Le sucre : il est temps d’arrêter

8 min de lecture

Un café sucré, une viennoiserie et un jus de fruit et notre journée commence. Présent dans nos rituels dès le matin, le sucre fait partie intégrante de nos vies, lent ou rapide et présent dans tous nos aliments, il est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme lorsqu’il est consommé avec modération.

Mais le sucre qui nous fait autant de bien, n’est pas vraiment notre ami lorsque l’on en consomme trop. C’est à nous de réguler sa consommation, consommer trop de sucre peut avoir des conséquences graves pour notre organisme : surpoids, caries, diabète et acné en sont quelques-unes.

Une drogue puissante

Le sucre présente un potentiel addictif aussi important que l’alcool ou la cocaïne. Selon des recherches menées par le CNRS, la consommation de produits très riches en sucres ajoutés nous expose à un risque réel d’addiction. Lorsqu’on a une baisse de moral, c’est vers le sucre que l’on se tourne. Nous avons toutes cette image de la fille assise dans son canapé, jambes croisées devant la télé, une boîte de mouchoirs et un pot de crème glacée à portée. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que notre cerveau est friand de dopamine, l’hormone du plaisir. Et lorsque ça ne va pas, il va aller chercher à retrouver cette satisfaction, ce plaisir qui lui manquent, dans les sucres rapides. Et plus on va en consommer, plus on va vouloir en consommer.

Les effets du sucre sur notre organisme

Lorsque l’on consomme du sucre, notre taux de glycémie augmente brutalement, et, par la même occasion, on observe un pic de libération d’insuline. Et c’est tout notre problème : l’insuline est une hormone qui a pour rôle de faire baisser la glycémie en stockant le sucre dans le muscle et le foie. Mais lorsque les capacités de stockage arrivent à saturation, l’excès de sucre est transformé en acide gras, cet acide est par conséquent stocké sous forme de graisse. Plus on consomme de produits très sucrés, plus on grossit. D’autant que de la même manière qu’une drogue, le sucre appelle le sucre et peut devenir une véritable obsession.

Comment savoir si l’on consomme trop de sucre ?

Plus un aliment contient de sucres simples, plus son indice glycémique (IG) est élevé et plus le risque de surpoids important. Globalement, les aliments sucrés avec un indice glycémique élevé sont ceux à base de sucres raffinés, les bonbons, le sucre blanc ou encore les sodas. Mais on en trouve dans les produits à base de farines blanches : pain blanc, muffins, viennoiseries, galettes de riz, céréales de petit déjeuner raffinées… Alors, il serait temps de revoir nos habitudes alimentaires !

Que valent les autres sucres ?

Agave, coco, stévia, aspartame, la palette des sucres de substitution est suffisamment large pour que chacun y trouve son compte, mais est-ce une bonne chose ?

Le meilleur sucre est celui des fruits, en effet, leur charge glycémique est très faible, ils sont remplis de vitamines et de minéraux. Le fructose qu’ils contiennent n’influence presque pas la production d’insuline. Il ne provoque donc pas de stockage de graisse ainsi que tous les problèmes liés à la surconsommation de mauvais sucres. Tous les sucres ne se valent pas : on retrouve notamment le glucose, présent dans les légumes mais aussi dans les fruits ; le fructose, principalement présent dans les fruits, le lactose, qui est le sucre du lait, le saccharose, la forme de sucre avec laquelle on obtient le sucre blanc. Ces sucres sont appelés «simples».

l’inverse, les sucres dits complexes sont présents dans les aliments considérés comme des sucres lents, les féculents et les produits céréaliers : pain, farine, pâtes, riz, pommes de terre.

LE SUCRE AJOUTÉ, UN ENNEMI À ÉVITER

Pour commencer, il faut apprendre à bien lire les compositions des produits que l’on achète :comme pour le gras, du sucre est ajouté dans la quasi totalité des produits transformés. On en retrouve dans les produits salés, les sauces, les plats tout prêts, les pains industriels, les pâtes, et ce ne sont que de petits exemples. On les appelle les sucres cachés. Ces sucres cachés sont repérables sous les mots sirop, malt, fécule ou encore amidon. Vous l’aurez compris, tout est une question de dosage et de modération. S’ils sont consommés en quantité raisonnable, les sucres ne font pas grossir.

Comment mieux consommer  ?

Les nutritionnistes sont unanimes sur le sujet : mieux vaut miser sur les aliments les moins transformés possibles. Le meilleur sucre est celui des fruits, ils sont remplis de vitamines et de minéraux. Le fructose qu’ils contiennent n’influence presque pas la production d’insuline. Il ne provoque donc pas de stockage de graisse ainsi que tous les problèmes liés à la surconsommation de mauvais sucres. Préférez également le pain complet au pain blanc, et les pâtes et riz semi-complets aux blancs. Pour les fringales, goûters ou desserts, privilégiez les oléagineux, les noisettes, amandes et autres noix. Enfin, revenez en cuisine, privilégier les préparations maison permet de doser la quantité de sucre que l’on peut remplacer par du miel, du sirop d’agave ou encore du sucre de coco, réputés bien meilleurs pour l’organisme.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

La dépression : nos adolescents en danger

Article suivant

10 ans de Free Dom 2 : un concert événement en préparation

Free Dom