Les policiers mauriciens doivent enlever leurs tatouages visibles

1 min de lecture

«Les membres de la force policière qui ont des tatouages sur les parties visibles de leur corps ont deux mois pour les faire enlever. Sinon des mesures disciplinaires seront envisagées à leur encontre», prévient le commissaire de police mauricien, Anil Kumar Dip.

Cette annonce nous fait penser à la polémique de juin 2020 en France concernant un policier avec des croix de fer tatouées sur les avant-bras.

La règle avait été rappelée par la préfecture de police de Paris :  «Le port de tatouages au même titre que la barbe, moustache, bijoux, accessoires de mode par les personnels affectés dans les services de la police nationale ne doit pas contrevenir aux obligations déontologiques de neutralité, d’impartialité, de dignité et d’exemplarité qui s’imposent aux personnels.»

La circulaire recommande aussi aux policiers de masquer les tatouages «qui n’entrent pas dans la catégorie précédente», s’ils risquent de «dénaturer ou compromettre la relation du policier avec les usagers». Par ailleurs, «face à un tatouage dont la direction d’emploi se demande s’il est susceptible de constituer un manquement à une obligation déontologique, il sera possible de saisir l’IGPN», conclut la circulaire.

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Plaine des Cafres : la fin de 15 ans de conflit de voisinage

Article suivant

Zone arrière portuaire (ZAP) : le Département va valoriser « ce poumon économique de l’île »

Free Dom