Le Livre Blanc du Club Export pour l’internationalisation des entreprises réunionnaises

8 min de lecture
1

Le président du  Club Export Réunion, Laurent Lemaître, a tenu ce mercredi 15 septembre 2021 une conférence de presse afin d’exposer ses solutions pour l’internationalisation des entreprises réunionnaises à l’horizon 2026. C’est le Livre Blanc du Club Export de la Réunion qui, suite à des épreuves inédites en 2020 et 2021 pour les entreprises par rapport à la crise sanitaire,

élabore un certain nombre de propositions concrètes. Objectif : donner un nouveau souffle à l’internationalisation du territoire dans les 5 prochaines années.

Le Club Export Réunion, qui rassemble depuis 22 ans de véritables « explorateurs de l’export », publie donc un Livre Blanc sur une nouvelle approche de l’internationalisation des entreprises de La Réunion à l’horizon 2026. Chargé de sa rédaction, le cabinet Verso Consulting a interrogé les adhérents du Club Export, mais aussi ses partenaires institutionnels et acteurs clés de l’export à La Réunion et dans la zone OI.

Cette publication est une réflexion globale sur les enjeux de la filière export, avec un état des lieux et des propositions concrètes pour en faire un secteur économique à part entière, susceptible d’atteindre le milliard d’euros de chiffre d’affaires dans 5 ans.

Une démarche collaborative et partenariale

Élaboré entre janvier et juin 2021, le document d’une soixantaine de pages regroupe 19 propositions opérationnelles, réparties en 3 grands axes stratégiques : structurer l’offre réunionnaise à l’export, améliorer l’environnement des affaires et dynamiser la capacité de projection à l’international.

Ce défi ne peut être relevé seul, précise le Club Export Réunion. De nombreuses actions proposées revêtent une dimension collective et d’intérêt général. Elles ont vocation à être portées par l’ensemble des partenaires, institutionnels et socioprofessionnels.

Parmi les propositions développées au sein de ce Livre Blanc :

  • –  Créer une base de données de l’international permettant d’améliorer la connaissance des entreprises et des filières à l’export.
  • –  Fédérer les acteurs publics et privés autour d’une «task force» permanente à l’international, outil permettant les échanges sur les grands enjeux (fret, Accords de partenariats économiques, création d’une compagnie maritime régionale, etc.), le pilotage des actions de coopération régionale et le suivi efficace des actions entreprises.
  • –  Améliorer l’offre locale éducative à l’international pour renforcer les compétences des jeunes, des porteurs de projets et des chefs d’entreprise (renforcement du lien école/entreprise, formations de haut niveau, apprentissage renforcé de l’anglais).
  • –  Construire ou consolider des outils de financement adaptés à la taille des PME locales par la création d’un fonds spécifique Outre-mer, outils de financements participatifs, recours à la défiscalisation.
  • –  Développer de nouvelles approches de l’export via l’exportation collaborative, en encourageant les entreprises locales à travailler ensemble pour gagner en efficience à l’export. Le Club Export Réunion est le premier à porter cette approche dans l’océan Indien. Un premier groupement d’artisans de l’agroalimentaire avec une offre commune doit voir le jour dans quelques mois.
  • –  Proposer un accompagnement technique renforcé aux entreprises à chaque étape de leurs démarches d’internationalisation, grâce au recours à un ensemble de services basés sur des expertises métiers reconnues (juridique, fiscal, commercial, marketing, logistique, etc.). Le Club Export Réunion envisage une montée en gamme de ses prestations et une refonte de ses services en ce sens.
  • –  Renforcer la visibilité et la lisibilité de l’offre réunionnaise à l’export, en développant des outils promotionnels visant à mieux la présenter (catalogues sectoriels).
  • –  Appuyer la structuration de filières dans l’océan Indien pour permettre aux entreprises du territoire de s’inscrire dans une chaîne de valeur à l’échelle régionale et favoriser l’émergence d’initiatives entrepreneuriales conjointes en fonction des opportunités offertes par chaque pays.

    Selon Laurent Lemaître, Président du Club Export Réunion : « 2020 et 2021 ont été deux années particulièrement difficiles pour tout le monde, y compris pour nos entreprises TPE/PME exportatrices du territoire. Mais nous sommes résolument optimistes pour l’avenir et convaincus que nos entrepreneurs peuvent et doivent prendre position dans leur environnement régional.

    Pour y répondre efficacement, il sera primordial de jouer collectif. Ce Livre Blanc est une feuille de route construite dans cette logique. Nous devons poursuivre la structuration de notre filière pour que nos entreprises soient mieux informées, mieux valorisées, et mieux accompagnées à exporter, voire à s’implanter de manière durable dans les pays de la zone océan Indien. C’est dans cette ambition collective que le Club Export Réunion, doit continuer de travailler et se développer ».

    Rappelons que le Club Export Réunion accompagne depuis plus de 20 ans les entreprises dans leur développement commercial à l’international. L’association – qui compte une centaine d’adhérents – propose une offre complète de services individuels et collectifs adaptés aux besoins des entreprises réunionnaises afin de leur faciliter l’export et de contribuer à leur croissance sur les marchés extérieurs, en particulier dans la zone Océan Indien et en Afrique de l’Est.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

1 Commentaire

  1. Bla bla. Règle n1 pour un pays : produire le plus possible ce qu’il consomme, à commencer par la nourriture.
    Commençons par là. Moins de canne, moins de fruits exportés et plus de production locale. L’excédent est ensuite exporté.
    Un kréol.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Saint-Denis : Ericka Bareigts, la maire « rose », lance « la révolution verte » dans sa ville (VIDÉO)

Article suivant

Le député européen Stéphane Bijoux appelle l’UE “à reconnaître et à respecter les spécificités des RUP”

Free Dom