//

L’Europe à l’honneur tout le mois de mai

5 min de lecture
1

Le Département, autorité de gestion du Fonds Européen Agricole de Développement Rural (FEADER), renouvelle son partenariat avec la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) et le Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ) pour sensibiliser les élèves des établissements agricoles sur l’Europe. L’édition 2022 du « Joli mois de l’Europe » se veut riche et numérique avec une série d’ateliers qui se clôturent ce mardi 3 mai.

 Hier matin, Serge Hoareau, premier Vice-président du Conseil départemental, délégué à l’agriculture, s’est joint aux élèves de la Maison Familiale et Rurale de Saint-Pierre pour participer à des ateliers en ligne et à un débat menés par les animateurs du CRIJ.

 La cinquantaine d’élèves connectée a pu découvrir via un ordinateur et un lien d’accès à une plateforme virtuelle les formations, les métiers agricoles, l’implication de l’Europe et du fonds FEADER à La Réunion. De façon pédagogique et en interaction avec les intervenants à distance, Serge Hoareau a rappelé la construction du FEADER.

VP Serge Eric Hoareau

« Le FEADER, ce sont 528,5 millions d’euros soit une moyenne de 59 millions par an à destination du monde agricole pour structurer les exploitations mais aussi renforcer la diversification. Plus spécifiquement, il existe également une enveloppe consacrée aux « Hauts » – dans les Hauts 5% de l’enveloppe FEADER sont destinés au fonds Liaison Entre Action de Développement de l’Economie Rurale, LEADER, géré par les groupes d’action locale, et qui accompagne les acteurs du monde agricole comme ceux du monde économique pour créer de l’emploi. Le principal objectif est d’accroitre la compétitivité de l’agriculture réunionnaise pour faire face aux importations. Faire en sorte que nos agriculteurs puissent nous offrir des produits de qualité et dégager un revenu pour pouvoir faire vivre leur famille. »

 Après l’explication, place aux débats sur des thématiques choisies par les élèves. Anthony, participant aux ateliers et inscrit dans un parcours de formation réagit sur l’agriculture biologique : « Le souci des pesticides c’est qu’ils détruisent  les insectes ravageurs et aussi les insectes pollinisateurs, et les auxiliaires. Il y a des traitements bio qui fonctionnent très bien, mais c’est vrai que le bio implique une augmentation du coût de la main-d’œuvre qui se répercute sur le consommateur. »

 Serge Hoareau prend la parole pour revenir sur la transformation agricole qui s’opère depuis 15 ans à La Réunion : « Certains agriculteurs sont capables aujourd’hui de développer des exploitations bio avec des itinéraires techniques qui ont bien évolué depuis ces quinze dernières années. Ces itinéraires mettent en avant notamment les auxiliaires produites par la société Coccinelle pour éliminer les nuisibles. Le passage de l’agriculture traditionnelle à une exploitation biologique demande 10 ans ; la transition obligée est l’agriculture raisonnée qui permet de diminuer le taux de pesticides dans les champs. Le Département encourage cette démarche vers une production bio. Une partie des surcoûts de l’agriculture bio peut être financée par des aides européennes et des aides de l’Etat. »

 L’échange comme les ateliers de la matinée se clôturent avec intérêt et questionnement. Les ateliers du « Joli mois de l’Europe » se veulent ludiques et animés pour que les jeunes des établissements agricoles puissent se questionner sur les métiers de leur devenir, et apprendre l’existence de l’un des principaux instruments financiers : le FEADER.

Le Conseil Départemental – Mission EUROPE – Service Autorité de Gestion FEADER et Affaires Européennes, Le CRIJ et la DAAF ont proposé plusieurs ateliers aux établissements agricoles sur 6 demi-journées ayant mobilisé près de 225 élèves.

Yves Mont-Rouge

[email protected]
Téléphone : 0692 85 39 64

1 Commentaire

  1. Vous. Travaillez bien et je crois a mes collistiers si je ne suis pas au lit chéri pense que. Demain on aura une voie de riche c’est grâce à la sainte Vierge qui ne savait pas comment Jésus puisse être ne

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

St-André : il détruit le mur de son voisin « pour réparer une injustice » dont il se dit victime

Article suivant

St-Pierre : ivre et sans permis, il zigzague sur le front de mer au volant d’une voiture sans assurance ni carte grise

Free Dom