/

Le “non” à l’indépendance l’emporte en Nouvelle-Calédonie : réaction des élus

9 min de lecture
1

“Non à l’indépendance” : 53,26%; “Oui à l’indépendance” : 46,74%. Selon les résultats provisoires du Haut-Commissariat, le « non » l’emporte mais le « oui » progresse à l’issue de deuxième référendum qui a été organisé, hier, dimanche 4 octobre 2020, en Nouvelle-Calédonie dans le cadre des accords de Nouméa signés en 1998.

Contrairement au premier référendum du 4 novembre 2018, la participation a été beaucoup plus importante (85,64%). Pas moins de 181 000 électrices et électeurs se sont déplacés aux urnes. Et, manifestement, cette forte mobilisation, par rapport à il y a deux ans, a incontestablement profité aux indépendantistes.

En effet, même si le « non » l’a emporté à l’occasion de ce second scrutin (53,26%) face au « oui » (46,74%), l’écart se resserre considérablement entre les « loyalistes » (à savoir ceux qui souhaitent que la Nouvelle-Calédonie continue à rester dans le giron de la France) et les indépendantistes qui sont à la tête du Congrès dans le pays. L’écart entre les deux options est passé en deux ans de 18.000 à 10.000 voix en seulement deux ans.

Les indépendantistes ne perdent donc pas espoir et pensent que la troisième fois sera la bonne puisque les accords de Nouméa de 1998 prévoient l’organisation d’un troisième référendum qui pourrait être organisé d’ici à 2022.

Y.M. 

Réaction du PCR

Le Parti communiste réunionnais salue la forte participation des citoyens calédoniens au référendum du 4 octobre sur la pleine souveraineté de la Kanaky-Nouvelle Calédonie. Ce taux de 85 % est en progression de plus de 4 points sur celui du référendum précédent organisé en 2018, qui était déjà qualifié d’exceptionnel. Pour le PCR, ceci découle tout d’abord du fait que le 4 octobre, les citoyens calédoniens devaient se prononcer sur un projet politique. Il est alors question de débat d’idées. A contrario dans notre île, le débat politique est trop souvent présenté sous le prisme réducteur d’une joute électorale opposant des personnes. Cet effacement des partis politiques et de leurs idées au détriment de la mise en valeur de personnes n’est pas étranger au refus croissant des Réunionnais de participer aux élections, avec un taux de participation seulement proche de 50 % lors du premier tour des dernières municipales.

Ce taux de participation de plus de 85 % au référendum du 4 octobre en Kanaly-Nouvelle Calédonie s’explique aussi parce que les électeurs avaient conscience que leur vote allait pleinement compter. La question posée était simple : pour ou contre la pleine souveraineté de la Kanaky-Nouvelle Calédonie. Ce vote, ainsi que le 3e référendum qui ne manquera pas d’être organisé d’ici 2022, sont prévus dans la Constitution de la République avec toutes les conséquences que cela implique. Cela signifie que la décision choisie au terme du scrutin sera respectée par tous, y compris par la République qui ne pourrait reprendre la main que par un changement de sa Constitution.

Rappelons que les Accords de dits de Matignon, puis l’Accord de Nouméa ont amené la création d’un corps électoral spécifique aux référendums portant sur la question de la pleine souveraineté. Ne peuvent voter que celles et ceux qui sont membres de la citoyenneté calédonienne.

Ceci signifie que tous les résidents ne peuvent pas voter, mais que les citoyens calédoniens vivant en dehors de leur pays d’origine avaient le droit de participer au scrutin de dimanche dernier.

C’est une voie originale de décolonisation qui montre qu’il est possible, au sein de la République, de permettre à chaque territoire de disposer des compétences nécessaires à la réalisation d’un projet de développement qui ne peut être l’application mécanique de mesures décidées à Paris. Le PCR rappelle qu’il propose que la Conférence territoriale élargie aux forces vives soit le cadre d’élaboration de ce projet.

Le PCR estime que, tout comme les citoyens calédoniens, les Réunionnais ne manqueront pas de montrer leur intérêt pour participer à un vote décidant du projet à mettre en place et des compétences à transférer pour le réaliser. Une telle démarche sera de nature à inverser l’inquiétante chute de la participation observées lors des différents scrutins à La Réunion.

Concernant le résultat, le PCR salue le progrès du « oui ». L’adhésion à la pleine souveraineté a progressé dans toutes les communes. C’est le fruit d’un travail de conscientisation où le dialogue est le maître mot. Ce résultat est donc une nouvelle étape dans le chemin pour la restauration de l’indépendance de l’archipel. Le PCR salue également l’esprit de responsabilité de chacune des parties, afin que le résultat du référendum ne puisse faire l’objet d’aucune contestation.

Le PCR constate que le rendez-vous est déjà pris pour le 3e référendum d’ici 2022. Il souhaite que ce prochain vote montrera qu’il est possible de fermer la parenthèse de la colonisation pour aller vers un pays solidaire et fraternel.

Réaction d’Emmanuel Macron

PODCAST Europe 1 

« En tant que chef de l’Etat, j’accueille cette marque de confiance dans la République avec un profond sentiment de reconnaissance. J’accueille également ces résultats avec humilité », a déclaré Emmanuel Macron lors d’une courte allocution, dimanche à 14 heures (heure de Paris) depuis l’Elysée.

Pour sa part, Jean Castex, le Premier ministre, a expliqué dans un communiqué qu’il allait réunir « prochainement » tous les acteurs de la Nouvelle-Calédonie « disposés à travailler ensemble à la poursuite du processus de dialogue et de paix à l’œuvre depuis trente ans ».

Le chef du gouvernement adresse « un message de profond respect » aux indépendantistes. Il a annoncé que le gouvernement « restera fidèle à sa parole : conformément à l’accord de Nouméa, il respectera le choix des élus calédoniens de solliciter, ou non, une troisième consultation ».

« Les prochains mois devront permettre d’approfondir les différentes options qui s’offrent à la Nouvelle-Calédonie et d’imaginer concrètement les solutions institutionnelles mais aussi politiques, économiques et sociales sur le chemin du destin commun », a-t-il encore indiqué.

 


1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Noé de l'Arche Auteurs de commentaires récents
plus récent plus ancien Le plus populaire
Free Dom
WordPress Video Lightbox