/

Les enjeux climatiques passionnent le Conseil départemental des Jeunes

5 min de lecture

« Comment répondre aux enjeux climatiques de demain ? » Ce thème d’actualité était au cœur d’un débat organisé par le Conseil départemental des Jeunes (CDJ) ce vendredi 24 septembre à l’Hémicycle du Palais de la Source, dans le cadre de la Semaine européenne du Développement durable. « L’heure de la Transition écologique a sonné. On est dans un monde qui va vraiment mal et il faut trouver des solutions rapidement et les faire remonter au plus haut niveau pour qu’elles soient concrétisées » a déclaré Lucie Hétroit, du collège Alsace Coré de Cilaos, Vice-présidente du CDJ qui a brillamment dirigé la séance. Précisions de Sabrina Tionohoué, Elue déléguée à la Vie Éducative : « Les propositions qui naîtront de ce débat local seront portées par une délégation du CDJ le 20 novembre prochain à l’Assemblée nationale à Paris, avec d’autres jeunes de métropole, lors de la journée des Droits de l’enfant ».

Face aux élus du CDJ – qui représentent les collèges publics et privés des quatre coins de l’île – les intervenants « experts » ont fortement apprécié les échanges. C’est le cas de François Garde, directeur de l’ESIROI (École supérieure d’ingénieurs de La Réunion – Océan Indien) : « Les jeunes sont motivés et impliqués. En même temps, ils sont inquiets par rapport au réchauffement climatique. J’intervenais en tant qu’expert sur tout ce qui est bâtiment et quartier à faible impact environnemental. On a échangé sur la nécessité de concevoir les nouveaux bâtiments en s’inspirant des maisons créoles dan tan lontan ; sur l’intérêt de revégétaliser, de replanter les arbres autour des bâtiments pour créer de l’air frais… »

DES JEUNES CONSCIENCIEUX ET IMPLIQUÉS

François Garde a également abordé la problématique des transports : « La voiture est le centre de nos problèmes : elle pollue, elle fait du bruit. C’est à cause d’elle qu’on a beaucoup de surfaces minérales qui créent de la chaleur. D’où l’intérêt de développer les modes de transport doux et d’encourager nos concitoyens à utiliser le vélo ». Bien d’autres thématiques ont été abordées au fil des échanges, animés par le Cofrade (Conseil français des associations pour les Droits de l’Enfant) et Lékol du Bonheur : la réduction de la consommation d’énergie, l’alimentation vertueuse, la réduction des déchets, l’aménagement du territoire avec la revégétalisation, la création de filières courtes…

Les jeunes étaient tellement passionnés par le débat qu’à l’heure prévue de la clôture, ils continuaient à lever les mains pour prendre la parole, émettre leurs avis ou poser des questions aux experts. Ces derniers ont joué le jeu jusqu’au bout. Parmi eux, on citera notamment l’avocate Sandrine Antonelli qui a répondu aux questions d’ordre juridique ; l’anthropologue Thierry Malbert, Aurore Bury d’Écologie Réunion ou encore Jérôme Dulau de la DEAL.

Sabrina Tionohoué a salué l’enthousiasme des jeunes « consciencieux et impliqués, qui cherchent des solutions pour sauver la planète et qui portent cette ambition de faire mieux pour l’avenir. Le Département répondra toujours présent pour les accompagner, les sensibiliser et leur donner la parole sur ce thème important qu’est le développement durable. C’est pour cette raison que notre Collectivité multiplie les initiatives en faveur de l’éco-citoyenneté, à travers les actions comme No Gaspi pour lutter contre le gaspillage alimentaire ; le challenge départemental d’économie d’énergie ou encore le concours d’embellissement… Sans oublier le grand défi du plan 1 million d’arbres ».

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-Pierre : les élèves de l’école Georges Brassens chantent pour rendre hommage au défunt poète (VIDEO)

Article suivant

Acte de vandalisme à St-Leu : un arbre coupé durant la nuit sur le front de mer

Free Dom