/

« L’enfer » de Stromae by la Réunionnaise Or’Elly, qui chante pour prévenir du suicide

6 min de lecture
1

C’était un projet qui lui tenait à cœur surtout depuis qu’elle avait vu Stromae au JT de TF1, venu parler de sa nouvelle chanson « l’Enfer » qui traite d’un sujet ô combien sensible souvent même tabou, à savoir le suicide. Un projet qui se concrétise enfin pour la Réunionnaise Or’Elly  (son nom d’artiste) ou plutôt Aurélie Carpy (de son vrai nom), une jeune femme originaire de Sainte-Marie et qui habite à la Plaine Saint-Paul dans l’Ouest.

Elle a repris le titre de Stromae (un cover comme on dit dans le jargon) qu’elle sort uniquement sous forme d’un clip d’un peu plus de 4 minutes. Rien n’a été fait au hasard. L’artiste aime la précision et la perfection. Ce clip, fruit d’un travail de plusieurs mois, est posté sur ses réseaux sociaux aujourd’hui, samedi 10 septembre, journée mondiale de la prévention du suicide. Un sujet qui n’a jamais laissé Or’Elly indifférente parce qu’elle a connu dans son entourage amical et même au-delà non seulement des « TS » (des tentatives de suicide) mais également des personnes qui sont carrément, malheureusement, passées à l’acte.

Un sujet douloureux sur lequel, à travers ce cover et ce clip, Or’Elly a souhaité attiré l’attention de tout un chacun mais aussi et surtout celle des pouvoirs publics afin de mettre en place toutes les mesures de prévention tant le suicide peut à tout moment toucher n’importe qui dans n’importe quelle famille, qu’elle soit riche ou pauvre. « L’envie d’en finir peut être éprouvée après un choc émotionnel, suite à un harcèlement scolaire ou professionnel, face à une maladie, ou encore après une rupture amoureuse », explique Or’Elly, qui intervient, ce matin, dans le cadre d’un pique-nique partage organisé par l’Association Prévention Suicide à l’Etang-Salé.

Or’Elly a 34 ans et déjà plusieurs cordes à son arc : un boute-en-train, qui déborde d’énergie. Elle est professeure de danse indienne au Case de Domenjod (Saint-Denis) et bientôt à Saint-Paul. Une discipline qu’elle pratique depuis l’âge de 8 ans et qu’elle enseigne maintenant depuis près de 20 ans. Mais ce n’est pas tout. Aurélie a monté son premier groupe de danse à 14 ans lorsqu’elle était encore au collège. Titulaire d’un BTS d’assistante de direction et d’un Bachelor en Ressources Humaine, elle a exercé plusieurs métiers : à la radio (Exo FM), animatrice pour le compte du Département pendant environ 7 ans. Elle danse, elle chante et joue également la comédie. Vous avez pu, peut-être, la voir dans des courts métrages (Un autre monde…). Vous la verrez très bientôt, aux côtés de Dana Virin, Miss Réunion 2021, dans un court-métrage de Sébastien Cozza. Elle a également joué dans la troupe de Maroni.

Vous l’aurez compris, la trentenaire ne peut rester sur place. C’est une curieuse de nature, une touche-à-tout qui a envie de « faire bouger les choses ». En parlant de bouger, elle pense que le moment est venu pour elle de se lancer dans la musique. Elle vient de créer deux ségas. Vous entendrez sûrement encore parler d’Or’Elly dans les semaines et mois qui viennent tant elle fourmille de projets artistiques intéressants.

Pour ce clip « l’Enfer », chanson qu’elle a remise au féminin, Or’Elly a travaillé avec le bassiste et professeur de musique Jérémy Pavaye; Elle a pu bénéficier par ailleurs des précieux conseils de l’artiste et musicothérapeute qu’on ne présente plus, Gwendoline Absalon, qui l’a coachée. Cette dernière fait aussi les chœurs sur la chanson reprise par Or’Elly. L’enregistrement a eu lieu chez Stéphane LHT Prod Studio à Bellemène Saint-Paul. Le clip a été réalisé par Jean-Franchin Eve qui avait déjà travaillé avec Or’Elly sur d’autres projets. Et bien sûr, l’artiste n’oublie pas son frère, également comédien et chanteur, Djilui. Or’Elly nous réserve d’autres surprises pour les mois qui viennent. On croise les doigts pour elle. Pour l’instant, il ne vous reste plus qu’à visionner sur les réseaux sociaux ce clip, ce cover qu’elle a choisi pour faire passer un message fort sur un sujet, hélàs, encore trop d’actualité.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Commission Permanente du 9 septembre 2022

Article suivant

Concours des jardins et balcons fleuris : retrouvez les images de la remise des prix (vidéo)

Free Dom