifie « doré » en brésilien. Et Dourado précoce, c’est le nom d’une variété de riz plantée sur l’île depuis les années 1970 et dont la culture est perpétuée jusqu’à nos jours par l’Association Riz Réunion (ARR). « Dans le monde, il y a deux grandes familles de riz : d’une part, les variétés aquatiques qui poussent dans l’eau et d’autre part, celles qui sont dites pluviales qu’on sème directement dans la terre. Le dourado précoce, fait partie de cette deuxième catégorie, importée à La Réunion par nos aïeux dans le passé » rapporte Nicolas Florence, directeur de l’ARR qui croit dur comme fer au développement du riz péi et à l’émergence d’une véritable filière.

Deux pièces-maîtresses

Le Département et d’autres partenaires comme la Chambre d’agriculture, LEADER, le TCO ou l’Armeflhor soutiennent activement cette démarche de promotion et de redynamisation de la culture du riz pluvial à La Réunion. L’accompagnement financier du Conseil départemental, pour réaliser les études, la mise culture, les plantations… s’élève à 30 000€ depuis 2020. Tout récemment, l’ARR présidée par Amandine Vallerian, a fait l’acquisition de deux machines : une décortiqueuse de paddy et une polisseuse pour « blanchir » le riz. Au rendez-vous, une fois de plus, le Département a financé l’achat de ces « pièces-maîtresses du processus de production », dont le coût total s’élève à 8 000€.

Élément principal de la cuisine réunionnaise

Pour le conseiller départemental Bruno Robert qui a assisté à la démonstration de l’utilisation des 2 machines, organisée dans les locaux de l’Armeflhor à Saint-Pierre : « La sécurité alimentaire est une priorité et l’alimentation, un secteur stratégique, pour La Réunion. Des filières agricoles péi, comme l’élevage, les fruits et légumes sont déjà assez développées. Pour l’élément principal de la cuisine réunionnaise qu’est le riz, ce genre d’initiative mérite toute notre attention et notre soutien pour palier notre faiblesse. D’autant que c’est un riz de qualité, produit localement, qui est mis en avant dans le cadre de ce projet ».

Un riz qui « boit la sauce cari »

A l’issue de la démonstration des machines et de la présentation de toutes les étapes de production, Bruno Robert et les autres partenaires ont goûté au riz péi accompagné de caris créoles préparés par les membres d’ARR. La séance de dégustation, à la fois conviviale et instructive, a notamment permis aux partenaires de tester la différence entre le riz blanc et le riz dit complet. Cette seconde variante, consommée sans être passée dans la polisseuse, s’avère plus riche en fibres, en vitamines et bien meilleure pour la santé. Autre caractéristique : « Ce riz i boit la sauce cari, comme i dit gramoun lontan, décrit Nicolas Florence. Ce n’est pas un riz sec. C’est un riz frais qui a un fort rendement à l’intérieur et qui, en parfait élément d’accompagnement, s’imprègne de la sauce et relève le goût du cari. Il « gonfle » à la cuisson : ou mèt une petite quantité dans la marmite, quand lé cuit, ou gagne beaucoup ! ». 

Rendez-vous le 16 octobre au débarcadère de Saint-Paul

L’ARR invite le grand public le samedi 16 octobre prochain au débarcadère de Saint-Paul pour découvrir ce riz lontan. En avant-goût de ce rendez-vous, Nicolas Florence rappelle son histoire : « En 1828, rien que sur Saint-Paul, il y avait 1200 hectares de riz pluvial ! La culture a été abandonnée petit à petit. En 1975, nos « aïeux » de la Setariz ont importé et ont fait la promotion de la variété Dourado précoce qui correspond totalement aux Réunionnais ». Grâce à des planteurs de Cilaos qui ont en gardé la semence et aux passionnés de l’ARR, ce riz lontan peut revenir aujourd’hui au goût du jour.  Nicolas Florence assure qu’à La Réunion, les planteurs accompagnés par l’ARR et les techniciens de la Chambre verte produisent aujourd’hui en moyenne 3 tonnes à l’hectare. « L’idée n’est pas de remplacer les 43 000 tonnes de riz importés tous les ans dans l’île, mais tout simplement de… planter le riz à La Réunion. Nous sommes dans un milieu tropical, nous avons la semence reproductive : nou lé capab de le faire ! »

Ti pa ti pa, le riz péi i sa arivé

L’ARR mise avant tout sur la qualité. Elle a mis en place un dispositif qui vise à multiplier les petites parcelles disséminées dans les 4 coins de l’île, de manière à déterminer les zones géographiques les plus propices à la culture et à la saisonnalité de la culture. Cette expérimentation, d’une durée de 16 mois, permettra d’établir un « calendrier paysan » qui servira à produire sans perte de rendement. Bruno Robert partage cette approche qui vise avant tout à favoriser l’installation et la stabilisation de l’activité : « Dans l’agriculture, sur le thème de l’alimentation beaucoup de monde parle. Mais l’agriculture n’est pas régie par la théorie ; elle est régie par l’action et la réalité. L’ARR et le Département sont dans le concret : on a vu le riz pays, on a vu comment ça réagit dans le champ, on l’a touché, on a vu la qualité, on a même goûté aujourd’hui. On commence par des plantations de 3000 m² puis on augmente au fur et à mesure les surfaces. C’est avec une politique de ti pa, ti pa et ce genre d’initiative qu’on va convaincre les agriculteurs sur la pertinence de ces alternatives et les rassurer pour l’avenir ».

Formation en novembre

Actuellement, plus de 70 agriculteurs sont vivement intéressés par la filière naissante. L’ARR organisera une série de formation de 3 jours à partir de fin novembre 2021, dans les locaux de la Chambre verte, sur les 3000m² de terrain de culture de l’association à Saint-Paul ainsi que sur le site de l’Armeflhor. La formation sera ensuite suivie d’un appui technique personnalisé durant les 4 mois de culture. L’objectif est de rendre autonome le « riziculteur péi ». A suivre.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Concours collecte de bouchons organisé par la CASUD pour l’année scolaire 2021/2022 : c’est maintenant !

Article suivant

NRL : « la jonction Viaduc/Grande Chaloupe prévue pour fin 2022 et pas d’ouverture de la carrière de Bois Blanc » (VIDÉOS)

Free Dom