Lettre ouverte au Préfet, prédisent de la CIREST et maire de Saint-André : justice pour Cajou, mon Ami

4 min de lecture
11

Messieurs,
Je me permets de vous interpeller par le biais de ce courrier concernant un drame qui s’est joué en août au lotissement Galissiaz à St André et dont nous estimons que les Services de la Cirest sont les uniques responsables ( !). En effet, suite au passage de la fourrière le 8 août dernier, après l’appel d’un habitant du quartier excédé par les chiens qui trainaient là depuis quelques jours, le chien de mon voisin a été embarqué.

Ce chien magnifique et très affectueux vivait là paisiblement depuis 4 ans chez ses maitres, et sortait quotidiennement faire son tour dans le voisinage. Il était apprécié de tous, notamment des enfants du quartier qui lui avaient donné un petit surnom. Apprenant le ramassage du mercredi par la fourrière que le samedi suivant, les propriétaires se sont rués à ladite fourrière dès le lundi matin pour récupérer leur chien. Mais celui-ci s’est avéré introuvable. Une voisine les a pourtant contactés le mardi pour leur dire qu’elle-même était allée récupérer son chien le jeudi, et qu’elle avait bien vu leur chien là-bas. Le délai légal d’euthanasie étant de 4 jours, le chien ramassé le mercredi ne pouvait faire l’objet d’un abattage le vendredi.

Du reste j’ai contacté le vétérinaire de la Clinique de la Ravine Creuse qui intervenait ce jour là et qui ne se souvient pas avoir vu le chien en question. Où est donc passé ce chien entre le ramassage le mercredi, le jour où il été vu à la fourrière, à savoir le jeudi, et le lundi suivant où il était introuvable sur place ??????

Permettez moi de me questionner sur la légalité des pratiques de la fourrière, en l’absence de toute explication des services de la Cirest, et ce malgré les sollicitations
répétées des maitres, et de moi-même. Aujourd’hui, cette affaire a failli virer au drame dans le quartier. Les voisins se sont violemment insultés et s’agressés verbalement devant mes fenêtres car cela tourne au règlement de comptes. La famille propriétaire du chien, ne dort plus, malade de chagrin et d’incompréhension, et se déchire.

Aucun responsable de la Cirest à ce jour n’a fourni d’explication à cette famille. Aussi, j’en appelle à tous pour savoir si il y a eu des dysfonctionnements des services de la fourrière de Saint-André et exiger justice pour ce chien qui ne demandait qu’à vivre tranquillement auprès des siens. En effet, de tels procédés tant envers les citoyens que les animaux sont tout simplement inadmissibles dans une démocratie et une société dite « évoluée ».

Une citoyenne, une contribuable et une électrice en colère. E.D.D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.



11 Commentaires



Free Dom
WordPress Video Lightbox