/

« Les pays francophones dans la mondialisation : s’en sortir ensemble ? », par Wilfrid Bertile

4 min de lecture
2

Un livre qui vient de paraître aux Editions du Cavalier Bleu- Paris. Il s’agit d’un « Plaidoyer pour une Union francophone ». L’auteur connaît son sujet. Wilfrid Bertile a été député, maire de Saint-Philippe. Cet universitaire (agrégé et docteur en Géographie) à la retraite est conseiller régional depuis juin 2021 délégué à la coopération régionale et internationale. Il a été également secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI).

Comme il l’explique dans son livre,  » les 88 membres ou observateurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie représentent 16,6% de la richesse mondiale, regroupent 16% de l’Humanité, effectuent 20% du commerce international. Sans doute cet ensemble est-il trop hétérogène pour être structuré en tant que tel, mais cela serait possible pour « l’espace francophone » regroupant des pays où le français est la langue officielle ou dont une fraction significative de la population (20%) est francophone. L’espace francophone ainsi défini par diverses études comprend 34 pays dont le Canada membre du G7 et l’Algérie, non membre de l’OIF.

Les liens linguistiques, économiques, historiques et culturels unissant les pays de cet « espace francophone » malgré les vicissitudes et les déchirures de l’histoire, sont encore suffisamment étroits pour créer une « Union francophone » la plus intégrée possible, en nouant de nouvelles solidarités, par de nouveaux rapports Nord-Sud. Ce serait un moyen, ensemble, de s’en sortir et de peser sur l’évolution du monde, en prônant une autre mondialisation et en assurant la défense de la Planète.

Chacun y gagnerait : les pays francophones du Nord qui y trouveraient des partenaires de proximité ; les pays francophones du Sud, devenus prospères et stables grâce à un codéveloppement mutuellement profitable ; la communauté internationale enfin, qui s’enrichirait d’un pôle d’impulsion portant de nouvelles valeurs et de nouvelles pratiques

« Les enjeux sont de taille, les obstacles nombreux, l’alternative inexistante. Réussir est une obligation», écrit l’auteur

Si elle n’est pas neuve, l’idée d’une Union francophone n’a guère prospéré jusqu’alors. Pourtant, forts d’une langue et de valeurs communes, les pays francophones constituent une force qui, structurée, peut créer un espace de coprospérité et prôner une autre mondialisation que celle qui surexploite les hommes et les ressources, marginalise les uns et déclasse les autres.
Ce plaidoyer pour la construction d’une Union francophone répond à 3 questions fondamentales : qui est concerné ? pour quoi faire ? avec quels moyens ?

S’appuyant sur de nombreuses études et analyses, Wilfrid Bertile trace ici les grandes lignes de l’Union francophone qu’il appelle de ses vœux : « Les enjeux sont de taille, les obstacles nombreux, l’alternative inexistante. Réussir est une obligation.»

Sommaire

  • Les pays francophones dans la mondialisation : entre marginalisation et déclassement
  • S’en sortir ensemble : agir pour un développement partagé et relever les défis communs
  • S’en sortir ensemble : créer l’Union francophone

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Etats-Unis : la Cour Suprême souhaite à annuler le droit à l’avortement

Article suivant

Murielle Sisteron, candidate « LR » dans la 1ère circonscription : « j’ai des cœurs à conquérir, mais pas d’homme à abattre ».

Free Dom