Lettre ouverte aux conseillers départementaux en charge de Terre-Sainte

5 min de lecture

Madame S. & Monsieur P.,

Mi habite Terre-Sainte depuis toujours. Mon famiy té là ; mi lé né là ; ma la viv terla. En 2017, ma la investi dans in meublé de standing. Na point personne la aide amoin mais mi la gagne monte mon zafer tousel. Zordi mon structure lé entrain krèv à ti feu. Mais surtout mi wa na point rien la changé depuis 6 ans dans tous les domaines de l’action départementale : Social, Enfance et Famille, Insertion et Mobilité, Education, Culture, Sport, Agriculture et Eau, Environnement et Energie, Routes, Coopération.

Cinq fois par semaine mi mars dan Tersinte et le constat lé toujours le même : des rues sales, des dépotoirs tous les 50m, des routes cabossées et surtout une jeunesse à l’abandon et des familles entières désoeuvrées alors que beaucoup souhaiteraient s’investir, par exemple, dans le nettoyage de la ravine et de la cité si cette activité était soutenue, encouragée, valorisée par le Département. Cela nous permettrait par ailleurs de lutter efficacement contre la diffusion des maladies vectorielles transmises par les moustiques (Dengue, Chikungunya, Zika…) ou les rats (leptospirose).

Pas de d’événement culturel régulier, pas de manifestation sportive digne de ce nom, pas ou peu d’équipement, un ‘CASE’ en désrence, pas de structure d’aide aux enfants déscolarisés ou en situation de décrochage, pas de maisons de quartier ou d’épicerie solidaire ou encore moins de Maison de lutte contre les violences intra-familiales avec prise en charge d’urgence. Et l’insécurité éducative, alimentaire et physique grandissante qui entraîne inexorablement de plus en plus personnes en marge de la société, de ce fameux « bien vivre ansanm » que ma la connu autrefois mais que nou lé en train perde faute de volonté politique réelle, forte et ciblée. Kwé zot la fé ? Mi koné pa ; une chose est sûre : ma la pa vu Terre-Sainte avancer.

Pas de développement de circuit-court (du producteur au consommateur), pas de recyclerie, de tiers-lieu d’échange et d’aide au montage de projets de quartier, pas d’Animation, pas de Culture ni de Sport : si ou lé au RSA à Terre-Sainte Sinpier, na point rien pou ou ! Et même si, kom mon garçon, ou lé ingénieur na point rien non plus : allé rode travail ailleurs ! Diplômés ou pas, les habitants historiques de Terre-Sainte, notamment les pêcheurs, lé en train de mourir à petit feu alors que se profile le rachat de cases à prix d’or par des nouveaux venus ou parvenus, attirés par une vie douce près de la mer. Juste à côté : des maisons insalubres avec des habitants historiques vivant parfois dans le dénuement le plus total.

Ou sa nou sava kom sa : vers un quartier ‘bobo’ type ‘Carte postale’, vidé de sa sève, de son zarlor ? Vers un quartier à deux vitesses : sak nana in ta et sak na poin rien ? Tout cela ne présage rien de bon Madame et Monsieur les conseillers départementaux, candidats à votre propre réélection. Cependant tout est encore possible si le Département – en collaboration avec toutes les institutions publiques (Commune, Interco., Région, Etat…) – s’en donne les moyens et que, dans l’intérêt général, leurs élus mouillent la chemise afin de changer concrètement les choses, notamment en proposant et en soutenant les initiatives locales, pou nou et nout zenfants habitant à Terre-Sainte.

 

GEORGES, Tersint

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Carte bancaire retrouvé

Article suivant

Sonneries pour votre iPhone – Personnalisez votre téléphone

Free Dom