Le gouvernement soutient la filière Canne Sucre Rhum Energie des Outre-mer

2 min de lecture

L’actuelle convention canne, qui fixe les conditions de la production et de l’acquisition des cannes par l’industriel sucrier, arrive en effet à échéance fin 2021. Le gouvernement a mandaté le préfet de La Réunion afin d’initier la démarche de concertation locale en vue de la négociation de la prochaine convention canne. Cela confirme la volonté du gouvernement de poursuivre le soutien public important à la filière (plus de 133 millions par an à La Réunion de crédits européens et nationaux).

La nouvelle convention devra être signée avant le démarrage de la prochaine campagne début juillet 2022. Outre les aides déjà mobilisées, le secteur industriel pourra solliciter les crédits France 2030 afin de financer des projets d’investissements.

Le gouvernement fait valoir en priorité le dossier des mesures-miroirs afin de lutter contre l’importation de produits originaires des pays-tiers ne répondant pas aux normes de production européennes et qui faussent ainsi la concurrence. Cela a pour mission de faire face aux difficultés rencontrées par face aux difficultés croissantes rencontrées par les producteurs français de sucres de canne pour s’imposer sur le marché européen.

Augmentation de la valeur ajoutée des produits issus de la canne

Fin 2021, le préfet de La Réunion a piloté sept réunions plénières du comité local de transformation agricole. L’objectif : discuter de l’avenir de la filière canne et chercher une augmentation de la valeur ajoutée des produits issus de la canne (sucres spéciaux, variétés plus riches en fibre-énergie, rhums). Ces travaux vont être poursuivis dans les mois à venir.

Une mission des inspections générales (IGF, CGEDD, CGAAER) a rendu son rapport sur l’avenir de la production de sucre outre-mer en 2021 et a confirmé l’importance de continuer à soutenir cette filière. La filière canne-sucre-rhum-énergie constitue le pilier de l’agriculture à La Réunion. Elle est pourvoyeuse de plus de 18 000 emplois directs, indirects et induits incluant plus de 2 700 planteurs.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Difficultés d’Air Austral : l’état met la main à la poche et donne 20 millions d’euros

Article suivant

« Street Food » : une nouveau plateforme de livraison à la Réunion qui facture au kilomètre

Free Dom