/

Les tests PCR et antigéniques payants depuis le 15 octobre : qu’en pensez-vous ?

3 min de lecture
19

S’ils étaient jusqu’à présent pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, sans avance de frais, les tests Covid seront payants à partir de ce vendredi 15 octobre 2021.

Au 1er juillet 2021, le barème fixé pour un test PCR réalisé en laboratoire d’analyse médicale s’élevait à 43,20 € pour un patient (dont 27 € pour le seul test), le prix dépend également du délai d’obtention des résultats. Dans les pharmacies, un test antigénique s’élève à environ 6,01 € et la réalisation de l’acte par un professionnel serait environ de 9,40 €. Il faudrait alors compter un total de 15,41 €.

A la Réunion, il faut compter 25€ pour un test antigénique et 50€ pour un test PCR.

Afin d’obtenir un pass sanitaire, pour les non-vaccinés, un test négatif de moins de 72 h sera toujours requis (ou 48 heures pour les tests antigéniques pour les voyages vers certaines destinations).

Où faire le test ?

En plus des pharmaciens, des infirmiers diplômés d’état (IDE), des masseurs-kinésithérapeutes, des médecins et sages-femmes, les chirurgiens-dentistes peuvent eux aussi réaliser les tests antigéniques dans leur cabinet, chez leur patient ou dans les barnums. Ces tests sont avantageux, car leur résultat est disponible en 15 à 30 minutes.

Ils peuvent également être utilisés dans le cadre « d’opérations de dépistage collectif, organisées notamment par l’employeur ou une collectivité publique au sein de populations ciblées, en cas de suspicion de cluster ou de circulation particulièrement active du virus », précise l’Assurance Maladie. Il faudrait savoir si les organisateurs prennent en charge ces opérations.

Qui sera remboursé ?

Si vous êtes cas contact ou que vous présentez des symptômes du Covid, le test PCR ou antigénique sera alors gratuit. « Les tests continueront d’être remboursés pour raison médicale, soit sans prescription pour les personnes déjà vaccinées, soit sur prescription pour les autres. Nous voulons également maintenir la gratuité pour les mineurs », a affirmé Jean Castex, le 26 septembre, lors d’une interview accordée aux Échos.

Si vous ne présentez aucun symptôme du Covid, pour obtenir provisoirement un pass sanitaire, vous devrez payer un test PCR ou un test antigénique. Le but du gouvernement est de pousser les Français à la vaccination. Cela fera alors diminuer la facture du dépistage pour l’Assurance Maladie.

Et votre avis dans tout ça ?

19 Commentaires

    • en tant que bénéficiaire du RSA vous etes surement convoqué en entretien car les assistantes sociale doit faire un rapport sur votre situation de recherche d’emploi c’est fini le temps de donner les minimas sociaux aux français et ne pas les controlés et suivrent

  1. Quand c’est pas ton heure… une petite mémé toute ratatinée de 83 ans avec un déambulatoire à eu sa 3e injection. Faut voir comment qu’elle a la bougeotte. La camarde quand elle n’est pas dans le voisinage c’est qui a pas grand chose à voir…

  2. Les tests, même quand ils étaient soi disant gratuits pour la population ont été facturés à la sécu donc payés par les Français alors arrêtons de raconter des histoires, de plus imposer des tests pour un oui pour un non c’est vraiment du n’importe quoi au moment où on veut faire tomber les masques. De l’autoritarisme inutile

  3. Des tests PCR qui ont donnés des chiffres tronqués de la réalité afin de pousser à la vaccination ! Des tests qui ont été fait à tous vents et c’est du vécu « j’attends dans un laboratoire, une personne d’un certain âge vient pour un test PCR. La secrétaire lui demande si elle a des symptômes ou a été en contact. Réponse : non, je viens juste comme ça, pour savoir si je ne n’ai pas attrapé la maladie. Voilà, c’est passé, la personne est allée faire son test ». Inutile !
    « Pris en charge 100 % par l’Assurance Maladie », laissez moi en douter ! Nos cotisations servent à quoi ? Certes, nous n’avons pas d’avance à faire le jour J mais nous mettons quand même la main à la poche indirectement.
    Aujourd’hui, on nous demande de payer en totalité. Quitte à faire des sacrifices si l’occasion se présentait de recourir au test, je préfère manger des sardines en boîte et payer le test au lieu de mettre ce qui s’est avéré être un poison pour beaucoup qui en ont fait les frais. Ne pas prendre de risque, quitte à se priver de beaucoup de choses.

  4. le renouvelement de ce pass sanitaire est une abération la population française est entrain de peter les plombs, hier encore je suis parti manifesté pour le retrait de ce truc
    Freedom y’a que les gens qui ont les moyens financier et un compte en banque solide pourront se payer ces tests tous les 72H pour pouvoir toujours travailler le 21 et 22 octobre 2021 j’avais une mission de 2jours à faire j’ai payé mon test antigénique 25,01 euros pour avoir droit d’exercer un travail jamais dans l’histoire de France on à vue un truc pareil si les gens ne se réveillent pas c’est vraiment inquietant ce qu’on est entrain de vivre actuelement

  5. Je ne vais jamais où on demande un pass ou test, si je choppe le virus, certain que je ne ferais rien, à l’hôpital, ils seront bien obligé de me soigner.
    Quand à me pousser à me faire vacciner, ils peuvent bien se faire pousser eux.

  6.  » Il existe des alternatives à la vaccination, nous dit celle qui, touchée par la covid-19 en mars 2020, transportée à l’hôpital dans un état grave après avoir reçu pour seule médication du Doliprane et de l’Augmentin, finit par être soignée avec de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, un protocole dont elle dit qu’il lui a sauvé la vie.

    Mais c’est également comme mère que Sonia vient témoigner. Dénonçant la propagande qui sévit dans tout le pays, elle s’inquiète de la pression qui s’exerce sur les enfants. Publicité, fausses informations, violation du consentement éclairé, destitution de l’autorité parentale, tout a été fait pour amener les enfants à accepter un vaccin dont elle rappelle, en les énumérant, les possibles effets secondaires graves.

    Depuis le 15 septembre et l’obligation vaccinale pour les soignants, Sonia et certains de ses collègues accompagnent ceux qui sont suspendus et sans salaire. Cet accompagnement des soignants du libéral, du privé et du public s’effectue à plusieurs niveaux ; des démarches administratives, judiciaires aux collectes alimentaires, Sonia n’hésite pas à en appeler à la solidarité de la population pour aider ceux qui sont en grande difficulté.

    Attachée à la liberté, elle défend le droit de choisir ou pas de se faire vacciner. Sa connaissance de la durée normale de fabrication d’un vaccin – entre 6 et 8 ans – l’amène à dénoncer le manque de recul sur les vaccins imposés aujourd’hui à la population. « 

  7. Déjà que pour lo 3e dose domoun la plupart lé récitant… la pas besoin pass pou un meeting politique…Y sar fait sorte un vaccin pou lo ban pti alors que zot y développe aucun forme grave… té noré été bien être un pti souris pou war cossa y s’ passe entre ces mûrs scientifiques. Un traler infirmière fine quitte zot poste… té y comprends pu rien. Faut évite d’être malades et hospitaliser en ce moment. Pb c’est que domoun y veut repousse la faucheuse mais les deux lé indissociables la vie la mort compagnons inséparables. Faut accepter. Et même que le pass sera payant. Cossa va changer? Nous rentre dans un phase lé pas facile. Cossa y faut s’attendre pour les temps à venir?

Répondre à Kiki Annuler la réponse

Your email address will not be published.

Article précédent

Nouveau départ de feu dans la savane ce samedi soir

Article suivant

Patrice Selly : « l’Est, terre de culture, aurait mérité une visite Mme la ministre Roselyne Bachelot ! »

Free Dom