Les protagonistes de « la Purge » d’Halloween devant le tribunal

3 min de lecture
2

Nous sommes le 31 octobre 2018, chemin boeuf mort à la Possession. Un groupe d’individus masqués et cagoulés arpente les rues, des majeurs et des mineurs… Ils sont venus faire « la Purge ».

Sur leur chemin, 5 jeunes seront volés et roués de coups. Parmi ces victimes, Lou*. Ce soir-là, le jeune homme de 14 ans a reçu des coups de poings, des coups de pied. Il finira par s’évanouir au sol.

« C’est un traumatisme, il est très choqué. Il a eu plusieurs fractures. J’espère que justice sera faite, que ça les fera évoluer. Il y a un effort important à faire pour qu’ils retrouvent un peu de dignité« , s’exprime le père de Lou.

Vol avec violence de téléphones, enceintes, sacs, écouteurs…

Devant le tribunal correctionnel ce matin, les trois hommes à peine majeurs au moment des faits n’en mènent pas large.

M. et S. nient les faits de violences et de vols et ajoutent avoir « juste regardé« . Le troisième avoue « quelques claques« . Quand la Présidente du tribunal demande « Mais Pourquoi avez-vous fait ça ? »

Silence dans la salle.

Pour l’avocat d’une des victimes, ce dossier « de la purge » est particulier. « Il y a eu préméditation, on veut par plaisir de la violence, on arrive dans un phénomène de bande, taper pour taper, c’est grave, quelle lâcheté ! Il y a un phénomène de groupe. On a même trouvé peut-être du plaisir à cette violence…« , dit-il à la barre.

« Il y a cette volonté d’intimider… de terroriser les personnes qu’on va croiser et de s’en prendre aux plus jeunes… on se déchaîne, il y a un débordement de violence extrême, gratuit et choquant. Une meute qui se jette sur les passants« , ajoute le procureur qui requiert 2 ans d’emprisonnement, dont 1 an avec sursis, ainsi que 200 h de travaux d’intérêt général.

Les trois jeunes hommes ont été condamnés à 2 ans de prison dont 1 an avec sursis, assorti d’un sursis probatoire de 2 ans. 

Les mineurs impliqués dans cette affaire seront jugés devant le tribunal pour enfants prochainement.

*prénom d’emprunt

 

2 Commentaires

  1. La justice devrait être plus sévère contre ces délinquants qui agressent par plaisir. L’état des victimes ne sont nullement pris en compte. Ces gens traumatiser à vie ils vont devoir vivre toute le restant de leur vie avec la peur et revivre ce trauma chaque année à la même époque. Pour les victimes c’est concéquence à vie tant dis que les agresseurs un ptit rappel à la loi et le tour est jouer. Désolant !!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

2 ans de prison avec sursis pour avoir donné un coup de sabre à son rival

Article suivant

Covid-19 : « la santé mentale, grande oubliée de cette crise sanitaire »

Free Dom