Le personnel de l’Association réunionnaise d’assistance respiratoire en grève

3 min de lecture

Le personnel de l’Association Réunionnaise d’Assistance Respiratoire (ARAR)  est en grève. À travers cette manifestation, « nous voulons faire savoir aux Réunionnais que nous ne sommes plus en capacité de prendre en charge nos patients de manière sécurisée et pérenne. Cette situation est très alarmante, et nous ne pouvons pas nous taire plus longtemps », expliquent les manifestants.

L’association serait actuellement dirigée par des financiers pour qui le patient est un numéro, une source de profit. Dans un courrier adressé aux membres du conseil d’administration de l’association, le personnel explique que des négociations ont été entreprises entre la responsable et une délégation du personnel.

Mais la première responsable ne semblerait pas entendre l’ampleur des problèmes liés à une équipe de managers non formés à la conduite de projet et à la réorganisation des services et par conséquent, incompétents dans leur poste.

« Pour cela, s’adresse-t-il aux membres du conseil d’administration, nous vous demandons de bien vouloir venir expressément vous asseoir à la table des négociations afin d’écouter nos revendications et trouver une sortie de crise qui permettra à notre association de reprendre une activité dans de meilleures conditions »

Dans une lettre ouverte adressée  à la direction de l’ARAR, les salariés évoquent les principaux problèmes :

« Nous sommes bien conscients des difficultés financières que connaît l’association depuis quelques années. Nous comprenons aussi la nécessité d’une réorganisation de certains services qui permettra de mieux maîtriser les coûts et les charges d’exploitation de l’association en vue d’un équilibre budgétaire, mais à ce jour aucun contrôle de gestion ni aucune étude approfondie n’ont été menés sur les dysfonctionnements coûteux de ces services. Par cela, nous sommes en total désaccord avec la manière de procéder de notre direction dans sa conduite de projet et dans son management. Le souci d’économies se fait au détriment des conditions de travail des salariés et crée des dysfonctionnements importants qui affectent directement ou indirectement la prise en charge des patients. »


Poster un Commentaire

avatar
Free Dom
WordPress Video Lightbox