Lettre Ouverte à Monsieur BLANQUER, Ministre de l’Education Nationale

dans Courriers des lecteurs

Pour nous, l’école est vivante : c’est-à-dire active, centrée sur l’enfant et ouverte sur l’extérieur, tout entière dédiée à l’épanouissement de chacun, quels que soient sa forme d’intelligence et son niveau, qu’il soit surdoué, “dans la norme”, en difficulté, porteur de handicap visible ou invisible, ou précoce.

L’école doit favoriser l’émulation et non la compétition, la coopération et le dialogue au lieu de l’individualisme, l’autonomie et l’autodiscipline pas la soumission. Elle apprend à vivre, à apprendre, à créer et à inventer, en même temps qu’elle enseigne des contenus.

Favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son propre rythme et en toute liberté. Telles sont les promesses de la pédagogie Montessori, Freinet, Decroly et Steiner que nous mettons en œuvre dans nos écoles.

Une pédagogie active mettant l’enfant au cœur de son attention.

Pour nous “l’enfant a la tâche de construire l’Homme en lui” et le but de l’éducation est de ” développer la personnalité de l’enfant” et pour ce faire le rôle de « l’éducateur » est de l’aider à faire seul, en s’appuyant sur les principes phares pénétrés de valeurs sociétales.

L’enseignement doit être ancré dans la vie : la vie observée dans la nature, celle de l’enfant et de son groupe, celle de la société. C’est observer ce que l’on peut voir, toucher, sentir.

C’est se construire des outils pour l’analyse, pour l’observation des enfants afin d’adapter l’accueil à chacun d’entre eux.

Aujourd’hui notre belle île comporte en son sein des porteurs de projets innovants qui ont pour cible la lutte contre l’échec scolaire. Les enfants tous différents constituent notre richesse : notre vivre ensemble légendaire se perpétuera grâce aux citoyens de demain.

Petits citoyens en devenir qui évoluent dans une société au jour le jour qui demande à être rénovée entièrement. Les bâtisseurs d’aujourd’hui doivent tous ensemble œuvrer pour une transition pédagogique indispensable. Dans un territoire domien qualifié de « pauvre » l’heure est aux responsabilités et actions courageuses pour sortir la tête de l’eau.

Anne- Flore DEVEAUX
Fondatrice d’écoles à pédagogies alternatives
Conseillère départementale
Conseillère municipale de l’Opposition
Ville de la Possession

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
priscaRamalagasy Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Ramalagasy
Invité
Ramalagasy

Madame Deveaux,
Non, la Réunion n’est pas un territoire domien mais un Département d’Outre-Mer et à ce titre bénéficie -au moins- des mêmes droits que tous les autres Départements métropolitains.
Et, elle n’est pas non plus plus pauvre qu’un autre Département du Nord ou des Cévennes.

prisca
Invité
prisca

surtout le collège ou les élèves doivent avoir plus de 15.50 de moyenne